To Do List 34 : Monde et merveilles

“Le bout du monde et le fond du jardin contiennent la même quantité de merveilles.”
Christian Bobin  (Tout le monde est occupé)
*

Photo M. Christine Grimard

  • Prendre le temps de se retourner sur les merveilles ordinaires de sa vie.
  • Croire la vie quand elle vous promet « monts et merveilles ».
  • Admirer les oiseaux sautant de branches en branches comme les ballerines d’un opéra à ciel ouvert.
  • Regarder les mille nuances du ciel comme la huitième merveille du monde.
  • Lire dans les fissures du mur du jardin comme dans un livre d’aventure.
Publicités

Ateliers d’écriture : Petit point fixe de la peau du monde

Pour l’atelier d’écriture de François Bon, sur les outils du roman en 2015, j’avais écrit ce texte retrouvé hier.

Un petit rien.

Un détail.

Juste une bulle, et dans cette bulle, le monde entier.

*

aout-2016-1715

Photo M.Christine Grimard

*

Il l’attendait mais comme d’habitude elle devait encore se disperser aux quatre vents. Il avait choisi cette terrasse ensoleillée parce qu’il aimait voir la vie couler devant ses yeux. La vie des autres. Il pouvait les imaginer, inventer leur monde, choisir leur destin. Cela lui donnait l’impression d’être tout puissant, de décider…

La serveuse lui apporta le diabolo-menthe commandé.

Le verre posé devant lui, exhalait ses gouttelettes de fraicheur dans l’atmosphère surchauffée de ce début d’après-midi. Une goutte plus grosse que les autres s’attardait au bord du verre. Les reflets du soleil scintillaient à la surface de la sphère, et c’était tout un monde qui brillait devant ses yeux. Un arc-en-ciel miniature étirait ses ailes, valsant dans le soleil. Il s’approcha, fasciné par cette image éphémère. Il suffirait que la bulle éclate et tout disparaîtrait. En attendant, il voulait retenir le temps, faire durer la magie de l’instant. Il était tout près, sentant les bulles éclater en gerbe sous son nez. Il crut les voir, tout au fond de ce diamant, vibrer puis danser. Ou peut-être les avait-il imaginées. Deux fées minuscules dansaient en se tenant les mains, et en riant, la tête renversée vers le ciel. Elles riaient, riaient. Puis l’une d’elle, le regarda et en souriant, lui fit un geste de la main…

Une seconde après, la bulle éclata…

*

 

Clichés 85 : Penser le monde

« Ce qui manque à ce monde, ce n’est pas l’argent.

Ce n’est même pas ce qu’on appelle « le sens ».

Ce qui manque à ce monde c’est la rivière des yeux d’enfants, la gaieté des écureuils et des anges. »

Christian Bobin

*

Photo M.Christine Grimard

*

Un petit homme

Avance

Vers son avenir

Et c’est tout l’avenir du monde

Qui marche avec lui

*

Photo M.Christine Grimard

*

Sur l’écorce vieillie

Quelque signe de vie

Rejaillit

Et c’est tout le jardin

Qui sourit

*

Photo M. Christine Grimard

*

Sur mon toit de lauzes

Vermoulu

Je me pause

Fourbu

Et dans la lumière

Je déguste et j’espère

*

Photo M.Christine grimard

*

Goéland mon frère

Glisse en silence

Sur ton miroir

Invente une danse

De douceur et d’espoir

Sur terre et sur mer

*

IMG_7160

Photo M.Christine Grimard

*

Qu’attends-tu mon ami

Que puis-je t’offrir

Pour que tu vives en paix

Et que tes jours soient aussi doux

Que ton regard sur moi

*

IMG_5393

Photo M. Christine Grimard

*

Besoin de rassembler mes pensées

De les apaiser

De recentrer sur l’essentiel

Besoin de sentir

Qu’il reste un peu de vie

Dans ce monde

*

Poème : Remarques

« Il fait nuit partout sur terre.

C’est comme si les mots étaient un lépreux dont on entend de loin tinter la clochette.

Leur manteau est serré sur le corps du monde, mais ils laissent filtrer de la lumière. »

Yves Bonnefoy

*

466969_407674349340185_852567937_o

Photo M.Christine Grimard

*

As-tu remarqué que le ciel était noir ?

As-tu remarqué que la vie était courte ?

As-tu remarqué que la terre est si bleue ?

As-tu remarqué que l’espace est si vide ?

As-tu remarqué que le plaisir est doux ?

As-tu remarqué que ton sang est chaud ?

As-tu remarqué que la musique est bonne ?

As-tu remarqué que ton temps est compté ?

As-tu remarqué que l’univers est mystère?

As-tu remarqué que les fous sont si sages ?

As-tu remarqué que les sages sont si fous ?

As-tu remarqué que le jour est si doux ?

As-tu remarqué que la nuit est si belle ?

As-tu remarqué que ton cœur est rebelle ?

As-tu remarqué que ton corps est unique ?

As-tu remarqué que ton âme est éternelle ?

*

 

Photo du jour : Rêver le monde

 «Je rêvais d’un autre monde, mais je le voulais de chair et de temps, comme le nôtre»

Yves Bonnefoy, L’Arrière-pays

*

mcg 941

Photo M.Christine Grimard

Monde alléchant de tentations

Monde magnifique d’imperfections

Monde surprenant dans ses actions

Monde immense dans ses inventions

Monde minuscule dans ses ambitions

*

Monde noirci de guerre et de cendre

Monde rougi de chair et de sang

Monde bleuté de ciel et de rêve

Monde doré de sève et de miel

Monde blanchi de paix et d’amour

*

Je veux ce monde dans ma main

Je veux ce monde sur mes lèvres

Je veux ce monde dans mes yeux

Je veux ce monde dans mon cœur

Je n’en connais point d’autre mais je sais que c’est lui que je veux.

 Phrases 36 : Mots d’illusion 

 « L’illusion est la première apparence de la vérité. »

Rabindranàth Tagore

*

10662205_684009525039998_4544700445076330657_o

Photo M. Christine Grimard

*

  • Tu vivras dans des maisons aussi hautes que ton orgueil, caparaçonnées de verre pour refléter le ciel et te donner l’impression d’y vivre, où l’air que tu respireras sera débarrassé des odeurs de la vie, où l’eau que tu boiras sera aseptisée, où tu seras désinfecté de tes espoirs, où les questions que tu te posais auront été broyées, où tes désirs seront repeints aux couleurs autorisées, où tu te regarderas mourir à petit feu sur l’écran de tes illusions.
  • Puisque tu étouffes ici, ne demande pas l’autorisation, prends une grande inspiration, passe la barrière de verre, ne te laisse pas arrêter par cette illusion de couleurs, la vie est là-bas, au-delà des nuages, où l’herbe est vraiment verte, où l’eau est vraiment bleue, où ton cœur est resté pour t’attendre dans la lumière de ton premier matin.
  • Ma fille, dépose ici toutes tes illusions d’un monde tel que tu l’aurais rêvé et retrousse tes manches, il faudra aimer les animaux, nettoyer les rivières et les mers, nourrir la terre et la laisser respirer sous tes pas, accepter tes frères et leurs erreurs, les convaincre aussi de te suivre puisque tu es celle qui connaît le secret de la vie, répandre autour de toi la force de ton amour en espérant que la lumière de ta bonté finisse par redonner espoir à cette terre afin qu’elle accepte de te laisser poursuivre ta vie.

***

Note : rappel de la consigne 

Laisser les mots venir se poser sur l’écran en liberté.

Lever les yeux sur la vie, laisser les images prendre forme et simplement les décrire, comme on en ferait le portrait en quelques lignes de fusain.

Trois phrases toutes simples.

Trois images suggérées que l’on voit danser sous ses paupières lorsqu’on a fini de lire la phrase.

Trois raisons d’en rêver lorsque la page est tournée.