Un petit air d’hiver (2)

« Tout comme le noyau d’un fruit se brise pour exposer son coeur au soleil, il vous faut connaître la douleur. Et si votre coeur pouvait s’émerveiller en permanence devant les miracles quotidiens de votre vie, votre douleur ne lui paraîtrait pas moins étonnante que votre joie. Et vous accepteriez les saisons de votre coeur de la même façon que vous avez toujours accepté la succession des saisons dans vos campagnes. Et vous veilleriez sereinement au long des hivers de votre souffrance. »

Le Prophète

Khalil Gibran

Photo Christine Grimard

*^*

Un, deux, trois, soleil

Que les matins clairs d’hiver

Jamais ne réchauffent

^*^

Un, deux, trois, hiver

Sur les berges submergées

S’incruste en silence

*^*

Un, deux, trois, fraîcheur

Descendue de Sibérie

Nous fait frissonner

*^*

Un, deux, trois, espoir

D’un printemps tant espéré

Aux décours de mars

Publicités

Un petit air d’hiver (1)

Photo m Christine Grimard

Hiver

Pâle lumière

Jour à peine entre-ouvert

Entre gelées et soleil vert

Où l’on rêve de primevères

En enfilant trois pull-overs

Pour aller boire un verre

Avec les amis de la blogosphère

Entre Paris et Vancouver

Sous un ciel gris ou bleu-vert

Aux nuances glaciaires

D’hiver

La ronde : Paysages (2)

Pour ceux qui auraient envie de relire mon texte de la ronde janvier ….

*

Paysage

Doux et sage

Pour oiseaux sans cage

Nageant au milieu des nuages

Paysage d’ombre et de lumière aux mille visages

Photo M.Christine Grimard

**

Pays sage

Comme une image

Paysage libre et sauvage

Comme les courbes d’un sillage

Paysage paisible, doux et sage

Comme la fin d’un beau voyage

Photo M.christine Grimard

***

Paysage si sage

Comme ton regard sur mon visage

Paysage si doux

Comme ton souffle sur mon cou

Paysage si sage

Comme ta main dans mon corsage

Paysage si fou

Comme la vie quand elle dit nous

Paysage pas sage

Comme il est primordial à notre âge

Photo du jour : Janvier

« Source encore glacée, miroirs gelés, Rois sortant tout raidis d’or des ténèbres de décembre, c’est janvier, en marche vers la Chandeleur, qui détient l’indiscernable futur. »

Colette (belles saisons)

Photo m ch Grimard

Photo m. Ch. Grimard

Janvier, bientôt achevé !

Quelques jours encore et Janvier aura replié ses voiles de givre dentelé.

Mois d’incertitudes où les colères du temps nous rappellent de notre position prétendument dominante, la précarité…

Mois d’attente où les quelques rayons de soleil nourrissent nos impatiences de printemps ensoleillé.

Mois de plaisirs enrubannés.

Quelques jours de joies amicalement partagées.

Quelques galettes frangipanées.

Quelques guirlandes oubliées sur les frontons givrés.

Quelques chocolats chauds sucrés.

Quelques bûches dans la cheminée.

Qu’en retiendrons-nous, quand l’année achevée, nous chercherons des yeux les souvenirs dignes à conserver ?

Des sourires échangés

Des mots de vœux partagés

Des rencontres enchantées

Des routes verglacées, miroirs aux reflets ardoisés.

Des petits matins de brume emmitouflés.

Des nuits interminables au ciel plombé

Mais parfois quelques ciels de toute beauté

À admirer bouche bée

Quelques jours encore à passer

Et arrivera Février !

To Do List 52 : couleurs cadeaux

Photo M.Christine Grimard

  • S’accrocher aux branches de ses rêves et tenir bon malgré le vent d’hiver
  • Apprécier les couleurs du ciel comme un trésor ou un cadeau
  • Comprendre que la nature ne déçoit jamais ceux qui savent la respecter
  • Aimer l’instant simplement parce qu’il est là
  • Ne rien attendre de ceux qui sont incapables de donner et remercier la vie pour sa grande générosité.
  • Sourire pour éclairer le regard de celui que l’on croise.
  • Offrir son temps à ceux qui en ont besoin parce que la vie n’est faite que de partages

Phrases : Survoler sa vie ou l’inventer.

« Est-il possible que toute l’histoire de l’univers ait été mal comprise ?

Est-il possible qu’en dépit de toutes les inventions et de tous les progrès, qu’en dépit de la civilisation, de la religion, de la philosophie,

on en soit resté à la surface de la vie ?

Les cahiers de Malte Laurids Brigge
Rainer Maria Rilke
*

Photo M.Christine Grimard

***

  • Mon enfant, survole ta vie, caresse la crête des vagues juste assez haut pour garder ta liberté, juste assez bas pour sentir le danger siffler à tes oreilles et déguster la bruine salée qui les coiffe.
  • La vie n’est-elle que l’image qu’elle nous renvoie ? D’elle je ne veux me souvenir que de l’étincelle dans le regard de l’autre, que la couleur de sa peau, que la douceur des battements de son cœur, que du parfum de l’océan sous le vent.
  • Les errances qui sont les nôtres depuis des milliers d’années ne sont-elles que le brouillon d’un grand roman qu’une main inconnue écrirait dans un univers parallèle, jetant les pages raturées dans le vent sidéral ?
  • Ferme les yeux et souviens-toi de toi, avant que tes cellules n’éclosent, avant que ton sang ne bouillonne dans tes veines, avant que l’air ne brûle tes poumons, souviens-toi de la légèreté de tes plumes dans le vent, souviens-toi de ta liberté éthérée.
  • Tu as choisi de naître sur cette terre, que ta vie soit réelle ou inventée, remplis la de la joie d’exister, ne te contente pas de la survoler, profite de chaque jour pendant que tu respires, déguste chaque seconde, fais en sorte de vivre chaque jour, au moins un instant de plaisir.