Photo du jour : hésitation

« La vie est une hésitation entre une exclamation et une interrogation. Dans le doute, on met un point final. »

Fernando Pessoa

En bref.

.

Photo m Christine Grimard

.

Les arbres hésitent entre été et automne. Certaines feuilles ont conservé leur vert vigoureux et d’autres entament leur métamorphose rouille flamboyante.

Rester encore un peu en été serait tentant, mais l’horloge tourne …

Comment l’arrêter ?

Le sable coule entre nos doigts et le vent d’hiver prend un malin plaisir à faire tourner le sablier de plus en plus vite !

J’hésite comme eux, entre rose et rouille, ou garder encore un peu l’illusion de la jeunesse ou accepter la déliquescence progressive.

Laisser les jours flétrir mes joues, ou alors remettre un peu de cette préparation anti-ride miraculeuse ; histoire de reconnaître encore quelques temps, son propre visage dans le miroir !

Mais où donc est passé ce pot de crème ?

Publicités

Photos du jour : Rêve d’Octobre

Photo m Christine Grimard

Petits matins brumeux

Octobre étire sa fraîcheur

Réveil grisâtre et cotonneux

Il rêve pourtant de chaleur

Photo m ch Grimard

En plein midi, le soleil se dérobe

Octobre s’habille de teintes sobres

Encore paré de quelques fleurs

Pour résister à la froideur

Photo M Christine Grimard

Mais lorsque vient la nuit

Sur les ailes du vent

Il s’envole sans bruit

Dans le soleil couchant

Rêvant d’un impossible été

De matins décousus

Et d’amants désunis

….

Photo m Christine Grimard

Photo du jour : No futur

« Le moment présent est comme la proue d’un navire qui fonce dans l’océan du temps et transforme le futur incertain en un présent devenant sitôt après un passé immuable. Ce passé contient tout ce que je connais de l’histoire. Tout ce que je sais du temps, c’est que je suis dans le temps. »

Hubert Reeves

Interview (tant de temps)

Photo m Christine Grimard

Frêle esquif balloté entre les vagues du passé et le vent du futur , j’avance dans le brouillard.

Qui se souviendra du sillage que j’aurai tracé ?

Arrêtée au feu rouge, je fixe la jeune femme de la fresque qui regarde la vie droit devant elle, sans peur apparente.

Quel est son passé, que sera son futur ?

Dans un monde où le présent s’enfuit de plus en plus vite, où le futur semble plein de destructions et de violences, où le passé se déguise selon les choix du roi du moment, quelle est ma place ?

Que sera mon futur ?

Lorsque le feu passera au vert, vers quelle route porterai-je mes pas ?

Arriverai-je au bout du chemin ?

Demain n’est qu’une hypothèse.

Hier n’est qu’un souvenir mais pas un regret.

Seul aujourd’hui existe.

A nous de l’aimer.

Photo du jour : ciel d’encre

« Je ne trempe pas ma plume dans un encrier mais dans la vie. »

Blaise Cendrars

Photo m ch Grimard

.

Courir d’un lieu à l’autre

Remplir ses heures jusqu’à ce qu’elles débordent

Ne plus parvenir à contenir le flot

Des exigences des uns et des autres

Et puis s’arrêter

Au bord du chemin

Éteindre le moteur

Savourer le silence

Et admirer

Le ciel qui choisit ses encres

Patiemment

Puis peint jusqu’à la nuit

Son plaisir d’exister

Un été bleu outre-mer (19)

« S’en aller, pensant ou rêvant

Mais que le cœur donne sa sève

Et que l’âme chante et se lève

Comme une vague dans le vent. »

L’ardeur

Anna de Noailles

.

Photo M.Christine Grimard

.

Se laisser bercer par les vagues

Attendre leurs caresses d’écume

.

Photo M.Christine Grimard

.

Vouloir Oublier que le temps passe

Et que celui des vacances est écoulé

.

Photo M.Christine Grimard

.

Se dire que l’été reviendra

Et que la vague toujours se reformera

.

.

Les vacances ayant une fin, malheureusement, il me reste à remercier tous ceux qui ont suivi cette courte série estivale

Merci pour votre regard

Sur mes délires

Océaniques

Bleus outre-mer, verts ou marines

Sous le vent

Jusqu’à la dernière vague …!

.

.====>. FIN

Un été bleu outre-mer (18)

« Je me laisse envahir par l’immensité du ciel et par l’odeur des vagues. »

L’amour de loin (2001)

Amin Maalouf

.

Photo m Christine Grimard

Je viens ici depuis vingt-cinq ans, en suivant les sentiers qui traversent les marais, on parvient jusqu’à estuaire du Veillon. C’est un lieu sauvage où les ostréiculteurs travaillent.

Plus rien ne barre l’horizon depuis la tempête Xynthia de février 2010. La dune qui était très haute et empêchait de voir l’océan au bout de l’estuaire, a commencé à disparaître progressivement emportée par les grandes marées hivernales et les tempêtes successives.

En été 2010 puis 2011, j’avais photographié les kitesurfeurs depuis le même sentier, (photos ci-dessous) la hauteur de la dune avait déjà diminué de moitié. Aujourd’hui, il n’y a plus de dune (photo ci-dessus).

.

Photo m Christine Grimard 2010

Photo m Christine Grimard 2011

Un été bleu outre-mer (17)

« Combien d’hommes profondément distraits pénétrèrent dans des trompe-l’œil et ne sont pas revenus. »

Jean Cocteau

.

Photo m. Christine Grimard

.

Les vacances touchaient à leur fin.

Elle n’avait pas envie de rentrer.

Retrouver la ville sous la canicule, les rues surchauffées, les gens pressés et impatients.

Ici, les ruelles étaient bordées de maisonnettes sans étage, les façades claires toutes différentes donnaient à la ville des airs de demoiselle en dentelles.

On s’attendait à voir déboucher au coin de la rue, des couples en costumes de la belle-époque.

Elle s’accorda encore quelques heures de flâneries avant de prendre son train.

Se replonger dans les contraintes horaires ne l’enchantait pas.

Avec un peu de chance, elle pourrait rater le train…

Lorsque la porte s’ouvrit devant elle, elle n’hésita pas une seconde. Elle avait toujours adoré les roses trémières. Un parfum de chèvrefeuille tournait entre les murs. Elle franchit le seuil en souriant à la mouette qui passait au dessus d’elle…