Clichés 100 : jardin 

« Les pousses des cassis que tu froissais, l’oseille sauvage en rosace parmi le gazon, la menthe toute jeune, encore brune, la sauge duvetée comme une oreille de lièvre, tout débordait d’un suc énergique et poivré, dont je mêlais sur mes lèvres le goût d’alcool et de citronnelle… »

Colette. Les vrilles de la vigne. 

Photo Mch grimard


.

J’ouvre une page de Colette au hasard, et recopie la première phrase lue. 

Tout est là.

Il n’y a qu’à se délecter de ses mots, et l’on est auprès d’elle, assis au beau milieu des  parfums du jardin. Rien de plus à faire que laisser couler ses phrases pour sentir sur nos lèvres le goût de la citronnelle…

.

Photo m ch grimard


.

Alors, suivre les fragrances qui s’offrent.

Se coucher dans l’herbe à plat ventre, le nez dans le gazon, à ras les pâquerettes.

Et rêver à l’été qui viendra, au sucre des cerises quand elles sont presque noires, à la pointe de vanille qui habite les roses à la tombée du jour…

.

Photo M ch grimard


.

S’émerveiller d’un rien.

Où que l’on se tourne, admirer chaque arpent de jardin comme on tourne les pages d’un livre que l’on aime, même en l’ayant lu cent fois.

Connaître chaque fleur et la trouver plus belle que l’année précédente, puisqu’elle est encore là. Compter chaque pétale comme on compte les jours de l’été finissant quand on sait que l’automne frappe déjà à la porte.

.

Photo m ch grimard


.

Être consciente du privilège que l’on a de vivre ici, en paix et en liberté, même relative puisqu’annexée à celle des autres.

Profiter de l’instant puisqu’il m’est donné si généreusement par la terre où je vis, en occultant un instant le travail fourni pour aider la nature à donner le meilleur d’elle-même.

Même si la fureur du monde tonne alentour, même si les esprits chagrins pensent que les fleurs ne servent à rien au regard des convulsions du monde, je vous les offre pour qu’un bref instant vous ressentiez la caresse du vent et le parfum des roses sur votre visage, en oubliant le temps qui passe…

.

Photo m ch grimard

Clichés 99 : L’éternel recommencement

« Il n’y a sur cette terre que des commencements. »

Madame de Staël

*

photo M.Ch. Grimard

*

Éternel recommencement

Grappe après grappe

Cousinage colorés

Cohabitation parfumées

*

photo M.Ch. Grimard

*

Voisinage des différences

Tout le monde partageant le même soleil

photo M.Ch. Grimard

*

Chacun sa route

Vers la lumière

Sous un même ciel

Pour tous

*

photo M.Ch. Grimard

*

S’asseoir pour rêver un peu

à l’ombre des Glycines en fleur

Baignée de leur fragrance sucrée

*

photo M.Ch. Grimard

*

Demain sera un autre jour

Celui d’une autre lumière

Jaune Cytise

*

Photo M.Christine Grimard

 

To do List 37 : Promesses tenues 

Photo M.Christine Grimard

*

 

  • Se laisser éblouir par les couleurs d’un bouton de tulipe, un matin d’Avril.
  • Se demander quelle merveille apparaîtra lorsque la tulipe déploiera sa corolle.
  • S’imaginer ce que serait le monde s’il était contenu dans une fleur.
  • Revenir le lendemain et se laisser surprendre par la splendeur du résultat.
  • Conclure que la nature tient mieux ses promesses que les hommes politiques.

*

Photo M.Christine Grimard

Cliché 98 : Visible Volonté de Vivre

“Le monde visible n’est que le miroir de la volonté.”
Arthur Schopenhauer
*

*

Tendre vers la lumière

De toute la force de sa sève

Étirer ses bras vers le ciel

De toute sa volonté

D’exister

*

 

*

Fragilité apparente

Prémices

Sans artifices

Frémissements

Débordements

Promesses évidentes

Opiniâtreté

Récompensée

*

 

*

Atome

Cellule

Molécules

Chloroplastes

Branchages

Feuilles

Fleurs

Vie

*

Clichés 97 : Couleurs de ma vie 

“Le reflet est pour les couleurs ce que l’écho est pour les sons.”
Joseph Joubert
*
img_9193

Photo M.Christine Grimard

**
img_9174

Photo M.christine Grimard

 

****

 

photo

Photo M.Christine Grimard

*****

Les Instants dansent

Les secondes glissent

Les minutes crapahutent

Les heures tournent

Les jours passent

Les années fuient

Le temps s’écoule

La vie se noie dans un reflet de cuivre

L’âme s’envole

D’une flaque de sang

*********