Moments de vie

« On se rappelle beaucoup mieux les bons moments, alors à quoi servent les mauvais ? »

Boris Vian

*

iphone 074

Photo M. Christine Grimard

*

La mode est au pessimisme, la mode est à la plainte.

De quoi sera fait mon lendemain si personne ne connaît ma souffrance ?

Auprès de qui pourrais-je me plaindre si personne ne veux écouter les affres de mes jours, les douleurs de mes nuits ?

L’introspection domine, la trituration intestine nourrit les pages des magazines.

Qui suis-je ? Où vais-je ? Que pourrais-je faire de mes mains ou de mes lendemains ?

Les idées noires gagnent le moral des troupes.

Le « Moi » est plus grand que le « Toi »,  plus fort que le « ça » et plus intéressant que le « vous ».

Moi, je…

Moi, je !

Et pourtant…

*

iphone oct 107

Photo M.C. Grimard

*

Regarde mon enfant, c’est dehors que la vie brille.

Entends mon enfant la chanson des vagues sous le vent.

Écoute mon enfant  l’écureuil qui danse sous les pins.

Goûte mon enfant les fraises qui ont mûri ce matin.

Oublie tes petits maux tant ceux des autres sont grands.

Ne reste pas à tourner autour de ton nombril, dehors le soleil est déjà haut.

Ton ami a besoin que tu l’aimes aujourd’hui.

Donne-lui ton sourire pour raviver le sien.

C’est en allant vers elle que la vie t’aimera.

Profite de cette chance qui n’est là que pour toi.

*

 

Publicités

Musique : Juste une envie de violoncelle 

Échanger il y a quelques jours avec Lélius sur son billet sur « La scène du balcon », m’a remémoré le film August Rush que je garde en mon cœur comme un trésor d’émotion, avec le plaisir d’entendre chanter l’âme d’un violoncelle. En effet, dans ce film, la mère d’Auguste est une violoncelliste et une concertiste de talent. …

Ici j’ai réuni quelques morceaux disparates autour de cet instrument interprétés par Gautier Capuçon.

Bon plaisir à qui voudra prendre le temps de l’écoute…

Gautier Capuçon et Yuja Wang interprètent Chopin

*

Les frères Capuçon et Frank Braley interprètent Schubert

*

Les frères Capuçon interprètent Ravel

*

Gautier Capuçon interprète « La méditation de Thaïs » de Massenet

*

Musique : Summertime

Temps d’été

Temps de tous les excès

Temps de l’amour

Temps du soleil et de liberté

Temps de la musique en liberté

Temps des festivals

Temps du plaisir de la musique égrainée dans la nuit chaude

*

Plaisir sensuel

*

Plaisir du jazz

*

Plaisir classique indémodable

*

Chacun choisira son plaisir, celui de la musique !

Musique : Jazz à Vienne

Jazz à Vienne est un festival de jazz créé en 1981, de renommée internationale. Chaque année il emporte des milliers de spectateurs dans la magie des nuits d’été consacrée à la musique de jazz. Il a lieu dans le théâtre Antique de Vienne où les amoureux du Jazz prennent place sur le pierres chauffées par le soleil, pour communier dans la magie de la musique au soleil couchant. L’acoustique du lieu est irréprochable (ainsi que le travail des ingénieurs du son …) et les prestations des artistes aux styles variés sont toujours impressionnantes.

Sur le site du festival on peut lire:

« D’en bas, ce “mur d’humanité*” impressionne et souligne la grandeur du Théâtre Antique de Vienne.

* Claude Nougaro, lors de sa venue a dit être très ému de chanter devant ce “mur d’humanité”. 

Jeudi soir, j’ai assisté une fois encore à l’éclosion de cette magie, bercée par les performances de trois artistes successifs : Cyrille Aimée, Tigran, puis Melody Gardot.

Chaque année, la programmation est incroyable. EN 2015 pour les 35 ans du festival, vous pouvez la trouver ICI

  • Tigran, le Mozart des Carpates, mélange de manière inouïe les styles musicaux : les musiques classiques, folkloriques du Bosphore au Caucase, le rock , musique électronique et le jazz.

  • Chanteuse, pianiste, guitariste, auteur-compositeur et personnalité troublante, Melody Gardot est originaire de Philadelphie. Son style est fait de jazz vocal mêlé au folk, au blues ou à la pop et sa voix envoûtante nous porte jusqu’au bout de la nuit et du plaisir en partageant sa musique, sa poèsie, et sa grande humanité.

 

Pour ceux qui le souhaitent voici deux vidéos qui parleront de sa sensibilité et de son parcours. Mieux que ces photos d’une qualité exécrable.

 

 

Et vendredi soir Concert Gilberto Gill et Caetano Veloso !

Longue vie à JAZZ A VIENNE

Musique : La couleur du blé

BYoGU-6CEAIPURW.jpg large

Photo d’origine inconnue

« Bien sûr, dit le renard. Tu n’es encore pour moi qu’un petit garçon tout semblable à cent mille petits garçons. Et je n’ai pas besoin de toi. Et tu n’as pas besoin de moi non plus. Je ne suis pour toi qu’un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m’apprivoises, nous aurons besoin l’un de l’autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde »
….
« Tu vois, là-bas, les champs de blé ? Je ne mange pas de pain. Le blé pour moi est inutile. Les champs de blé ne me rappellent rien. Et ça, c’est triste ! Mais tu as des cheveux couleur d’or. Alors ce sera merveilleux quand tu m’auras apprivoisé ! Le blé qui est doré, me fera souvenir de toi. Et j’aimerai le bruit du vent dans le blé… »

« Ainsi le petit prince apprivoisa le renard. Et quand l’heure du départ fut proche :
-Ah ! Dit le renard… je pleurerai.
-C’est ta faute, dit le petit prince, je ne te souhaitais point de mal, mais tu as voulu que je t’apprivoise…
-Bien sûr, dit le renard.
-Mais tu vas pleurer ! dit le petit prince.
-Bien sûr, dit le renard
-Alors tu n’y gagnes rien !
-J’y gagne, dit le renard, à cause de la couleur du blé »

Le petit Prince .

Antoine de Saint-Exupéry

 

Quand tu m’auras apprivoisée la terre toute entière me parlera de toi et je fermerai les yeux pour l’entendre, en rêvant de la douceur de ton regard et de l’éclat de ton sourire.

Musique : Regarder la mer

nikon mars 2014 2738

Photo M Christine Grimard

Regarder la mer

Rester là des journées entières

Ne plus bouger

Respirer  le vent du large

Laisser glisser

Rester là où l’estran transforme le temps

en détail sans importance

Regarder passer le vent

 

nikon mars 2014 1494

Photo M. christine Grimard

 

Mon obsession maritime n’ayant plus aucun secret pour ceux qui ont lu les pages de ce blog, personne ne sera surpris que j’aie apprécié une des nouvelles chansons du duo Alain Souchon- Laurent Voulzy, qui porte ce titre.

Les paroles coulent naturellement dans mes veines .

Laissez-les couler …

 

 

Voici leurs paroles …

« Regarder la mer
Rester la journée entière ici
Sur le mur de pierre
Devant la baie des fourmis

Regarder la mer
Ne pas avoir d’autres envie que
Regarder la mer
Rester, rester
Sur le mur de pierre
Là où le soleil s’est mis
Rester, rester
Tout seul, solitaire
Devant la baie des fourmis

Regarder la mer
Rester la journée entière ici
Sur le mur de pierre
Devant la baie des fourmis

Regarder la mer
Ne pas avoir d’autres envie que
Regarder la mer

Laisser, laisser

Le temps s’en aller là
Laisser aller les voiles rouges
Sur la mer qui bouge
Laisser sur l’eau transparente
Glisser les soucis de la vie
Glisser les jolies sirènes aussi
Dans la baie des fourmis

On entend danser les gens
Y’a une fête à St Jean
Et moi je reste là à …
Regarder la mer
Rester la journée entière ici
Sur le mur de pierre
Devant la baie des fourmis

Regarder la mer
Ne pas avoir d’autres envie que
Regarder la mer

Regarder la mer
Regarder la mer
Regarder la mer
Ne pas avoir d’autres envie que
Regarder la mer «