Phrases 47 : Mots d’écriture

« L’écriture est une petite fille qui parle à sa poupée.

Les grands yeux d’encre de la poupée lui répondent, et par cette réponse, un ciel se rouvre. »

Christian Bobin

*

oct2015-083

Photo M.Christine Grimard

**

  • A l’encre bleue, les mots s’alignent sur la page comme des mâts ondulant à la surface de l’océan, bien protégés derrière les digues ils attendent que le vent de l’inspiration les emporte vers d’autres regards et prenant leur élan, s’envolent vers le ciel.
  • Quand l’écriture enfile ses lettres noires d’apocalypse, elle détruit l’espoir, dépèce les cœurs et crève les yeux, quand elle enfile sa robe de dentelle violette, elle caresse le visage de l’enfant qui s’endort, quand elle met ses gants blancs elle glisse doucement sur ma joue et vient mourir juste au bord de mes lèvres.
  • L’écriture est un écureuil qui saute de branche en branche aussi léger que le vent, n’ayant peur de rien, ni du vide ni de la profondeur du ciel, nul ne l’arrête ni les censeurs ni les envieux; libre, elle n’écoute que son cœur et emprunte les chemins du ciel.

 

***

 

Note : rappel de la consigne 

Laisser les mots venir se poser sur l’écran en liberté.

Lever les yeux sur la vie, laisser les images prendre forme et simplement les décrire, comme on en ferait le portrait en quelques lignes de fusain.

Trois phrases toutes simples.

Trois images suggérées que l’on voit danser sous ses paupières lorsqu’on a fini de lire la phrase.

Trois raisons d’en rêver lorsque la page est tournée.

****

Publicités

Phrases 46 : Mots ordinaires.

« il nous faut peu de mots pour exprimer l’essentiel, il nous faut tous les mots pour le rendre réel. »

Paul Eluard 
.

  

Photo M.Christine Grimard 

.

Bonjour 

Comment vas-tu ?

Je t’ai apporté quelques fleurs du jardin.

Il fait un peu froid ce matin.

Si tu sors, il faudra mettre ton écharpe.

Nous allons vers l’automne, les jours sont plus courts. 

Je t’achèterai du miel d’acacia pour ton petit déjeuner, il est plus doux. 

Il faudra faire entrer du bois, les réserves diminuent. 

Ce matin, les hirondelles se sont regroupées sur le vieux frêne, elles partiront bientôt.

Hier soir, nous avons dû allumer pour dîner.

Le chat a passé trois fois la patte derrière son oreille gauche, il va pleuvoir demain. 

Les étourneaux ont envahi la vigne du père Antoine, il n’aura plus une grappe quand il rentrera de l’hôpital. 

Les enfants ont tous repris les cours, ils ont beaucoup de travail cette année. 

Il n’y a plus de pain au village, le boulanger a fait une crise cardiaque. 

Ta maison est belle avec la vigne vierge qui rougit sur le mur de la grange. 

Les mésanges ont fait leur nid derriere le volet de la cuisine, je ne l’ai pas ouvert pour ne pas les déranger jusqu’à ce que les jeunes se soient envolés.

Je ne sais pas si tu m’entends, mais je voulais te remercier pour m’avoir appris l’amour de la vie et des hommes. 

Les chiens seraient heureux de venir te voir, mais leur présence n’est pas tolérée ici.

Il faudra que je t’apporte des pantoufles chaudes pour l’hiver.

On a tondu devant la terrasse mais l’herbe n’a pas repoussé depuis qu’il fait aussi frais le matin.

Maman ne pourra plus venir te voir, elle a retrouvé sa mère et la tienne l’année dernière, elles t’attendent toutes les trois de l’autre côté du lac. Il faudrait te décider à les rejoindre. 

J’ai rangé la cave, le pied de ton télescope est à côté des cannes à pêche, je les conserverai pour nourrir mes souvenirs.

La nuit tombe plus vite en cette saison, il faudra que je rentre avant la pluie.

Hier soir, la lumière était belle sur le chemin, je me suis souvenu du jour où tu as enlevé les roulettes de mon petit vélo bleu. Ce jour-là, il y avait la même lumière. J’ai revu ton sourire et l’éclat de fierté au fond de ton regard.

Je t’apporterai un pot de confiture de mirabelles  la semaine prochaine, cette année le prunier a bien donné.

Si tu as entendu ce que j’ai dit, serre un peu ma main…

Bonsoir, j’espère que tu dormiras tranquille, la nuit est plus douce qu’hier.

Je te laisse.

N’oublie pas de faire de beaux rêves. 

C’est important les rêves quand il n’y a plus rien d’autre à faire.

J’ai oublié ce que tu disais quand tu venais me border le soir.

Ça me reviendra quand je penserai à toi avant de m’endormir. 

Ne t’inquiète pas, je reviendrai te voir. 

Je sais que tu as tout oublié mais peut être te souviens-tu au moins que je t’aime, le temps d’un regard.

Alors regarde-moi un instant.

Je t’aime.

Phrases 45 : Mots fleuris

« Pendant une bouffée de silence, épaisse comme une brume,

je viens d’entendre choir sur la table voisine les pétales d’une rose qui n’attendait,

elle aussi, que d’être seule pour défleurir. »

Colette

*

iphone oct 054

Photo M.Christine Grimard

*

  • L’espace d’un instant, elle crût que le temps ne lui était plus compté, l’éternité s’avançait à sa rencontre sur le chemin; dans un souffle, elle s’éveilla lorsqu’un rayon de lune lui caressa la joue, compta ses pétales puis rassurée se rendormit.
  • Dans une bouffée de brume, la rose émergea de son rêve d’alizés; elle défroissa ses pétales, se rafraîchit d’une larme de rosée, frissonnant sous la caresse du vent de l’aube; c’était septembre, l’été ne reviendrait pas.
  • En s’éveillant, elle sût que ce jour d’automne serait son dernier; elle rassembla sa joie de vivre pour déplisser ses pétales et étendit ses étamines au soleil de septembre pour que tout le jardin se souvienne de sa couleur inimitable.

*

Phrases 44 : Mots étoilés

« Nous sommes tous dans le caniveau,

mais certains d’entre nous regardent les étoiles. »

Oscar Wilde
*

photo M.Christine Grimard

 

  • Marcher au niveau de la mer sans autre but que de saisir l’instant où les étoiles descendent se baigner entre les rochers.
  • Savoir que rien n’est plus important que l’instant présent et savourer le parfum des étoiles en s’abreuvant de la rosée qu’elles auront déposée sur les pétales des roses au petit matin.
  • Se souvenir de la première étoile, remercier en silence le creuset qui a forgé la vie qui s’écoule dans mes veines, aussi précieuse et volatile que le sable qui coule entre mes doigts.

Phrases 43 : Mots lumineux

“La clarté, c’est une juste répartition d’ombres et de lumière.”
Johann Wolfgang Von Goethe
*

 

FullSizeRender

Photo M. Christine Grimard

*

  • J’ai fait le choix de la lumière pour rester vivante et si je focalise sur elle plutôt que sur les ombres qui l’enserrent, c’est pour garder l’espoir qu’elle m’accompagnera jusqu’au bout du chemin.
  • Que donner de mieux qu’un sourire à l’inconnu qui passe ? Peut-être un regard plein de lumière attentif à ce qu’il cache au fond du sien, peut-être un mot d’espoir à peine murmuré, posé juste au bord des lèvres comme on dégusterait sa vie juste du bout du cœur.
  • M’arrêter un instant devant cette feuille soulignée de clarté et retenir mon souffle pour ne pas la déranger dans son bain de lumière, juste un instant pour partager son plaisir, et sentir sur ma joue la caresse du dernier rayon du soleil en guise de « Bonsoir ».

Phrases 42 : Mots en passant

«Le souvenir est une voix brisée,

On l’entend mal, même si on se penche.

Et pourtant on écoute, et si longtemps

Que parfois la vie passe.

Et que la mort

Déjà dit non à toute métaphore.»

Yves Bonnefoy

*

IMG_5688

Photo M. Christine Grimard

 

  • Garde de ton passé le meilleur, oublie l’amertume des regrets et l’acidité des remords, tu ne construiras pas ta vie sur les ruines de ce qui aurait pu être, regarde devant toi la vie qui brille sous le soleil du jour qui se lève et avance vers sa lumière sans te retourner.
  • Souviens-toi du parfum des roses de juin, de la caresse du vent dans tes cheveux, de la chaleur de tes étés, pave ton chemin de tes meilleurs souvenirs, puise ta force dans l’amour donné, mais ne reste pas là à savourer les bons moments passés, avance vers ton avenir où il y a encore tant à découvrir.
  • N’oublie pas le plaisir des rencontres ni le parfum des baisers, les regards croisés et les sourires échangés, la danse du soleil dans les marais et l’éclat de l’aurore sur les genêts, la caresse du vent dans ta crinière ; n’oublie pas les douceurs de ta vie, profites-en pendant que tu la tiens !

Phrases 41 : Mots détaillés

« J’ai tout misé sur un amour qui ne peut entrer dans ce monde même s’il en éclaire chaque détail. »

Christian Bobin

*

Photo M. Christine Grimard

  • Aux premières heures du jour si tu es attentif, tu verras la lumière sublimer chaque détail et peu à peu se dévoileront les contours de ta vie telle que tu l’avais rêvée au plus sombre de ta nuit.
  • Chaque jour nous offre sa lumière et dépose sur notre chemin des signes pour nous guider sous la forme de détails parfois insignifiants, noyés sous l’abondance de l’inutilité qui nous occupe, saurons-nous les voir ?
  • Une colombe perchée sur un arbre près du portail lorsque je pars, une fleur soulignée de lumière, le chant d’une alouette, un morceau que j’aime à la radio, il me faut très peu de détails pour sourire à cette journée qui commence, très peu aussi pour que je m’en réjouisse encore quand elle finira.