Phrases : Mots libérés 

« Sur toutes les pages lues

Sur toutes les pages blanches

Pierre sang papier ou cendre

J’écris ton nom

Liberté « 

Paul Eluard

*

IMG_7564

Photo M. Christine Grimard

*

  • Marcher le nez en l’air, ne pas s’arrêter avant que le soleil ne disparaisse derrière la dune, se sentir libre et légère comme une plume de goéland flottant dans le vent du soir, et se fondre dans l’or roux de l’horizon.
  • Sans contrainte ni regret, j’avancerai vers l’horizon, oubliant tous les conseils, effaçant les mauvais choix, occultant les désirs stériles, sans m’arrêter jusqu’à l’ultime étoile, libre enfin, le sourire aux lèvres et les craintes envolées.
  • A l’heure où la brume encercle les vagues, j’attendrai que les nuages se fondent dans le décor pour chercher des yeux la première étoile en espérant que tu la regardes aussi par-delà l’horizon.
Advertisements

21 réflexions sur “Phrases : Mots libérés 

  1. L’espace appelle la liberté.

    Aimé par 1 personne

  2. Eluard devait aimer la photo (on le voit souvent avec Nusch) : celle-ci s’allie harmonieusement avec vos mots…

    J'aime

  3. Et en même temps on pense plus tard à dédier aussi ses vers à Soljenitsyne en se souvenant qu’Eluard fut exclu du parti communiste comme pro-Stalinien. L’harmonie a ses limites ou du moins la naïveté qui n’est pas incompatible avec le génie, preuve en est. Les hommes se trompent. https://guerrepo.blogspot.fr/2014/01/staline-dans-le-coeur-des-hommes-sous.html

    J'aime

    • La politique est bien le domaine où les hommes se trompent le plus souvent et avec une constance à toutes épreuves, quelque soit l’époque !
      C’est pourquoi je ne retiens de l’homme que sa poésie et laisse les débats politiciens aux politicards de tout bord.
      On sait à quels désastres les courants de gauche et de droite ont pu mener les peuples, et les hommes de bonne volonté ont très peu été écoutés ou au pouvoir (Gandhi par exemple… ou Martin Luther King). On les a assassinés comme si l’humanisme était une maladie contagieuse !
      Quel dommage pour l’humanité qu’elle ne se choisisse jamais de leaders à sa véritable mesure…
      Merci pour votre premier passage et votre opinion déposée ici.

      J'aime

  4. Avec plaisir. Ni la peste ni le choléra, sauf à lire chez Camus, un écrivain qui restera un éternel contemporain pour les humanistes. Merci
    , belle journée et grace à vous.

    Aimé par 1 personne

    • « Ni la peste ni le choléra » n’est ce pas la formule préférée du Front National ?
      Ne vous méprenez pas sur mes opinions, qui ne sont pas celles-ci. Il me semblait au contraire qu’il aurait été judicieux de réunir toutes les compétences pour faire ENFIN avancer notre pays, sans bannière de partis dont la caractéristique principale est le désir du pouvoir pour ce qu’il est, visant à placer tous ses proches à l’abri…
      Je cherche en vain un leader intègre et désintéressé qui n’aurait pour seul but que le bien-être de chacun, le respect des différences, la grandeur du pays, quelqu’un qui s’oublierait pendant cinq ans pour rassembler les bonnes volontés et redonner le goût du travail bien fait…
      En fait, les politiciens actuels et ce qu’ils font de la vie publique m’ont dégoûtée de la politique, tous, et pour la première fois, je me demande si j’irai voter. Quand à l’overdose de politique politicienne sur les médias, nous ne sommes pas au bout de nos peines !
      Relire Camus oui, vous avez raison, mais aussi Saint-Exupéry pour se souvenir de ce que l’homme peut produire de meilleur en oubliant les médiocrités qu’il laisse sur son chemin 😉
      À vrai dire, je pensais que ce billet à consonance poétique nous permettrait justement de nous aérer un peu, loin du tumulte actuel !

      J'aime

      • En paternité politique l’expression d’essence cornélienne revient à Jacques Duclos à l’élection présidentielle de 1969 … Mon propos était plutot au sujet de l’aveuglement et comme vous parliez de liberté je pensais aussi à Ossip Mandelstam qui a toujours résisté sans la moindre compromission ou collaboration avec des dictatures féroces. Il en est mort. Partout ou la liberté est absente et où le poète ou l’écrivain défit le parti ou le culte du chef, il est en péril. Moins célébré Mandestam mais pas déméritant pour dénoncer quelques réalités sans tabous. Le mot leader est justement un peu inquiétant, imaginez un leader de la poèsie … Le réappropriation de la chose publique et le girondisme sont d’autres voies possibles. On arrive surtout au bout d’un système inopérant en l’état. Les années à venir seront difficiles et amha l’homme ou la femme providentiel est une fiction. Paradoxalement nous avons peut etre besoin d’hommes politiques humbles et effacés , travailleurs dévoués au service de la chose publique plus representatifs d’une conscience collective que d’egos avec pour le coup des représentations du pouvoir surrannées qui exacerbent en plus des rivalités violentes plus artificielles (un cirque) que réelles sur le fond. Beaucoup ne voteront pas au premier tour.

        Aimé par 1 personne

      • Merci de votre réflexion qui fait avancer la nôtre, et de ces références.

        J'aime

  5. 3 avril 1942, Paul Eluard publie le poème « Liberté » dans la revue clandestine « Poésie et Vérité 1942 », à Paris. La Royal Air Force parachute la même année le poème à milliers d’exemplaires au-dessus de la France.
    Merci, Dominique, d’évoquer Nusch, l’exceptionnelle, une égérie d’artiste magicienne.
    Note : curieusement, les féministes ignorent délibérément la catégorie des muses et des égéries.

    Aimé par 1 personne

  6. @ Alex : La très jolie Nusch est indissociable d’Eluard même si elle fut aussi l’égérie « légitime » des surréalistes…

    J'aime

  7. Très jolie photo et beau poème…Bonne journée

    Aimé par 1 personne

  8. La mer et Eluard nous donnent une telle dimension de la liberté – parfois chèrement acquise – qu’on ne peut la galvauder…Il y a aura bientôt partout en Europe des élections « majeures », notamment en France…On attend la liberté au tournant …et aussi ceux et celles qui tentent de nous la camoufler en autre chose…Les « beaux » discours sont aussi des « Cheval de Troie »!…Quand j’entends le mot « liberté » la première personne à laquelle je pense c’est…Antoine de St Exupéry…( l’écrivain et le combattant…); la seconde, c’est Jean Moulin…J’espère que beaucoup de Français et Françaises vont penser à eux quand ils voteront…!

    Aimé par 1 personne

    • Grand merci cher Patrick pour ce commentaire. Je crains que la liberté ne soit bientôt qu’une utopie, l’individu étant noyé sous les nécessités et besoins du collectif…
      Les élections ne nous apporterons pas la solution à tous nos maux et je crains qu’elles n’ajoutent à la confusion ambiante en France.
      Merci d’évoquer la mémoire de Jean Moulin qui lutta pour notre liberté jusqu’à la mort et de Saint-Exupéry, que je cite souvent ici, écrivain majeur et homme de cœur.

      J'aime

  9. J’aimerais croire que  » Paradoxalement nous avons peut etre besoin d’hommes politiques humbles et effacés , travailleurs dévoués au service de la chose publique plus representatifs d’une conscience collective que d’égos  » mais ce n’est pas ce qui se passe et se passera, le plus honnête le plus humble et le plus efficace n’ a pas pu se représenter!

    J'aime

    • Merci pour votre commentaire et votre opinion. Pour ma part, voilà bien longtemps que je n’ai pas vu d’homme politique à la tête de notre état dépourvu d’un égo démesuré, ou ayant pour seule ambition la grandeur et la prospérité du pays. L’exercice du pouvoir fait souvent perdre aux dirigeants, la notion de ce qu’est la vie et les besoins des gens normaux, et malheureusement le dévouement désintéressé (pour lui-même et ses petits amis) d’un De Gaulle ou d’un Pompidou, semble être une denrée perdue à tout jamais dans le régime pseudo-royaliste des Ors de la république. Mais je respecte votre opinion et vous remercie de l’avoir exprimée ici.
      Je ne me fait plus aucune illusion sur la politique actuelle. Je pense que l’on a probablement les hommes politiques que l’on mérite, et au vu de la brochette qui nous est promise pour ces prochaines présidentielles, il semble que nous soyons tombés collectivement très bas…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s