Vent de printemps (8) : crépuscule

« J’entends des mots d’amour changer le cours du temps. »

Eluard

Photo m.christine Grimard

.

Se taire

Pour écouter

Le chant du vent

Dans les graminées

.

Imaginer

Derrière le silence

La valse des anges

Au milieu des étoiles

.

S’endormir

À force de chercher

Le parfum des souvenirs

Dans l’obscurité grandissante

Publicités

Vent de printemps (6) : Prémices

« Les prémices en toute chose ont une délicieuse saveur. »

Honoré de Balzac

La fille aux yeux d’or.

Photo m. Christine Grimard

.

Couchée dans l’herbe

Les yeux dans le ciel

J’admire

La vie qui va

.

Les bourgeons éclatent

Au soleil d’avril

Se découvrant

De tous leurs fils

.

Les feuilles se défroissent

Précautionneusement

Déployant leurs nervures

À la lumière caressante de midi

.

Avril se prend pour mai

Au loin, un nuage joufflu

Gonflé de son importance

Avance sur fond de bleu majorelle

.

On dirait une ballerine endimanchée

En tutu aux mille tulles superposés

Tournoyant sur le devant de la scène

Déguisée en meringue

.

Vent de printemps (3) : sur un air de lilas

« Si je devais recommencer ma vie

je n’y voudrais rien changer

seulement j’ouvrirais un peu plus grand les yeux »

J.Renard

Photo m Christine Grimard

.

Quand il reviendra

Le temps des lilas

Soleil sera là

Qui réchauffera

La vie de ci, la vie de là

.

Quand il sera là

Le temps des Lilas

Où l’on s’en ira

Cueillir dans les bois

La joie d’être toujours là

.

Quand il s’en ira

Le temps des Lilas

On regrettera

Que de l’amour, l’éclat

Soit si court ici-bas …

.

Un petit air d’hiver (3) : Ice touch

« Il est des parcelles de lieux où l’âme rare subitement exulte.

Alentour ce n’est qu’espace indifférent.

Du sol glacé elle s’élève, déploie tel un chant sa fourrure, pour protéger ce qui la bouleverse, l’ôter de la vue du froid. »

Commune présence (1964)

René Char
*

 

 

Photo M.Christine Grimard

*

Dentelles

Sinueuses insinuées

Entre les lignes de nos vies

Coulant leurs ongles de cristal

Au long de nos échines fragiles de corail

Nous plongeant peu à peu dans un rêve glacial

Ferrant d’argent leurs pièges de métal

Nageant dans le mystère de l’infini

Jusqu’à nos matins blêmes

En rêvant de lumière

Immortelle

*

 

 

 

La ronde : Paysages (2)

Pour ceux qui auraient envie de relire mon texte de la ronde janvier ….

*

Paysage

Doux et sage

Pour oiseaux sans cage

Nageant au milieu des nuages

Paysage d’ombre et de lumière aux mille visages

Photo M.Christine Grimard

**

Pays sage

Comme une image

Paysage libre et sauvage

Comme les courbes d’un sillage

Paysage paisible, doux et sage

Comme la fin d’un beau voyage

Photo M.christine Grimard

***

Paysage si sage

Comme ton regard sur mon visage

Paysage si doux

Comme ton souffle sur mon cou

Paysage si sage

Comme ta main dans mon corsage

Paysage si fou

Comme la vie quand elle dit nous

Paysage pas sage

Comme il est primordial à notre âge

Photo du jour : Janvier

« Source encore glacée, miroirs gelés, Rois sortant tout raidis d’or des ténèbres de décembre, c’est janvier, en marche vers la Chandeleur, qui détient l’indiscernable futur. »

Colette (belles saisons)

Photo m ch Grimard

Photo m. Ch. Grimard

Janvier, bientôt achevé !

Quelques jours encore et Janvier aura replié ses voiles de givre dentelé.

Mois d’incertitudes où les colères du temps nous rappellent de notre position prétendument dominante, la précarité…

Mois d’attente où les quelques rayons de soleil nourrissent nos impatiences de printemps ensoleillé.

Mois de plaisirs enrubannés.

Quelques jours de joies amicalement partagées.

Quelques galettes frangipanées.

Quelques guirlandes oubliées sur les frontons givrés.

Quelques chocolats chauds sucrés.

Quelques bûches dans la cheminée.

Qu’en retiendrons-nous, quand l’année achevée, nous chercherons des yeux les souvenirs dignes à conserver ?

Des sourires échangés

Des mots de vœux partagés

Des rencontres enchantées

Des routes verglacées, miroirs aux reflets ardoisés.

Des petits matins de brume emmitouflés.

Des nuits interminables au ciel plombé

Mais parfois quelques ciels de toute beauté

À admirer bouche bée

Quelques jours encore à passer

Et arrivera Février !

Nostalgie d’automne (2) : rouille et or 

“L’automne raconte à la terre les feuilles qu’elle a prêtées à l’été.”
Georg Christoph Lichtenberg
*

*
Pose ta main sur la mienne
Traversons l’hiver ensemble
La neige recouvrira nos nervures
Et au printemps
Il ne restera de nous
Qu’ un nuage de poussière dorée
Qui s’envolera
Vers le couchant
Saupoudrant d’or
Les ailes des papillons
*