Phrases : Mots étoilés

 » Choisissez une étoile

ne la quittez pas des yeux

elle vous fera avancer loin sans fatigue et sans peine »

A.David-Neel

*

DSC_0305

Photo M. Christine Grimard

**

  • Quand tous les mots m’auront abandonnée, je suivrai l’étoile du matin sans désir de retour jusqu’à me fondre dans la légèreté de l’instant.
  • J’abandonnerai les discussions sans fins, les questions sans intérêt, les vérités assénées, les mensonges éhontés, les déceptions programmées, les  peurs invétérées, pour suivre la première étoile du matin jusqu’au bout du possible.
  • Même si mes mots ne sont que poussières, même si d’autres les font danser avec plus de talent, même si tout a  déjà été écrit depuis la première seconde, je les poserai sur le papier sans prétention ni autre but que le plaisir de les regarder s’envoler dans la lumière de la première étoile.

***

 

(Rappel de la consigne de cette rubrique : Citer la phrase d’un auteur qui vous touche, l’illustrer d’une de vos photos personnelles, écrire trois phrases en laissant venir les mots en liberté avec un mot commun emprunté à l’auteur cité -par exemple ici : étoile)

 

Publicités

Mots insolites 1 : pétrichor

Nouvelle rubrique :

  • Choisir un mot inconnu.
  • Le découvrir
  • L’illustrer
  • Le détourner
  • Se l’approprier
  • Apprendre à le connaître et à l’aimer

*

Pétrichor : odeur particulière, habituellement agréable, que prend la terre après la pluie

**

Si j’ai souvent dégusté ce parfum rafraîchissant, je ne connaissais pas le mot qui le désigne.

Étant incapable de le décrire, à mon grand regret, la seule chose que je peux dire c’est que cette fragrance m’apaise, autant que celle du gazon fraîchement coupé.

Pour moi, il représente une sorte de récompense, le plaisir que l’on ressent en sortant dans le jardin lorsque la pluie a cessé.

L’odeur est agréable puisqu’elle est associée à la liberté retrouvée avec le soleil.

***

323360_307115382729416_1606437742_o

Photo M. Christine Grimard

****

Pétrichor : du grec ancien πέτρα, petra : « pierre » et de ιχώρ, ichor : « sang, fluide », désignant le sang des dieux dans la mythologie grecque, trouve-t-on dans les encyclopédies.

Pétrichor / Corps pétris : tous les petits corps vivants dans ce pré, pétris d’humidité, martelés de gouttes, exhalent leur plaisir ou leur peur en une fragrance qui nous devient palpable, nous les humains si peu sensibles à la nature de ce qui nous entoure.

Pétrichor / Sang de pierre. Les pierres saignent-elles de notre présence ? Sont-elles jalouses que nous ayons assemblé nos chaînes de carbone différemment des leurs jusqu’à obtenir la liberté de nos mouvements alors qu’elles sont contraintes à l’immobilité ? A partir de la même poussière d’étoiles, les molécules qui nous constituent sont si différentes des leurs et pourtant nous nous nourrissons de leur existence, et pourtant nous nous réduirons à leur état de poussière. Les pierres saignent leur fragrance lorsque la terre laisse couler ses larmes de pluie. Finalement cette odeur nous est agréable, probablement parce qu’elle nous rappelle le parfum de notre étoile-mère.

*****

 

547689_288577151249906_2133249524_n

Photo M.christine Grimard

******

Gouttes de sang

Gouttes de pluie

Dansent dans le vent

Dansent dans le temps

Qui m’emporte

Et nous lie

Dans sa ronde

Éternelle 

Dans sa valse 

Infinie

 

*******

616627_312259068881714_1392866023_o

Photo M.Christine Grimard

********

« Il y a des pluies de printemps, délicieuses où le ciel a l’air de pleurer de joie. »

«Les trois impostures»

Paul-Jean Toulet

-/-

Poème: Stardust

“The nitrogen in our DNA, the calcium in our teeth,

the iron in our blood, the carbon in our apple pies were made in the interiors of collapsing stars.

We are made of stardust.”

Carl Sagan

*

Montage photo d’auteur inconnu

*

?

Qui

Es-tu

Une particule

Minuscule et ridicule

Un peu d’énergie dispersée dans l’éther

Un esprit libre dans un corps réduit en esclavage

Un être qui choisit son destin, ses amis, ses erreurs et ses emerveillements

Un être qui dérive dans l’espace et dans le temps

Un peu de chaleur humaine et de cœur

Ridicule et majuscule

Une sensibilité

Une âme

Nue

?

*

Photo du jour : Aube d’hiver 

 

photo M.christine Grimard

❄️❄️❄️❄️❄️❄️

Une aube glaciale

Quelques secondes

De lumière pâle

Et mon monde

Se dévoile

❄️❄️❄️

Quel artiste a créé

Une aussi belle toile

Pour nous émerveiller

Nous donner à rêver

Nous pousser à avancer

Nous aider à respirer

Nous apprendre à aimer

Notre poussière d’étoile

❄️❄️❄️❄️❄️❄️

Une image … une histoire : Étoile ( Partie 1)

« Il y a une étoile mise dans le ciel pour chacun de nous, assez éloignée pour que nos erreurs ne viennent jamais la ternir. »

Christian Bobin

iphone mai 2014 450

Photo KAGAYA

Je suis plongé dans ce rêve,

Encore une fois.

Toujours le même.

Et je te vois

Je sais que c’est toi et pourtant je ne sais pas qui tu es.

Christian se réveilla avec cette sensation pénible récurrente. Il était encore une fois au bord de la nausée. Chaque fois qu’il faisait ce rêve, il avait la sensation d’étouffer et d’avoir un marteau piqueur qui lui pilonnait le cerveau. Il ne savait pas de quoi il s’agissait mais ce dont il était sûr, c’est que c’était toujours le même rêve. Il ne connaissait pas ce lieu, cette forêt immense et sombre, ces arbres qui montaient jusqu’au ciel balançant leurs cimes dans les nuages.  Il courait au milieu des futaies, sans but, mais il fallait qu’il sorte de ce bois. Il y allait de sa vie. Il entendait courir derrière lui, il fallait qu’il accélère et il ne pouvait pas. Puis il arrivait à la lisière d’une clairière, levait les yeux vers le ciel et s’arrêtait, émerveillé par la beauté de la nuit constellée d’étoiles. Il savait qu’il ne fallait pas s’arrêter, mais peu lui importait. Plus rien n’avait d’importance. Le ciel était si beau. A cet instant, il entendait un grognement sourd derrière lui, puis son propre cri qui le réveillait.

Et il se retrouvait assis au bord de de son lit, en sueur, chaque matin de plus en plus hébété.

Il essayait de vivre sa vie, malgré ces matins brumeux, malgré ses nuits d’angoisse. Il n’osait en parler à personne, dans ce monde si l’on sort de l’ordinaire, on a vite fait de vous mettre à l’écart. Ce jour-là, il n’avait pas envie de rentrer chez lui. Il acheta un sandwich et alla s’asseoir dans le square pour le manger en regardant les inconnus qui passaient. Curieusement, il se sentait en sécurité parmi tous ces gens, tant qu’il n’était pas seul, il ne pouvait rien lui arriver.  Il resta sur son banc jusqu’à la tombée de la nuit, les passants se faisant rare, il allait se lever pour rentrer chez lui quand il leva les yeux vers le ciel. Les cimes des peupliers battaient la mesure et semblaient vouloir se rejoindre. Soudain la nuit tomba vraiment et les étoiles apparurent, scintillantes et presque éblouissantes. Où avait-il déjà vu des étoiles aussi brillantes ?

Il n’eut pas le temps de se poser la question plus longtemps, il sentit son sang se glacer en entendant des pas derrière lui. Il n’osa se retourner, sentant ses jambes trembler malgré lui. Une impression de « déjà-vu » le paralysait. Il en oubliait de respirer. Son plus grand cauchemar était en train de le rattraper, et il n’avait même pas la force de se lever et de courir pour lui échapper. Sans tourner la tête, il tacha d’apercevoir d’où provenaient les bruits de pas.

Ce fut à cet instant précis qu’il entendit le grognement sourd de son rêve monter dans la nuit…

–> A suivre <–