Un été bleu outre-mer (13)

« Depuis quand, par temps clair, n’avons-nous pas contemplé la courbure de l’horizon ? »

Magique étude du bonheur

Vincent Cespedes

.

Photo m. Christine grimard

Quel privilège que de pouvoir regarder l’horizon sur la mer

Ligne impalpable qui avance avec nous

Petit trait lumineux à peine marqué

Ton sur ton

Gris sur gris

Bleu sur bleu

Rester là

Se laisser bercer par le vent

Se baigner dans la lumière

Juste pour le plaisir

D’exister

.

Vidéo m. Christine Grimard

Publicités

Un été bleu outre-mer (10)

« Un lit de lumière, une chaise de silence, une table en bois d’espérance, rien d’autre : telle est la petite chambre dont l’âme est locataire. »

Ressusciter (2001)

Christian Bobin

.

Photo M. Christine Grimard

.

Que faut-il de plus

À un vacancier

Que quelques chaises longues

À l’ombre d’un arbre

Pour rêver sans dormir

À tout ce qu’il aurait dû faire

S’il n’était pas

En vacances !

(Nb : pour ceux que cela intrigue, la jolie « sablaise » déguisée en chaise longue provient

De la boutique « Le beau bazard de Marcelline »

Aux Sables d’olonne)

Un été bleu outre-mer (5)

« Hutte répétait qu’au fond, nous sommes tous des hommes des plages et que le sable – je cite ses propres termes – ne garde que quelques secondes, l’empreinte de nos pas, »

Rue des boutiques obscures

Patrick Modiano

Photo M. Christine Grimard

..

Quelques empreintes effacées par la marée

Quelques pas sur le sable balayé par les vagues

Quelques paroles emportées par le vent

Quelques heures de plaisirs maritimes

Quelques jours de vacances au soleil

Quelques amours aussi vites envolées

Quelques passants désœuvrés et blasés

Quelques oiseaux dérangés par les cris

Et puis au bout de la jetée

Le roulement des galets

La chanson des vagues

Le parfum de l’océan

Le vol des goélands

Et le vent qui passe en emportant le temps

Un été bleu outre-mer (4)

« J’écrivais des silences, des nuits

Je notais l’inexprimable,

Je fixais des vertiges. »

Une saison en enfer

(Éditions alliance typographique, 1873)

Arthur Rimbaud

Vidéo M.Christine Grimard

..

Vertige

D’être tout simplement en vie

Petit point insignifiant sur le globe immense

Poussière d’étoile, fille du vent de l’espace

Minuscule amas de cellules

Vertige

De se mouvoir en liberté

Bien que femme dans un monde d’hommes

De s’accomplir selon ses propres choix

De laisser libre cours à ses désirs

….

Vertiges

De pouvoir admirer le ciel

De suivre des yeux les oiseaux bravant les nuages

De s’émerveiller d’un peu de bleu au milieu des nuées

D’être un atome existant au milieu de tout ça

Photo du jour : Cent nuances de gris

« Cueille ce triste jour d’hiver sur la mer grise,

D’un gris doux, la terre est bleue et le ciel bas semble tout à la fois désespéré et tendre… »

Valéry Larbaud

Photo M Christine Grimard

..

Gris

Grisaille

Dégrisée

Je me sens Rabougrie

Sous ce ciel gris de gris

….

Heureux les Petits-gris

Moi je Maigris

Frissonne et Grisonne

….

Ras bout gris

Ras le bol de ce bout de ciel gris !

Photos du jour : Lumières Océanes

“Que me sont des trésors, comparés à la lumière du soleil et à des heures vécues en plein bonheur ?”

Stefan Zweig

Thersite

Photo M. Christine Grimard

.

Jour de vent

Pour amateurs de glisse

Jour d’océan

Pour vikings et autres téméraires

.

Qui m’aime me suive

Avec écharpes et polaires

Derrière la dune

Le vent s’engouffre entre les yeuses

Joue des coudes et des rafales

Et décoiffe les imprudents

Propulsant les bonnets

Jusqu’à l’étoile polaire

Renversant, non ?

.

Photo m. Christine Grimard

Vent de printemps (6) : Prémices

« Les prémices en toute chose ont une délicieuse saveur. »

Honoré de Balzac

La fille aux yeux d’or.

Photo m. Christine Grimard

.

Couchée dans l’herbe

Les yeux dans le ciel

J’admire

La vie qui va

.

Les bourgeons éclatent

Au soleil d’avril

Se découvrant

De tous leurs fils

.

Les feuilles se défroissent

Précautionneusement

Déployant leurs nervures

À la lumière caressante de midi

.

Avril se prend pour mai

Au loin, un nuage joufflu

Gonflé de son importance

Avance sur fond de bleu majorelle

.

On dirait une ballerine endimanchée

En tutu aux mille tulles superposés

Tournoyant sur le devant de la scène

Déguisée en meringue

.