Un été bleu outre-mer (10)

« Un lit de lumière, une chaise de silence, une table en bois d’espérance, rien d’autre : telle est la petite chambre dont l’âme est locataire. »

Ressusciter (2001)

Christian Bobin

.

Photo M. Christine Grimard

.

Que faut-il de plus

À un vacancier

Que quelques chaises longues

À l’ombre d’un arbre

Pour rêver sans dormir

À tout ce qu’il aurait dû faire

S’il n’était pas

En vacances !

(Nb : pour ceux que cela intrigue, la jolie « sablaise » déguisée en chaise longue provient

De la boutique « Le beau bazard de Marcelline »

Aux Sables d’olonne)

Publicités

Un été bleu outre-mer (9)

« L’infini n’est autre

Que le va-et-vient

Entre ce qui s’offre

Et ce qui se cherche

Va-et-vient sans fin

Entre arbre et oiseau,

Entre source et nuage. »

.

A l’orient de tout (2005)

François Cheng

.

Photo M.ChristineGrimard

.

Debout

Juste à la verticale

De tout

Ce bleu

.

Le cœur

Juste en dessous

De tout

Ce ciel

.

Les yeux

Juste au-dessus

De tout

Ce sable

.

Le corps

Juste bercé

Par tout

Ce vent

.

Si petite

Juste au milieu

De ce tout

Si grand

.

Ne suis

Qu’ un petit rien

Juste au milieu

De l’infini

Un été bleu outre-mer (8)

« Lorsque les grands oiseaux prennent leur vol pour toujours, ils partent sans un cri et le ciel strié ne résonne plus de leur appel. Ils passent au dessus des lacs, des marais fertiles, leurs ailes écartent les nuages trop langoureux. »

André Breton

Photo M.Christine Grimard

.

Lorsque le soir descend

Juste au bord des marais

La lumière prend son bain

Avant que la nuit vienne

Et que les goélands

Qui pèchent au soir tombant

Ne reviennent du large

Pour nourrir leurs enfants

.

Elle s’étire alanguie

Dégustant en silence

Son plaisir solitaire

Éclatante et ravie

En Traçant de l’index

Gerbes d’étincelles

Et volutes d’argent

.

J’admire son talent

Immobile et muette

De peur de l’interrompre

Couchée dans les roseaux

Jusqu’à la nuit tombée.

Un été bleu outre-mer (7)

« Rien n’est moins effrayant que cette douce et perfide invasion de la marée montante. »

Les ailes du courage

George Sand

Photo m Christine Grimard

Photo m Christine Grimard

Terre sèche ou terre mouillée

Selon le bon vouloir

De la mer sa voisine

.

Terre balayée de vent

Alourdie de sel

Submergée d’océan

.

Terre d’azur ou de miel

Sable cent fois roulé

Imbibé d’iode et de soleil

.

Terre de marais

Terre de saline

Terre marine

.

Terre baignée de marée

Bercée de flux et de reflux

Que j’aime ton parfum de sel et de vent

.

Photo m, Christine Grimard

Photo du jour : soir rouge ou bleu

« Par les soirs bleus d’été, j’irai dans les sentiers,

Picoté par les blés, fouler l’herbe menue :

Rêveur, j’en sentirai la fraîcheur à mes pieds.

Je laisserai le vent baigner ma tête nue.

Je ne parlerai pas, je ne penserai rien :

Mais l’amour infini me montera dans l’âme,

Et j’irai loin, bien loin, comme un bohémien,

Par la Nature, – heureux comme avec une femme. »

Arthur Rimbaud

Photo M. Christine Grimard

….

Par les soirs rouges d’été

J’irai me promener

Éblouie de beauté

Rêver sous le figuier

Au matin qui viendra

À l’amour qui naîtra

Lorsqu’un regard mutin

Croisera mon chemin

Photo du jour : Cent nuances de gris

« Cueille ce triste jour d’hiver sur la mer grise,

D’un gris doux, la terre est bleue et le ciel bas semble tout à la fois désespéré et tendre… »

Valéry Larbaud

Photo M Christine Grimard

..

Gris

Grisaille

Dégrisée

Je me sens Rabougrie

Sous ce ciel gris de gris

….

Heureux les Petits-gris

Moi je Maigris

Frissonne et Grisonne

….

Ras bout gris

Ras le bol de ce bout de ciel gris !

Photos du jour : Lumières Océanes

“Que me sont des trésors, comparés à la lumière du soleil et à des heures vécues en plein bonheur ?”

Stefan Zweig

Thersite

Photo M. Christine Grimard

.

Jour de vent

Pour amateurs de glisse

Jour d’océan

Pour vikings et autres téméraires

.

Qui m’aime me suive

Avec écharpes et polaires

Derrière la dune

Le vent s’engouffre entre les yeuses

Joue des coudes et des rafales

Et décoiffe les imprudents

Propulsant les bonnets

Jusqu’à l’étoile polaire

Renversant, non ?

.

Photo m. Christine Grimard