Haïku 184 : septembre en douceur

Photo m ch Grimard

.

L’été mourant peint

Ses derniers jours de douceur

D’ombre et de lumière

Publicités

Un été bleu outre-mer (19)

« S’en aller, pensant ou rêvant

Mais que le cœur donne sa sève

Et que l’âme chante et se lève

Comme une vague dans le vent. »

L’ardeur

Anna de Noailles

.

Photo M.Christine Grimard

.

Se laisser bercer par les vagues

Attendre leurs caresses d’écume

.

Photo M.Christine Grimard

.

Vouloir Oublier que le temps passe

Et que celui des vacances est écoulé

.

Photo M.Christine Grimard

.

Se dire que l’été reviendra

Et que la vague toujours se reformera

.

.

Les vacances ayant une fin, malheureusement, il me reste à remercier tous ceux qui ont suivi cette courte série estivale

Merci pour votre regard

Sur mes délires

Océaniques

Bleus outre-mer, verts ou marines

Sous le vent

Jusqu’à la dernière vague …!

.

.====>. FIN

Un été bleu outre-mer (18)

« Je me laisse envahir par l’immensité du ciel et par l’odeur des vagues. »

L’amour de loin (2001)

Amin Maalouf

.

Photo m Christine Grimard

Je viens ici depuis vingt-cinq ans, en suivant les sentiers qui traversent les marais, on parvient jusqu’à estuaire du Veillon. C’est un lieu sauvage où les ostréiculteurs travaillent.

Plus rien ne barre l’horizon depuis la tempête Xynthia de février 2010. La dune qui était très haute et empêchait de voir l’océan au bout de l’estuaire, a commencé à disparaître progressivement emportée par les grandes marées hivernales et les tempêtes successives.

En été 2010 puis 2011, j’avais photographié les kitesurfeurs depuis le même sentier, (photos ci-dessous) la hauteur de la dune avait déjà diminué de moitié. Aujourd’hui, il n’y a plus de dune (photo ci-dessus).

.

Photo m Christine Grimard 2010

Photo m Christine Grimard 2011

Un été bleu outre-mer (17)

« Combien d’hommes profondément distraits pénétrèrent dans des trompe-l’œil et ne sont pas revenus. »

Jean Cocteau

.

Photo m. Christine Grimard

.

Les vacances touchaient à leur fin.

Elle n’avait pas envie de rentrer.

Retrouver la ville sous la canicule, les rues surchauffées, les gens pressés et impatients.

Ici, les ruelles étaient bordées de maisonnettes sans étage, les façades claires toutes différentes donnaient à la ville des airs de demoiselle en dentelles.

On s’attendait à voir déboucher au coin de la rue, des couples en costumes de la belle-époque.

Elle s’accorda encore quelques heures de flâneries avant de prendre son train.

Se replonger dans les contraintes horaires ne l’enchantait pas.

Avec un peu de chance, elle pourrait rater le train…

Lorsque la porte s’ouvrit devant elle, elle n’hésita pas une seconde. Elle avait toujours adoré les roses trémières. Un parfum de chèvrefeuille tournait entre les murs. Elle franchit le seuil en souriant à la mouette qui passait au dessus d’elle…

Un été bleu outre-mer (16)

« Les oiseaux libres ne souffrent pas qu’on les regarde.

Demeurons obscurs, renonçons à nous près d’eux. »

Les Matinaux – René Char

.

Photo M. Christine Grimard

Au bord de l’estran

L’oiseau indifférent passe

Planant sous le vent

.

Un été bleu outre-mer (15)

« Le fée des eaux, gardienne du mirage, tient tous les oiseaux du ciel dans sa main. Une flaque contient un univers. Un instant de rêve contient une âme entière. »

L’eau et les rêves essai sur l’imagination de la matière (1942)

Gaston Bachelard

.

Photo m. Christine Grimard

.

Flaque de ciel

À admirer

Reflets de miel

Nuages à pied

.

Un monde en bleu

Où la lumière

Court en lisière

Devant mes yeux

.

Un autre monde

Où les fées passent

Et font la ronde

Sous la surface

.

Juste un miroir

Que le soleil

Peindra ce soir

D’un beau vermeil

Un été bleu outre-mer (13)

« Depuis quand, par temps clair, n’avons-nous pas contemplé la courbure de l’horizon ? »

Magique étude du bonheur

Vincent Cespedes

.

Photo m. Christine grimard

Quel privilège que de pouvoir regarder l’horizon sur la mer

Ligne impalpable qui avance avec nous

Petit trait lumineux à peine marqué

Ton sur ton

Gris sur gris

Bleu sur bleu

Rester là

Se laisser bercer par le vent

Se baigner dans la lumière

Juste pour le plaisir

D’exister

.

Vidéo m. Christine Grimard