Nostalgie d’automne (10) : Le sacre de l’automne 

 » J’ai tendu des cordes de clocher à clocher  

des guirlandes de fenêtre à fenêtre  

des chaînes d’or d’étoile à étoile

 et je danse .  »

Rimbaud

Photo m. Christine Grimard

.

Avançons 

Dépêchons 

Prenez place 

Les plus petits devant 

Les plus grands derrière 

Le spectacle va commencer 

Les danseurs s’échauffent en coulisse 

On ajuste les derniers projecteurs 

Installez-vous 

Cessez de gigoter 

Arrêtez de secouer vos branches 

Pensez à ceux qui sont derrière vous 

Éteignez vos téléphones portables 

Le spectacle va commencer 

Retenez votre souffle 

Un, deux, trois 

Lumières 

Rideau !

.

Photo m Christine Grimard

Publicités

Nostalgie d’automne (9) : Symphonie inachevée

 

“L’automne est un andante mélancolique et gracieux qui prépare admirablement le solennel adagio de l’hiver.”
George Sand  (François le Champi)
**
*

Photo M. Christine Grimard

*

A la grand messe de l’automne

Les vermillons donnent le « La »

Les roux se mettent au diapason

Pour que la mélodie soit bonne

Le ballet pourpre va crescendo

Hymne aux  nuances de l’automne

Aucune note dissonante

Chacun suivant la partition

En harmonie de coralline

Tout est dans la cadence

Pour que la symphonie rubis

Soit à jamais inachevée

**

*

 

 

Nostalgie d’automne (8) : la pluie pour seul (bleu) horizon 

« C’est de l’intérieur de soi que vient la défaite. Dans le monde extérieur il n’y a pas de défaite.

La nature, le ciel, la nuit, la pluie, les vents ne sont qu’un long triomphe aveugle. »

Pascal Quignard

*

.

Photo m. Christine Grimard

.

Novembre dévoile son véritable caractère, humide et dissuasif.

Le ciel s’habille de gouttes de grisaille, à l’unisson des cérémonies du souvenir de la souffrance des hommes. La guerre laisse son empreinte de larmes et de sang sur les pays qu’elle traverse, chaque famille est en deuil de l’un de ses enfants. Et cent ans après, on compte les jours les séparant de la fin de leur calvaire. On réalise qu’ils avaient encore un an à souffrir, ces jeunes ayant l’âge de mes enfants, au fond de ce bourbier dégoulinant de terreur, sous cette pluie de novembre, en attendant le pire…

Il est peut-être plus facile de se souvenir de l’horreur dans le froid, de cette armée de jeunes visages alignés derrière chaque croix, vêtus de bleu horizon. Autant de regards perdus dans la brume des champs de bataille, autant de vies brisées avant que d’être vécues.

Le ciel s’habille de larmes pour nous rappeler que la guerre est toujours une défaite, celle de l’humanité face à ses démons.

L’horizon n’a de bleu que le nom.

Un vrai temps de Novembre.

Nostalgie d’automne (7) : Soleil roux ou lune rousse 

« Le ciel est de cuivre

Sans lueur aucune

On croirait voir vivre

Et mourir la lune . »

Paul Verlaine

*

.

Photo m Christine Grimard

.

J’ai tendance à penser que le changement d’heure n’apporte rien de positif à nos vies, les économies d’énergie réalisées étant minimes puisque nos machines tournent du matin au soir et du soir au matin, que les batteries gourmandes des ordinateurs, téléphones et autres appareils connectés qui régissent nos vies, nécessitent toujours plus d’énergie et se moquent des horaires diurnes ou nocturnes.

L’homme préhistorique était contraint de suivre les horaires de la lumière solaire pour accomplir ses tâches. Maintenant, la planète ne s’arrête jamais de dépenser l’énergie qu’elle n’abonde plus à produire.

L’industrie nucléaire est en désamour alors que son « empreinte carbone » est beaucoup moins exorbitante  que celle de l’utilisation des énergies fossiles qui nous a conduit à cette catastrophe climatique qui nous menace chaque  jour plus gravement. Il faudrait cependant que l’on arrive à utiliser totalement le combustible nucléaire jusqu’à obtention de résidus inoffensifs, mais nous devrons faire encore quelques progrès techniques en ce sens, plutôt que tout jeter à la poubelle du jour au lendemain .

Il faudrait savoir ce que l’on veut : passer sa vie assis devant ses écrans dévoreurs d’énergie électrique, rouler en velib ou autolib nécessitant l’utilisation de batteries, vivre dans des maisons basse consommation avec le « tout électrique » même optimisé ? Le tout sans centrales nucléaires ?

Je vous laisse juger de l’incompatibilité…

Avons-nous des Alternatives acceptables :

  • panneaux solaires produits en chine en faisant tourner des centrales à charbon et impossibles à recycler ?
  • éoliennes couvrant toute la surface de la terre et la mer, quid de leur empreinte carbone de fabrication ?
  • Moteurs à hydrogène ou à eau ?
  • Retour à la nature, graines germées, peaux de bêtes et cavernes chauffées au naturel à grand renfort de silex-étoupe ?
  • Centrales au sodium ?

Alors les polémiques de ceux qui découvrent soudain que les besoins énergétiques de l’humanité dépassent largement les ressources à sa disposition et que l’on ne pourra effacer de nos vies l’apport de l’industrie nucléaire en un claquement de doigts, me font sourire…

Ou alors on réduit tous, drastiquement nos besoins, retrouvant par exemple le plaisir d’écrire à la bougie, avec une plume et un encrier, plutôt que sur ce clavier de téléphone portable, dévoreur d’énergie électrique comme je suis en train de faire.

Il y aurait tant d’autres exemples nous faisant retrouver les plaisirs simples de l’ère pre-industrielle, où l’homme ne surchauffait pas l’atmosphère…

Quoi qu’il en soit, au stade de ces réflexions, revenons à nos moutons (veaux, vaches, cochons, couvées…) J’ai tendance à penser que ce basculement à l’heure d’hiver ne sert plus à grand chose en ces temps de réchauffement climatique dramatique, la fatigue qu’il occasionne pendant quelques jours n’étant pas soluble dans les économies réalisées pour la planète.

Cependant j’y vois un avantage certain.

Vous ne voyez pas ?

Regardez mieux….

Juste au-dessus du texte….

Ce coucher de soleil, magnifique et flamboyant, soleil d’automne plongeant dans les eaux froides du lac, ce ciel de cuivre !

Il suffit de s’asseoir devant la fenêtre à 17 heures pour admirer ce spectacle,  comme le Petit Prince aux côtés de sa rose, pas besoin d’attendre 23 heures comme en été alors que la chaleur écrasante n’en finit plus de tomber.

Oui, il y a finalement un beau côté, au passage à l’horaire d’hiver !

Journal : Jour de mémoire

Jour de confidence, une fois n’est pas coutume, je sors des partages de généralités pour dévoiler le fond de mon abîme.

1o novembre : une date qui a toujours compté dans ma vie depuis mon premier souffle et même quelques mois auparavant.

Ma maman aurait eu 87 ans ce matin, si elle n’avait pas décidé d’arrêter le temps, il y a deux ans déjà.

Quand le corps n’en peut plus, il est plus raisonnable de le quitter.

J’espère que son âme a retrouvé le sourire qu’elle distribuait autour d’elle, camouflant sa vie de souffrance derrière une légèreté  qu’elle puisait dans l’amour donné et reçu.

C’est un jour où les mots sont inutiles, laissant la place aux souvenirs.

*

 

Nostalgie d’automne (6) : Questions en couleurs 

« J’aimerais vous écrire en couleurs. Par « écrire en couleurs » je veux dire : rendre hommage à cette vie dont les chars en feu paradent sous nos yeux obstinément clos.L’extrême sensibilité est la clé qui ouvre toutes les portes mais elle est chauffée à blanc et brûle la main qui la saisit.

Le Coeur – cette région non sentimentale que nous avons dans la poitrine, un volcan endormi de pensées. »

Christian Bobin

.

Photo m Christine Grimard

  • Quel artiste utilise une palette aussi riche ?
  • Qui a inventé les couleurs ?
  • Qui prend encore le temps de regarder les beautés de la vie ?
  • Qui pourrait vivre sans émerveillement ?
  • Qu’est ce qui aide à continuer le chemin ?
  • Quelles émotions nous portent vers le pire ou le meilleur ?
  • Qu’est ce qui fait battre notre cœur ?
  • Quelles couleurs nourrissent notre âme ?

Nostalgie d’automne (5) : Haïku au vent d’automne 

« La beauté n’est qu’un souffle opposé au vent de la réalité. »

(Marina)

Carlos Ruiz Zafón

*

Photo M. Christine Grimard

*

Sous l’aile des mouettes

Palpite le cœur du monde

Beauté sous le vent

**

Au sommet des vagues

Chante le glacial Noroît

Un goéland passe

***

Plages désertées

L’estran libéré dessine

Son tableau d’écume

****

Au petit matin

Partirons les grands voiliers

Vers un autre été

******