Primum non nocere

Primum non nocere

Juste une mise au point.

Une fois n’est pas coutume mais cette pandémie change la donne !

Sur ce blog, je ne parle jamais de mon métier, préférant partager un peu de rêve et d’énergie positive. Un peu d’évasion ne nuit pas.

Photo Marie-Christine Grimard

L’académie nationale de médecine et l’académie des sciences ont publié un communiqué le 25 mars 2020 devant les dérives et délires auxquels on assiste depuis le début de cette pandémie meurtrière.

Les réseaux sociaux et en particulier Twitter et son armée de « néo-virologues autoproclamés » n’ayant aucune compétence médicale ni scientifique, se sont emparés du sujet, comme ils le font avec la politique ou avec tout autre sujet.

Il suffit que n’importe qui étale ses délires ou ses désirs sur la toile, pour qu’ils soient repris et amplifiés à l’infini. Lorsque les piliers du « café du commerce » discutaient entre deux bières, cela ne faisait pas le tour de la terre, et prêtait plutôt à sourire. Aujourd’hui, rien n’arrête les inepties complotistes, il n’y a plus de limites à la bêtise humaine.

D’aucuns ont découvert que les médecins préfèrent utiliser des traitements ayant prouvé leur efficacité et leur innocuité, dans des études randomisées de grandes cohortes. Comment se fait-il qu’ils aient besoin de telles preuves avant de prescrire un produit ?

Primum non nocere

Un produit qui a une action, provoque toujours une contre- réaction. Il faut que celle-ci ne soit pas plus nocive que l’action elle-même pour que le produit soit accepté. Voilà à quoi servent les études prospectives randomisées « en double aveugle » pour qu’il n’y ait pas de biais dans l’interprétation des résultats.

Alors quand un microbiologiste nous dit sur YouTube (la bible moderne) que dans son éprouvette, le coronavirus est en parti détruit par la présence de Chloroquine, et qu’en conséquence, l’épidémie sera réglée en quelques semaines, je crois à un « fake ». Il y en a tant…

L’eau de javel aussi détruit le virus in vitro et bien qu’un président en exercice l’ait conseillé à la télévision, je pense que personne ne se risquerait à l’avaler.

Et quand quelques jours plus tard on y ajoute un antibiotique (très efficace sur les surinfections bactériennes pulmonaires) d’une famille connue pour ses interactions médicamenteuses nombreuses pouvant induire des arythmies cardiaques mortelles, je n’en crois pas mes yeux. La torsade de pointe est une des hantises de tout cardiologue.

Combien de morts cardiaques va-t-on induire avec une association de ce type sans surveillance cardiologique ?

Une partie de la réponse vient de tomber avec une étude observationnelle parue dans le Lancet portant sur les registres recueillis dans 671 hôpitaux et sur l’évolution de 96 032 patients, montrant une nette surmortalité liée à l’utilisation de cette association de traitements.

Et malgré cela, sur les réseaux sociaux, les colibets et injures diverses et variées continuent à l’encontre des médecins qui avaient mis en garde contre cet engouement aussi soudain qu’irréfléchi.

Alors, bien que cette terrible pandémie, réveille en nous la peur ancestrale de la mort, bien que notre vie en soit bouleversée, bien que la souffrance qu’elle génère dans tous les pays du monde soit insupportable, il est impossible de se jeter sur la première idée venue et de « tenter le coup » parce qu’on n’a pas d’autre solution.

Il n’y a pas de traitement antiviral efficace pour le moment contre ce nouveau virus. Il génère plus de questions que nous avons de réponses, son évolution nous est inconnue.

Restons modestes et gardons les pieds sur terre.

Laissons travailler les chercheurs et aidons les par notre patience.

Oui le temps nous est compté, mais ça n’est pas une raison pour faire n’importe quoi.

La maison brûle, oui. Que dirions-nous si les pompiers dans leur précipitation à bien faire, avaient pris une citerne au hasard dans la cours de la caserne sans vérifier son contenu, et viennent arroser le brasier avec de l’essence ?

On a lu et entendu tant de fausses informations sur ce nouveau coronavirus, entre les manipulations volontaires, les mensonges par omission, les maladresses involontaires, les rumeurs et autres scoops.

Personne ne détient la vérité parce que nous ne connaissons pas ce virus. Nous ne savons pas comment il va évoluer, combien de « répliques » se produiront. Nous ne savons pas si notre immunité sera efficace, et donc si nous pourrons nous protéger par un vaccin.

Nous ne savons rien de notre avenir collectif ou individuel. Alors un peu de modestie.

Je suis médecin et je suis là pour empêcher mes patients de souffrir dans la mesure de mes moyens. Je ne suis pas magicienne ni voyante extra-lucide. Je ne suis pas sorcière. Lorsque je ne sais pas, je dis « je ne sais pas ».

Mais ce que je sais, c’est que je ne prescris pas un traitement qui n’a pas prouvé son efficacité et son innocuité.

Primum non nocere

Joyeuses Pâques

Photo m Christine grimard

.

Joyeuses Pâques à tous

Que ce temps de renaissance

Soit pour chacun de vous

Un moment de paix et de lumière

.

Temps de changements

Temps de renouveau

Temps d’interrogations

Temps d’espérance

.

Malgré la détresse et la souffrance

Un message d’espoir nous est donné

La lumière triomphera des ténèbres

Et la vie renaître de ses cendres

.

.

Cette photo est une belle allégorie de ce que je ressens en ce jour de résurrection

La Croix lumineuse au milieu des gravats encore fumants

L’espoir nous est donné

À nous d’en éclairer nos pas

Notre Dame de Paris

Drame absolu

L’émotion de toute la nation

Une partie de notre histoire s’envole

Le travail des bâtisseurs du moyen-âge

La forêt de madriers gigantesques séculaires partie en fumée

La ferveur des catholiques

Le souvenir des milliers de prières envolées sous ses voûtes

Napoleon et son sacre

Victor Hugo et Quasimodo

Le charme des sculptures, des gargouilles et des flèches découpées

Les rosaces. Dentelles de lumière

.

Les photos de gargouilles de Brassaï du haut des tours

Un point de repère de notre histoire qui est détruit en direct devant les caméras du monde entier

Un peu de mon cœur qui flambe et s’envole en milliers de braises dans les nuages

Une émotion indicible

Une réalité terrifiante

Journal : l’important c’est aimer

« Je ne dirai pas les raisons que tu as de m’aimer. Car tu n’en as point. La raison d’aimer, c’est l’amour. »

[ Citadelle (1948) ]

Antoine de Saint-Exupéry

Tableau de Chagall

Amoureux ou non

Fête de l’amour ou de tous les autres jours

L’important c’est aimer et savoir le dire

Avant que le temps nous emporte

Avant le vent nous disperse

Hier, aujourd’hui et demain, c’est le jour où partager son envie d’aimer !

Variations et vibrations : lumière !

« Puisque j’ai rejeté l’épée, il n’est plus rien d’autre que la coupe de l’amour que je puisse offrir à ceux qui se dressent contre moi. »

Gandhi

Photo m Christine Grimard

.

Pas à pas, marcher vers la lumière

Cligner légèrement des yeux

Pour voir danser sous ses paupières

Le sourire des gens heureux

Ivres du vent et de la mer

.

Choisir de garder le meilleur

Des souvenirs et des amours

Vaincre le fiel et la douleur

Rire des tours et des toujours

Rien ne valant la joie d’aimer

.

Ne pas attendre de retour

De ceux qui ne savent donner

Laisser partir les faux amours

Dans le vent sans se retourner

Le temps de vivre était si court

.

Choisir de suivre la lumière

Croire aux miracles et au destin

Suivre le cours de la rivière

Sourire à l’inconnu qui vient

Aller là où le ciel est clair

Joyeux Noël à tous, que l’amour et la paix éclairent votre chemin

Par la force de l’amour

Le choix fut donné aux hommes

De vivre sur une terre accueillante

En harmonie et en paix

Avec leurs frères et leur terre

Mais l’égoïsme et la cupidité

Leur fit oublier qu’ils n’étaient que des passagers

En transit sur cette terre

Et ils chassèrent les animaux pour se nourrir de leur chair

Puis leurs frères pour s’approprier leurs terres

Un enfant leur fut donné

Aux yeux plein de sagesse

Pour leur montrer le chemin

Ceux qui croisèrent son regard

Virent leur vie changer à jamais

Il portait l’espoir et l’amour

Qui s’en rappelle aujourd’hui ?

Il portait le renouveau

Qui se souvient de lui ?

Comptine d’automne

Photo. M Christine Grimard

.

Un petit nuage

Un jeune arbrisseau

S’aimaient d’amours tendres

Mais comment s’y prendre

Quand on est si loin ?

.

Impression de déjà vu

Sentiment déjà connu

Histoire déjà entendue

Un souffle de vent

Aimant la tendresse

Entend leur détresse

Attendri, il décide de les aider

….

Désolé de leur maladresse

En deux temps, trois rafales

Il enroule le petit nuage

En spirale autour des branchages !

……..,

Fin de la comptine

Joyeux Noël à tous 

« Ami perdu, enfant perdu, parent, soeur, frère, mari, femme, que nous avons perdus, nous ne voulons pas vous rejeter ainsi ! Vous tiendrez la place qui vous est précieusement gardée dans notre coeur, au coin de notre feu, en ce jour de Noël. »La Maison d’Apre-Vent – 

Charles Dickens

Photo mcgrimard


Que cette nuit de Noël vous apporte joies et plaisirs.

Que les instants partagés avec ceux que vous aimez illuminent vos souvenirs.

Que l’espoir porté par naissance du Christ, éclaire votre chemin.

Que la vie vous soit douce.

So long Léonard Cohen

*

Show me the place

Where you are going to go

Show me your heart

Show me your way

Show me the place

Where you fly away your words

Show me your soul

Which is shining in your songs

Show me your voice

Thank you for giving us your heart

Thank you for being you

So long Léonard

So long

***

Show me the place

Leonard Cohen

****

****

🌹