Photo du jour : Échange de regards

« Être vivant, c’est être vu, entrer dans la lumière d’un regard aimant.

– L’Inespérée –

Christian Bobin

photo M. Christine Grimard

.

Tu me regardes et je te vois.

Qu’y a-t-il au fond de tes yeux ?

La joie d’être là auprès de moi.

Le bonheur simple d’exister.

La tranquillité d’une vie douce.

La certitude d’être nourri et d’être aimé.

Tant d’autres choses qui m’échappent.

Tes oreilles se dressent lorsqu’un oiseau chante.

Un parfum de jasmin et d’herbes sèches passe avec le vent et ta truffe frémit.

Mais c’est moi que tu surveilles, si je me lève, tu me suivras.

Peu importe où j’irai, tu seras sur mes pas.

Être le centre du monde pour quelqu’un, c’est une chance incroyable et tant de responsabilités aussi…

Mais là je ne vois que cet amour qui emplit ton regard et ce sourire que tu me donneras si je prononce ton nom.

Publicités

Vent de printemps (4) : apparition

« Cet amour tout entier

Si vivant encore

Et tout ensoleillé

C’est le tien

C’est le mien

Celui qui a été

Cette chose toujours nouvelle

Et qui n’a pas changé

Aussi vraie qu’une plante

Aussi tremblante qu’un oiseau

Aussi chaude aussi vivante que l’été ….. »

Jacques Prévert

Cet Amour

Photo m Christine Grimard

.

Quelle force jaillie de nulle part, fait naître la vie là où quelques jours auparavant, il n’y avait qu’une écorce vermoule ?

Quel mystère a réuni toutes les conditions nécessaires à l’éclosion de la vie, là où quelques milliers d’années auparavant, il n’y avait que le vide sidéral et glacial ?

Quel amour infini a fourni l’énergie nécessaire à faire surgir le tout en partant du néant ?

Poème: Jeu d’ombre et de lumière

« L’amour est cette ombre parfumée qui ne vous quitte jamais.

Vivre ce lien comme si l’autre était l’ombre vivante de soi et soi l’ombre vivante de l’autre. »

Hafid Aggoune

*

Photo M Christine Grimard

 

*

Jeu d’ombre ou de lumière

La vie vient

La vie va

Jeu de larmes ou de rires

La vie erre

La vie part

Jeu de peine ou de joies

La vie rit

La vie pleure

Jeu d’amour ou de haine

La vie naît

La vie meurt

Jeu de vie ou de mort

L’amour joue

L’amour perd

Jeu de dés

Coup du destin

La vie erre et se perd

Fille du hasard

Sœur du chagrin

La vie parfois se désespère

Mais malgré les ennuis

Rien ne vaut cette vie

Aie confiance au destin

L’amour gagne à la fin

*

Recettes (2) : Tranche Napolitaine 

“Il n’y a point de recette pour embellir la nature.
Il ne s’agit que de voir.”
Auguste Rodin

 

*

Photo m.christine Grimard

*

  • Écrasez les macarons au chocolat et à l’orange et versez la préparation obtenue dans un moule à cake.
  • Faites un ruban avec les jaunes d’œuf et le sucre que vous disposerez sur la couche de macarons.
  • Faites fondre le chocolat au lait au bain-marie, sans ajouter d’eau mais un peu de crème pour l’onctuosité
  • Attendre que la pâte obtenue soit refroidie pour la disposer sur les couches précédentes
  • Hors du feu, incorporez le beurre en copeaux au sucre et mélangez le tout. Versez délicatement cette préparation sur le chocolat.
  • Battez les blancs d’œufs en neige avec une pincée de sel puis ajoutez un peu de Curaçao pour obtenir la couleur exacte du ciel, il faut que la préparation soit ferme pour ne pas s’insinuer entre les autres couches.
  • Terminer par une couche de sucre glace pour obtenir une préparation lisse et brillante.

*

Bon appétit !

Clichés 76 : Prague (5)

“On photographie les objets pour les chasser de son esprit.”
Franz Kafka

*

12672102_957541661020115_7031592537605837926_o

Photo M.Christine Grimard

 

Jan Palach, né le 11 août 1948 et mort le 19 janvier 1969, était étudiant à la Faculté des lettres de l’Université Charles de Prague en Histoire tchécoslovaque. Il s’est immolé par le feu le 16 janvier 1969 sur la place Venceslas à Prague. Par son acte choquant, il a voulu faire prendre conscience aux Tchécoslovaques qu’ils devenaient indifférents six mois après l’occupation russe de la Tchécoslovaquie, envahie en août 1968. Son acte a eu un grand retentissement en Tchécoslovaquie et dans l’Europe entière.

 

11696563_958488164258798_394028549515370300_o

Photo M. Christine Grimard

*

Ce monument très impressionnant situé sur les rives de la Vltava plonge des passants dans le silence et l’émotion

*

DSC_0797

Photo M.Christine Grimard

*

Violence du feu et des armes qui broient les hommes

*

DSC_0803

Photo M.Christine Grimard

*

Une plaque et une gerbe célébrant simplement sa jeune vie disparue

*

DSC_0801

Photo M.Christine Grimard

*

Combien faut-il de vies disparues pour bâtir une nation ?

Pourquoi faut-il tant de souffrances pour écrire l’histoire d’une société humaine ?

Combien de vie sacrifiées dans le monde pour la liberté ?

*

DSC_0817

Photo M.Christine Grimard

*

Mais à quelques pas de ce lieu terrifiant, la jeunesse de Prague comme toutes celles du monde d’aujourd’hui, pense au soleil et à l’amour

*

DSC_0798

Photo M.Christine Grimard

*

Comme sur les rives de la Seine, au pont des Arts, des cadenas symbolisant l’amour ont été accrochés aux grilles du parapet.

(comme si l’amour était une prison gardée par un cadenas…!)

*

 

12474025_960118567429091_7752532283600161583_o

Photo M. Christine Grimard

*

Ces jeunes ont encore beaucoup à apprendre : L’amour n’est-il pas une liberté choisie et partagée ?

*

DSC_0827

Photo M.Christine Grimard

*

Enfin, je souhaite de beaux jours ensoleillés et nombreux à Nina et Julva, qui j’espère, auront le temps de profiter de leur vie…

*

–> A suivre <–

Journal : Saint Valentin 

En moi rien ne s’éteint ni s’oublie ; mon amour de ton amour se nourrit : je t’aime à l’infini.
Pablo Neruda.   

 

photo Yann Arthus-Bertrand

 
Bonne fête aux Valentins

Bonne fête aux Valentines 

Bonne fête aux amoureux 

Bonne fête à tous ceux  qui ont de l’amour à donner 

Bonne fête à tous ceux qui aiment en recevoir 

Peu importe les fleurs, les cartes, les chocolats ou les cadeaux, partageons simplement un sourire ou un mot, une caresse, un baiser avec qui l’on aime. L’amour ou l’amitié c’est si rare et si précieux !

Un seul jour par an pour montrer son amour, ou le dire, c’est si peu…

Aller, demain on recommence !