Calendrier de l’avent : jour 16

« Il y a des fées, des fées partout. Je ne serais pas étonnée d’en rencontrer qui seraient en train d’apporter des bûches de sapin dans l’antichambre, de mettre des guirlandes autour des poignées des portes et au-dessus des fenêtres. »

Katherine Mansfield

Photo Marie-Christine Grimard

.

Lyon le 15 décembre 2019: le grand hôtel Dieu

.

Où que notre chemin nous porte dans la ville, on croise des sapins magnifiquement vêtus.

Ils rivalisent de boules rutilantes, de branches bien droites et de cadeaux enrubannés de soie.

C’est très beau, et j’admire à la fois l’esprit de fête que cela sème dans tous les quartiers de la ville, et le travail de ceux qui ont installé ce décor féerique durant de nombreuses heures.

Distribuer un peu de paillettes autour de soi, c’est semer des graines de sourire.

L’intention est bonne et le résultat à la hauteur des cimes de sapins.

Pourtant, l’on croise ici et là, des hommes et des femmes qui ne seront pas à la fête, ceux qui seront de garde ce jour-là pour assurer la sécurité ou la santé des autres, ceux que la société a laissé sur le chemin, ceux qui n’ont plus les moyens ou l’envie de partager un repas de fête.

On y pense, puis on oublie, on donne un peu d’argent ou un peu de temps à telle ou telle association qui aide les « sans abris », on arrondit à l’euro supérieur pour reverser les centimes ici ou là, en achetant ses cadeaux de noël.

Mais au fond, que peut-on faire pour que cela change ?

Je ne sais pas.

Travailler dur pour protéger les siens le plus longtemps possible de ces revers de vie. Prier le ciel qu’il nous préserve du malheur et de la faim. Aimer du plus profond de nos cœurs et le dire pendant qu’il est encore temps. Et partager le plaisir d’être ensemble autant que l’on peut avec ceux qui nous entourent.

C’est sans doute ça la fête. Et si elle s’habille de sapins enguirlandés qui font briller les cœurs des enfants et des plus grands, c’est un plus !

.

.

❄️❄️❄️

Calendrier de l’avent : chaque jour de décembre, un cadeau derrière la porte. Un geste d’amitié pour celle ou celui qui vient sur cette page, et me donne la joie de lui offrir mes mots.

À demain

Chris

❄️❄️❄️

Phrases : Survoler sa vie ou l’inventer.

« Est-il possible que toute l’histoire de l’univers ait été mal comprise ?

Est-il possible qu’en dépit de toutes les inventions et de tous les progrès, qu’en dépit de la civilisation, de la religion, de la philosophie,

on en soit resté à la surface de la vie ?

Les cahiers de Malte Laurids Brigge
Rainer Maria Rilke
*

Photo M.Christine Grimard

***

  • Mon enfant, survole ta vie, caresse la crête des vagues juste assez haut pour garder ta liberté, juste assez bas pour sentir le danger siffler à tes oreilles et déguster la bruine salée qui les coiffe.
  • La vie n’est-elle que l’image qu’elle nous renvoie ? D’elle je ne veux me souvenir que de l’étincelle dans le regard de l’autre, que la couleur de sa peau, que la douceur des battements de son cœur, que du parfum de l’océan sous le vent.
  • Les errances qui sont les nôtres depuis des milliers d’années ne sont-elles que le brouillon d’un grand roman qu’une main inconnue écrirait dans un univers parallèle, jetant les pages raturées dans le vent sidéral ?
  • Ferme les yeux et souviens-toi de toi, avant que tes cellules n’éclosent, avant que ton sang ne bouillonne dans tes veines, avant que l’air ne brûle tes poumons, souviens-toi de la légèreté de tes plumes dans le vent, souviens-toi de ta liberté éthérée.
  • Tu as choisi de naître sur cette terre, que ta vie soit réelle ou inventée, remplis la de la joie d’exister, ne te contente pas de la survoler, profite de chaque jour pendant que tu respires, déguste chaque seconde, fais en sorte de vivre chaque jour, au moins un instant de plaisir.

Recettes (2) : Tranche Napolitaine 

“Il n’y a point de recette pour embellir la nature.
Il ne s’agit que de voir.”
Auguste Rodin

 

*

Photo m.christine Grimard

*

  • Écrasez les macarons au chocolat et à l’orange et versez la préparation obtenue dans un moule à cake.
  • Faites un ruban avec les jaunes d’œuf et le sucre que vous disposerez sur la couche de macarons.
  • Faites fondre le chocolat au lait au bain-marie, sans ajouter d’eau mais un peu de crème pour l’onctuosité
  • Attendre que la pâte obtenue soit refroidie pour la disposer sur les couches précédentes
  • Hors du feu, incorporez le beurre en copeaux au sucre et mélangez le tout. Versez délicatement cette préparation sur le chocolat.
  • Battez les blancs d’œufs en neige avec une pincée de sel puis ajoutez un peu de Curaçao pour obtenir la couleur exacte du ciel, il faut que la préparation soit ferme pour ne pas s’insinuer entre les autres couches.
  • Terminer par une couche de sucre glace pour obtenir une préparation lisse et brillante.

*

Bon appétit !

Recettes (1) : quatre quart de vie

« Toutes nos pensées reviennent à chercher la clé d’un paradis dont la porte est ouverte. »
(Les ruines du Ciel)

Christian Bobin

Photo Marie-Christine Grimard

 

  • Déguster longuement un instant de plaisir chaque jour, puis le ranger soigneusement dans ses souvenirs pour en réchauffer sa vie aux temps froids.
  • Croiser un regard ami ou échanger des pensées positives avec d’autres humains, au moins une fois quotidiennement pour avoir la sensation d’être à sa place sur cette terre.
  • Faire pousser des idées qui en feront germer d’autres, pour éclairer l’avenir lorsque le vent de l’oubli aura balayé les erreurs du passé.
  • Ne jamais oublier que le chemin est moins long lorsqu’on ne le parcourt pas seul et choisir son itinéraire avec soin pour éviter les chemins de traverse.

Phrases : Mots libérés 

« Sur toutes les pages lues

Sur toutes les pages blanches

Pierre sang papier ou cendre

J’écris ton nom

Liberté « 

Paul Eluard

*

IMG_7564

Photo M. Christine Grimard

*

  • Marcher le nez en l’air, ne pas s’arrêter avant que le soleil ne disparaisse derrière la dune, se sentir libre et légère comme une plume de goéland flottant dans le vent du soir, et se fondre dans l’or roux de l’horizon.
  • Sans contrainte ni regret, j’avancerai vers l’horizon, oubliant tous les conseils, effaçant les mauvais choix, occultant les désirs stériles, sans m’arrêter jusqu’à l’ultime étoile, libre enfin, le sourire aux lèvres et les craintes envolées.
  • A l’heure où la brume encercle les vagues, j’attendrai que les nuages se fondent dans le décor pour chercher des yeux la première étoile en espérant que tu la regardes aussi par-delà l’horizon.

Phrases : Mots étoilés

 » Choisissez une étoile

ne la quittez pas des yeux

elle vous fera avancer loin sans fatigue et sans peine »

A.David-Neel

*

DSC_0305

Photo M. Christine Grimard

**

  • Quand tous les mots m’auront abandonnée, je suivrai l’étoile du matin sans désir de retour jusqu’à me fondre dans la légèreté de l’instant.
  • J’abandonnerai les discussions sans fins, les questions sans intérêt, les vérités assénées, les mensonges éhontés, les déceptions programmées, les  peurs invétérées, pour suivre la première étoile du matin jusqu’au bout du possible.
  • Même si mes mots ne sont que poussières, même si d’autres les font danser avec plus de talent, même si tout a  déjà été écrit depuis la première seconde, je les poserai sur le papier sans prétention ni autre but que le plaisir de les regarder s’envoler dans la lumière de la première étoile.

***

 

(Rappel de la consigne de cette rubrique : Citer la phrase d’un auteur qui vous touche, l’illustrer d’une de vos photos personnelles, écrire trois phrases en laissant venir les mots en liberté avec un mot commun emprunté à l’auteur cité -par exemple ici : étoile)

 

Phrases : Mots d’amour

« Les hommes regardent les femmes et ils en perdent la vue.

Les femmes regardent les mots d’amour et elles y trouvent leur âme. »

Christian Bobin

(La grande vie)

*

Photo M.christine Grimard

**

  • Regarder l’amour au fond des yeux et le trouver à son goût, celui du miel et des rires de l’enfance, celui du sel et des souvenirs heureux.
  • Quelle étincelle me porte, si ce n’est l’amour que je reçois et celui que je donne ?
  • Les mots sont inutiles quand les regards se lient, et quand les mains se serrent, ils ne feraient que répéter ce qui brille dans les yeux.
  • L’amour existe-t-il sans générosité, sans patience, sans admiration, sans sourire, sans don, sans partage, sans petites attentions ?
  • L’amour ne se nourrit-il que de douceur et de poésie, ou prend-t-il pied dans la passion, le sang et les larmes ?