Phrases 48 : Mots envolés

“La beauté est le nom de quelque chose qui n’existe pas et que je donne aux choses en échange du plaisir qu’elles me donnent.”
Fernando Pessoa

*

12087963_864604593647156_1969016288890949843_o

Photo M. Christine Grimard

**

  • Peu importe qui je suis, peu importe où j’irai, ce que sera demain et le temps qui me reste;  aujourd’hui le ciel est grand, le vent est doux, l’océan est chaud; aujourd’hui sous les nuages ou dans le vent, la vie est un cadeau et je l’aime !
  • Si tu as faim de vivre mon enfant, la beauté te nourrira, remplira tes yeux de lumière, te fera oublier les jours sombres, t’apprendra le chemin des rêves, dessinera ton avenir, t’emportera loin de la souffrance et guidera ton cœur vers l’espérance.
  • Laisse s’envoler la crainte de souffrir, profite de l’été pendant qu’il habille les collines; il sera bien assez long le temps des jours gris où le souvenir du bon temps  sera le seul moyen de te réchauffer le cœur.

***

Note : rappel de la consigne 

Laisser les mots venir se poser sur l’écran en liberté.

Lever les yeux sur la vie, laisser les images prendre forme et simplement les décrire, comme on en ferait le portrait en quelques lignes de fusain.

Trois phrases toutes simples.

Trois images suggérées que l’on voit danser sous ses paupières lorsqu’on a fini de lire la phrase.

Trois raisons d’en rêver lorsque la page est tournée.

Phrases 45 : Mots fleuris

« Pendant une bouffée de silence, épaisse comme une brume,

je viens d’entendre choir sur la table voisine les pétales d’une rose qui n’attendait,

elle aussi, que d’être seule pour défleurir. »

Colette

*

iphone oct 054

Photo M.Christine Grimard

*

  • L’espace d’un instant, elle crût que le temps ne lui était plus compté, l’éternité s’avançait à sa rencontre sur le chemin; dans un souffle, elle s’éveilla lorsqu’un rayon de lune lui caressa la joue, compta ses pétales puis rassurée se rendormit.
  • Dans une bouffée de brume, la rose émergea de son rêve d’alizés; elle défroissa ses pétales, se rafraîchit d’une larme de rosée, frissonnant sous la caresse du vent de l’aube; c’était septembre, l’été ne reviendrait pas.
  • En s’éveillant, elle sût que ce jour d’automne serait son dernier; elle rassembla sa joie de vivre pour déplisser ses pétales et étendit ses étamines au soleil de septembre pour que tout le jardin se souvienne de sa couleur inimitable.

*

Photo du jour : fin de saison 

« Deux biens sont aussi précieux pour nous que l’eau ou la lumière pour les arbres : la solitude et les échanges. » 

Christian Bobin
 

photo M.C.Grimard

 
Entre été et automne 

Mi-figue, mi-raisin 

Mi-temps entre lumière et brumes 

Septembre étire ses petits matins blêmes 

Refusant de choisir entre fraîcheur de l’aube et chaleur des soirs

Qu’il est bon de s’installer sur la terrasse 

Pour écouter les feuilles craquer et les regarder tomber 

Dans la douceur des derniers après-midi d’été 

Savourer la caresse du soleil 

L’odeur âpre des coings 

La saveur pourpre des pêches de vigne 

Déguster les derniers fruits de l’été déjà teintés d’automne 

Apprécier les derniers jours de chaleur 

Aimer cette lumière 

Avant qu’elle ne se cache derrière les premiers brouillards d’octobre.

Aimer ses quelques instants de solitude et les partager ici…