Variations et vibrations : Un rien de Temps 

« Il est plus difficile d’accorder les philosophes que les pendules. » Sénèque

Citation tirée du livre « Perles de vie » 

de René de Obaldia 

p 57 

                                           -//-

Photo M.Christine Grimard


.

Le Temps d’une vie humaine est si court.

Quel est notre place dans l’univers ?

Pourquoi avons-nous prospéré sur cette terre, perdue comme un vaisseau fantôme dans l’univers ?

Est-ce la réalité qui nous est donnée, sous forme d’une infime parcelle d’éternité ?

Est-ce une illusion, sommes-nous les personnages du rêve éveillé d’un Dieu à l’imagination débridée ?

La liberté de vivre nous est-elle donnée ou l’avons-nous attrapée au vol comme le pompon d’un manège qui tourne et jamais ne s’arrête ?

Pourquoi nous accorder juste le temps infime de goûter à une vie aussitôt achevée ?

Dans chacune de nos cellules, trouve-t-on la structure miniature de l’univers tout entier ?

Sommes-nous des entités indispensables à la marche du monde où sommes-nous des accidents de parcours ?

Que restera-t-il de nous lorsque nous rendrons à la terre, la poussière de l’étoile qui nous a enfantés ?

Messieurs les philosophes, vous qui avez une question pour chacune de vos réponses, auriez-vous l’amabilité d’apporter des réponses à chacune de mes questions ?

                                      ://:

Publicités

Photo du jour : Silence du soir, espoir.

« Écrire, c’est donner une profondeur au silence. »

Joe Bousquet 

Photo m ch grimard

….

Derniers instants 

Avant 

Que le jour

Ne se fonde 

Dans sa nuit 

……..

Heure où la lumière 

Exulte 

Flambant ses 

Dernières secondes

Avant 

De libérer  

Les ténèbres 

……..

Jeux de cache-cache 

Combat de gris

De roses et de bleus 

Ou chacun sait 

Que le noir 

Gagnera 

……..

Strates claires-obscures 

Rayures roses et or

Étincelles éphémères 

Déclinent 

A l’horizon 

……….

Heure où 

Le silence 

Est d’or

Habité

De l’espoir 

Secret 

Que le ciel 

Derrière son masque 

Obscur 

Ouvrira ses bras 

De velours noir

Aux étoiles 

Photo du jour : Pluie de rentrée 

« La cachette fut terminée aux premières heures de l’aube. C’était une aube mauvaise de septembre, mouillée de pluie : les pains flottaient dans le brouillard, le regard n’arrivait pas jusqu’au ciel. »Education europeenne – Romain Gary

Photo m.christine Grimard

.

Il est Temps de rentrer 

Entre soirée et matinée 

L’air a chuté de vingt degrés 

Chacun dans sa case est rentré 

Des escargots aux araignées 

L’été brûlant est achevé  

Autant reprendre et s’adapter 

Au spleen, au frais et aux corvées 

Au sombre, au gris et au mouillé

En septembre on est entré 

Contre l’été on a troqué 

Un vrai Temps de rentrée 

Un été en bandoulière (35)

« Préparer l’avenir ce n’est que fonder le présent.

Il n’est jamais que du présent à mettre en ordre.

À quoi bon discuter cet héritage.

L’avenir tu n’as point à le prévoir mais à le permettre. »

Citadelle

Antoine de Saint-Exupéry

*

Photo m Christine Grimard

.

Bientôt l’été s’achèvera.

Je rangerai ces trente-cinq cartes non postales à côté du gros coquillage où l’on entend la mer.

Il ne leur manquera que le parfum iodé des algues.

Les goélands retrouveront le calme de l’estran déserté.

J’espère que ces quelques pages vous auront plu et vous auront fait rêver un peu d’océan.

Je ne vais pas vous ennuyer plus longtemps à photographier tout ce qui passe au-dessus de ma tête sur cette plage.

Il faut savoir refermer la porte en sortant.

Les vacances et l’été s’achèveront dans une gerbe d’écume.

L’avenir s’écrira dans le sable qu’une seule vague effacera.

Je remercie tous ceux qui suivent ce blog amicalement et qui ont apprécié mes tentatives maladroites pour occulter les ombres du chemin, entre canicule et aquilon.

Ainsi s’achève cette série de cartes non postales d’un été porté en bandoulière entre ciel et mer.

Que le vent marin vous porte vers le meilleur.

***

Un été en bandoulière (34)

“Sous les vagues, la mer est dressée, on dirait qu’elle est au ciel, Qu’elle touche et arrose les nuages qui couvrent tout. ”

Ovide

Les Métamorphoses.  Livre XI 

Photo m. Christine grimard

.

Je suis retournée ce matin à l’endroit précis où j’ai pris cette photo en 2012, depuis la plage à été transformée par les tempêtes, les grandes marées, l’érosion, le vent et le temps qui s’allient pour sculpter l’estran selon leurs désirs. 

D’autres voiles se déploient à l’horizon, d’autres marins suivent d’autres caps, d’autres goélands chevauchent la crête des nuages.

L’océan, indifférent au tumulte de la vie des hommes, poursuit son va et vient. 

Les vagues tirent sur le vert, la marée  aplanît les bancs de sables comme il y a cinq ans mais la configuration de la plage est bien diffferente de celle de ce jour-là.

Cette image de 2012, aussi belle soit-elle, ne reviendra jamais. Cette femme qui parcourt l’estran, est bien différente de celle qui prit cette photographie. Bien des vagues ont balayé ce sable, bien des pas ont traversé cette plage. Bien des évènements se sont produits dans ma vie et dans ce monde depuis ce jour-là…

Que sont devenus tous ces gens ? 

Que suis-je devenue ?

Et vous , qu’avez-vous vécu durant ces cinq années ?

Un été en bandoulière (33)

« On ne revient jamais d’aucun voyage, car celui qui revient n’est plus le même. Ce dépaysement que nous allons chercher sur d’autres territoires, d’autres lumières, d’autres parfums, est un subtil et nécessaire exil intérieur. »

Se trouver – La psychanalyse nous aide-t-elle à moins souffrir ? Anne Dufourmantelle

Photo marie-christine grimard


.  Qu’es-tu venue chercher sur cette plage ?

Un peu d’air du large 

Un parfum d’iode et d’embruns 

Un soupçon de sérénité

Un instant de tranquillité 

Une belle portion de lumière 

Un grand bol d’écume de mer 

Un zeste d’évasion 

Un pur moment de Plaisir 

.

. Et qu’as-tu trouvé sur cette plage ?

Tout cela 

Plus 

Moi 

Un été en bandoulière (32)

« Je réclame le droit de rêver au tournant

De la route aux grands charmes de la promenade

Le droit de m’émouvoir du monde maintenant 

Que s’approche la canonnade. »
Les Yeux et la Mémoire, 

Louis Aragon, éd. Gallimard, 1954, IV 

(« Je plaide pour les rues et les bois d’aujourd’hui »), p. 36 

Photo m. Christine Grimard


.

Je réclame le droit d’oublier 

Le mauvais, la terreur 

La violence et la mort

Le vain et le mauvais sort 

~^~

Je réclame le droit de rouler 

Sans but et sans enjeu 

Au fond des vallées bleues

Le long des chemins creux 

~^~

Je réclame le droit d’exister 

Seulement pour le Plaisir

De suivre mes désirs 

Sans jamais m’assagir 

~^~

Je réclame le droit de flâner 

De vouloir et d’aimer 

De rire et de chanter 

De vivre et de rêver