Clichés 99 : L’éternel recommencement

« Il n’y a sur cette terre que des commencements. »

Madame de Staël

*

photo M.Ch. Grimard

*

Éternel recommencement

Grappe après grappe

Cousinage colorés

Cohabitation parfumées

*

photo M.Ch. Grimard

*

Voisinage des différences

Tout le monde partageant le même soleil

photo M.Ch. Grimard

*

Chacun sa route

Vers la lumière

Sous un même ciel

Pour tous

*

photo M.Ch. Grimard

*

S’asseoir pour rêver un peu

à l’ombre des Glycines en fleur

Baignée de leur fragrance sucrée

*

photo M.Ch. Grimard

*

Demain sera un autre jour

Celui d’une autre lumière

Jaune Cytise

*

Photo M.Christine Grimard

 

To do List 37 : Promesses tenues 

Photo M.Christine Grimard

*

 

  • Se laisser éblouir par les couleurs d’un bouton de tulipe, un matin d’Avril.
  • Se demander quelle merveille apparaîtra lorsque la tulipe déploiera sa corolle.
  • S’imaginer ce que serait le monde s’il était contenu dans une fleur.
  • Revenir le lendemain et se laisser surprendre par la splendeur du résultat.
  • Conclure que la nature tient mieux ses promesses que les hommes politiques.

*

Photo M.Christine Grimard

Cliché 98 : Visible Volonté de Vivre

“Le monde visible n’est que le miroir de la volonté.”
Arthur Schopenhauer
*

*

Tendre vers la lumière

De toute la force de sa sève

Étirer ses bras vers le ciel

De toute sa volonté

D’exister

*

 

*

Fragilité apparente

Prémices

Sans artifices

Frémissements

Débordements

Promesses évidentes

Opiniâtreté

Récompensée

*

 

*

Atome

Cellule

Molécules

Chloroplastes

Branchages

Feuilles

Fleurs

Vie

*

Clichés 97 : Couleurs de ma vie 

“Le reflet est pour les couleurs ce que l’écho est pour les sons.”
Joseph Joubert
*
img_9193

Photo M.Christine Grimard

**
img_9174

Photo M.christine Grimard

 

****

 

photo

Photo M.Christine Grimard

*****

Les Instants dansent

Les secondes glissent

Les minutes crapahutent

Les heures tournent

Les jours passent

Les années fuient

Le temps s’écoule

La vie se noie dans un reflet de cuivre

L’âme s’envole

D’une flaque de sang

*********

Photo du jour : Fleurs de givre 

« Les vases ont des fleurs de givre,

– Sous la charmille aux blancs réseaux ;

– Et sur la neige on voit se suivre

– Les pas étoilés des oiseaux. »

Théophile Gautier
*

Photo M.Christine Grimard

**

Départ au petit matin, frissons et tremblements.

La lumière point à peine derrière les charmilles.

La voiture recule et sur le pare-brise, les fleurs de givre écloses durant la nuit, comptent leurs secondes de survie.

Le chauffage ronronne, la soufflerie vrombit.

Dans la lueur des phares, sur fond d’aube bleutée, se découpent les dentelles que la glace a brodées durant la nuit.

J’admire en silence, regrettant presque que cette œuvre éphémère doive bientôt disparaître sous les assauts du chauffage.

Je resterais bien là, sans bouger pour les conserver tant elles sont magnifiquement ouvragées, osant à peine respirer pour ne pas les effrayer…

Tant pis si je suis en retard.

Mais elles commencent à fondre !

Vite : une photo pour en garder le souvenir, et le déguster aux temps chauds.

Le portable, finalement, ça a du bon, quand on s’en sert autrement que pour téléphoner !

***

 

Photo du jour : Fleurs d’hiver 

« Il était bien rare que Sido n’eût pas trouvé dans le jardin, vivaces, épanouies sous la neige, les fleurs d’ellébore que nous appelions rose de Noël.

En bouquet au centre de la table, leurs boutons clos, ovales, violentés par la chaleur du beau feu, s’ouvraient en une cascade mécanique qui étonnait les chats et que je guettais comme eux. »

Colette

*

iphone-chris-3213

Photo M.Christine Grimard

**

Pas de roses de Noël ici, mais des bruyères sous la neige.

Un peu de rose sur fond de blanc, ou alors un peu de poudre blanche saupoudrée sur le fuchsia.

Tout dépend de quel angle on regarde.

Tout dépend si le verre est à moitié plein ou à moitié vide…

Un peu de couleurs pour préfigurer celles du printemps, ou alors pour ne pas oublier celles de l’été dernier.

Peu importe de quel côté on regarde à travers la lorgnette.

Regarder la nature avec les beaux yeux oblongs de Colette.

J’ai tendance à focaliser le regard sur les petites taches de couleur que la vie prend au fil des jours.

Tant pis, si je passe à côté des noirceurs, ou alors tant mieux !

***