Clichés 100 : jardin 

« Les pousses des cassis que tu froissais, l’oseille sauvage en rosace parmi le gazon, la menthe toute jeune, encore brune, la sauge duvetée comme une oreille de lièvre, tout débordait d’un suc énergique et poivré, dont je mêlais sur mes lèvres le goût d’alcool et de citronnelle… »

Colette. Les vrilles de la vigne. 

Photo Mch grimard


.

J’ouvre une page de Colette au hasard, et recopie la première phrase lue. 

Tout est là.

Il n’y a qu’à se délecter de ses mots, et l’on est auprès d’elle, assis au beau milieu des  parfums du jardin. Rien de plus à faire que laisser couler ses phrases pour sentir sur nos lèvres le goût de la citronnelle…

.

Photo m ch grimard


.

Alors, suivre les fragrances qui s’offrent.

Se coucher dans l’herbe à plat ventre, le nez dans le gazon, à ras les pâquerettes.

Et rêver à l’été qui viendra, au sucre des cerises quand elles sont presque noires, à la pointe de vanille qui habite les roses à la tombée du jour…

.

Photo M ch grimard


.

S’émerveiller d’un rien.

Où que l’on se tourne, admirer chaque arpent de jardin comme on tourne les pages d’un livre que l’on aime, même en l’ayant lu cent fois.

Connaître chaque fleur et la trouver plus belle que l’année précédente, puisqu’elle est encore là. Compter chaque pétale comme on compte les jours de l’été finissant quand on sait que l’automne frappe déjà à la porte.

.

Photo m ch grimard


.

Être consciente du privilège que l’on a de vivre ici, en paix et en liberté, même relative puisqu’annexée à celle des autres.

Profiter de l’instant puisqu’il m’est donné si généreusement par la terre où je vis, en occultant un instant le travail fourni pour aider la nature à donner le meilleur d’elle-même.

Même si la fureur du monde tonne alentour, même si les esprits chagrins pensent que les fleurs ne servent à rien au regard des convulsions du monde, je vous les offre pour qu’un bref instant vous ressentiez la caresse du vent et le parfum des roses sur votre visage, en oubliant le temps qui passe…

.

Photo m ch grimard

Photo du jour : à l’ombre de mes silences

photo M.Ch. Grimard

*

‪L’ombre n’est que l’envers de la lumière ‬

‪La chaleur reviendra sur les jours et la douceur sur les nuits ‬

‪La vie patiente là dans le soleil ‬

Je la regarde, immobile à l’ombre de ce printemps naissant

Je compte les jours qui me restent

Je tente de retenir les minutes et les secondes

Je mesure les instants qui coulent sous ma peau

En flots d’espoir

En océan de joies

En vagues de plaisir

En déceptions ou vaines illusions 

Et je laisse la vie briller à l’ombre de mes silences

Jusqu’à l’ultime seconde où ne comptera plus que l’amour donné et reçu 

*

photo M.Ch. Grimard

Photo du jour : Lilas rose et lilas 

Photo mcgrimard

*

Petit matin d’avril, Lilas hésite entre jupon rose et corset mauve.

Lilas rose ou Lilas bleu.

Énergie masculine ou douceur féminine.

Entre vent d’hiver et brise de printemps.

Entre ombre et lumière.

Comment m’habiller ce matin ? Je n’ai plus rien à me mettre !

Hésiter entre force et délicatesse, entre colère et stupeur, entre découragements et détermination…

Pourquoi choisir après tout ?

Il me suffirait d’un sourire arc-en-ciel lancé à l’oiseau qui passe, pour que ce jour soit meilleur.

Il me suffirait d’une larme de parfum de Lilas emporté par le vent, pour que la vie me sourie.

Il me suffira d’un battement de cœur pour que la joie revienne.

Photo du jour : Il suffirait d’un petit rien…

« La vie est un cadeau dont je défais les ficelles chaque matin, au réveil. »

Christian Bobin

*

Photo M.Christine Grimard

*

Un deux trois, soleil

Un deux trois, nuages

Par-delà l’hiver

Bal et badinage 

De la terre au ciel

*

Il suffirait d’une comptine

Pour que la vie soit plus coquine

Il suffirait de quelques mots

Pour oublier le poids des maux

*

photo M. Christine Grimard

*

Il suffirait de presque rien

Pour que la vie renaisse enfin

Un peu d’espoir sur le chemin

Un léger parfum de jasmin

*

Il suffirait de quelques jours

Que le printemps sorte du rêve

Pour que les arbres se réveillent

Et qu’ils s’habillent de velours

*

photo M.Christine Grimard

*

Il suffirait d’un brin d’espoir

Pour que la vie soit bien plus claire

Il suffit d’un grain de lumière

Pour chasser les ombres du soir

*

Il suffirait d’un peu d’amour

Pour que la vie soit bien plus belle

Il suffirait d’un mot d’amour

Pour que revienne l’hirondelle

*

Photo du jour : Où les bourgeons bourgeonnent…

Photo M.Christine Grimard

 

Réveil

Sous le soleil

Qui atteindra le ciel ?

Qui le premier déploiera ses ailes ?

*

Renaissance

De bourgeons en inflorescences

De branchages en arborescences

De régénérescence en magnificence

*

Printemps

Bourgeonnant, éclatant

Passent les jours, passe le temps

De ciels en ciels, de bourrasques en autan

D’aubes en crépuscules, de saisons en moments

*

Survis

Et souris

Sur ton chemin de vie

Trouve la force et garde l’envie

D’atteindre le ciel, voletant de féérie en folie.

*

Bourgeons

Embryon de marrons

Petits plumeaux fanfarons

Ne cachant plus leur ambition

Leurs ailes plucheuses déploieront

Plus loin que l’horizon

Action !

*