Ateliers d’écriture de l’été numéro 7 : Aller chercher la voix des vivants

Voici le texte que j’ai écrit dans le cadre de l’atelier d’écriture d’été de François Bon sur le tiers-livre.

Vous pourrez retrouver sa vidéo explicative ici, sur sa chaîne youtube.

*

mamie papy

Tu étais plutôt enjoué et ta voix prolongeait ton sourire, d’un grain entre deux tons, un baryton léger comme tu aimais le dire.

L’opéra était une de tes passions et parfois j’entendais ta voix s’accrocher à celle des Caruso et autre Callas, quand la maison était secouée de décibels tandis que tu réglais l’orientation de tes baffles dernier cri…

C’était une voix de velours pour bercer l’enfant endormie sur tes genoux ou une voix de stentor pour vociférer sur les récalcitrants, une voix bienveillante pour accueillir les nouveaux venus, une voix de ténor pour saluer les partants.

Tu t’en servais beaucoup de cette voix, certains te pensaient bavard, d’autres ravis, attendaient que tu entraînes toute l’assemblée dans ta joie d’exister.

Tu déclamais au clair de lune les poèmes appris dans l’enfance, la tirade des nez « avec le ton », le pastiche du corbeau et le renard en argot, ou les paroles des chansons de Mouloudji ou de Ferré avec ou sans l’accompagnement de ton banjo fétiche.

Tu murmurais, tu criais, tu chantais, tu susurrais, tu hurlais.

Autant de tonalités qui résonnent encore au fond des lambeaux de ma mémoire.

Tu aurais aimé monter sur les planches et ta voix aurait séduit les foules.

Quel destin pervers n’a rien trouvé de mieux que de te priver de ta voix ? Et pour quelle raison, grand Dieu !

Il n’y avait pas plus douce que cette voix, pas plus veloutée, pas plus sucrée.

Maintenant quand je prends ta main immobile et que tes yeux cherchent en vain au fond des miens le vague souvenir que ce regard pourrait t’évoquer, j’espère entendre de nouveau cette voix qui me tirerait vers le linceul de mon enfance. Un instant, je n’en demande pas plus.

Les bonnes journées, un quart de seconde tu croises mon regard et dis : « oui » !

Juste un mot, le dernier que tu saches encore prononcer.

Les mauvais jours, tes lèvres restent closes et je repars le cœur vide et l’âme blessée, engluée dans la terreur d’oublier un jour le grain de cette voix qui berça mon enfance.

Clichés 91 : Balades vendéennes (6)

Vendée aux mille couleurs qu’elle porte  jusqu’au fond de ses ruelles.

*

AOUT 2016 3539

Photo M.Christine Grimard

*

AOUT 2016 3578

Photo M.Christine Grimard

*

AOUT 2016 3560

Photo M.Christine Grimard

*

AOUT 2016 3528

Photo M.Christine Grimard

*

AOUT 2016 3508

Photo M.Christine Grimard

*

CSC_0066[1]

Photo M.Christine Grimard

*

DSC_0132[1]

Photo M.Christine Grimard

*

DSC_0131[1]

Photo M.Christine Grimard

*

DSC_0170[1]

Photo M.Christine Grimard

*

AOUT 2016 3641

Photo M.christine Grimard

*

CSC_0068[1]

Photo M.christine Grimard

*

Ici il semble que le Street-Art soit un peu l’affaire de chacun…

To Do List 19 : Bleus à l’âme 

 

photo M.christine Grimard

 

  • Garder en mémoire le grondement des vagues jusqu’à l’année prochaine.
  • Remercier le ciel de nous avoir fait éclore sur une planète bleue.
  • S’acheter une nouvelle boîte de crayons de couleur pour la rentrée.
  • Retrouver son vieux stylo plume aux cartouches turquoises et le laisser courir en toute liberté sur la page blanche.

Clichés 90 : Balades vendéennes (5)

La ville des Sables d’Olonne est tournée vers l’océan de toutes les manières possibles.

Le célèbre remblai où les maisons du siècle dernier toutes serrées les unes contre les autres pour se protéger des tempêtes, sont progressivement remplacées par des immeubles imposants.

*

AOUT 2014 017

Photo M.Christine Grimard

*

AOUT 2016 3635

Photo M.Christine Grimard

*

Mais aussi et surtout ses ports, le port de pêche où le nombre des pêcheurs professionnels décline peu à peu, relégués au fond du port à proximité des bâtiments de la criée…

port 1

Photo M.Christine Grimard

*

port 4

photo M.Christine Grimard

*

port 6

photo M.Christine Grimard

***

port 9

photo M.Christine Grimard

*

Où les drapeaux indiquant l’emplacement des filets ne sont pas uniquement décoratifs

*

port 10

*

Le port de pêche fait face au quartier de La chaume où vivent de nombreux marins pêcheurs

*

port 11

photo M.Christine Grimard

*

Dans l’autre partie du Port, qui était autrefois occupée par les bateaux de pêche, s’est développée peu à peu une partie réservée aux plaisanciers

*

 

 

AOUT 2016 3526

photo M.Christine Grimard

*

port 8

photo M.Christine Grimard

*

Plus au Nord, un second port construit plus récemment, appelé Port Olonna accueille tous les quatre ans les voiliers IMOCA participant à la course au large du Vendée-Globe, considéré comme l’Everest des mers.

Cette année verra un nouveau départ de l’aventure en novembre.

La dernière édition de 2012/2013 dont j’ai retrouvé mes photos ci-dessous avait été remportée par François Gabart et 78 jours

*

port 12

photo M.Christine Grimard

*

Le Vendée Globe est l’occasion pour les Sablais de déclarer leur amour pour les marins qui risquent leur vie autour du Globe pendant trois mois, en étant présents au départ et pour chaque arrivée de bateau, quelle que soit l’heure, sur les rives du chenal, pour les acclamer sans réserve, du premier au dernier !

*

port 13

photo M.Christine Grimard

port 14

photo M.Christine Grimard

*

Il me semble que le point commun de tous ces marins est l’amour de la mer, de la lumière et de la liberté que l’on trouve sur l’océan

*

port 15

photo M.Christine Grimard

*

AOUT 2016 3629

photo M.Christine Grimard

*

port 2

photo M.Christine Grimard

*

Amour que je partage avec eux, et avec vous…

Clichés 89: Balades vendéennes (4)

Terre en partie gagnée sur la mer, la Vendée en a gardé de multiples canaux et tout un réseau hydraulique d’étiers et de zones humides saumâtres.

Moins célèbre que le Marais poitevin, ou que son célèbre cousin rétais, le marais vendéen est parsemé de chemins piétonniers ou cyclistes que j’aime parcourir à la découverte de  rencontres de hasard.

Suivez-moi dans le marais, où…

*

AOUT 2016 3000

Photo M.Christine Grimard

*

… où les chevaux sont libres et paisibles

*

*

AOUT 2016 2989

*

…où les routes sont submersibles et parfois submergées

*

AOUT 2016 2957

**

…où les sentinelles sont bleues

**

AOUT 2016 2969

***

où l’on se perd dans un labyrinthe salé

***

AOUT 2016 3299

***

…où les plumeaux se font ballerines

***

AOUT 2016 3383

**

…où l’on croise des canoës dans les canaux

**

AOUT 2016 3033

*

…où les roses sont monumentales

*

AOUT 2016 2994

***

…où la lumière et le vent se comprennent

***

AOUT 2016 3407

**

…où les sternes se reposent au soleil

**

AOUT 2016 3831

*

…où les chardons bleus se parent d’argent

*

CSC_0786

*

…où les mouettes traversent sagement sur les ponts

*

AOUT 2016 3411

*

…où les roses trémières sont libres et sauvages

*

AOUT 2016 3836

*

… là où j’ai suivi la lumière dans son refuge !

*