Nostalgie d’automne (5) : Haïku au vent d’automne 

« La beauté n’est qu’un souffle opposé au vent de la réalité. »

(Marina)

Carlos Ruiz Zafón

*

Photo M. Christine Grimard

*

Sous l’aile des mouettes

Palpite le cœur du monde

Beauté sous le vent

**

Au sommet des vagues

Chante le glacial Noroît

Un goéland passe

***

Plages désertées

L’estran libéré dessine

Son tableau d’écume

****

Au petit matin

Partirons les grands voiliers

Vers un autre été

******

Publicités

Un été en bandoulière (35)

« Préparer l’avenir ce n’est que fonder le présent.

Il n’est jamais que du présent à mettre en ordre.

À quoi bon discuter cet héritage.

L’avenir tu n’as point à le prévoir mais à le permettre. »

Citadelle

Antoine de Saint-Exupéry

*

Photo m Christine Grimard

.

Bientôt l’été s’achèvera.

Je rangerai ces trente-cinq cartes non postales à côté du gros coquillage où l’on entend la mer.

Il ne leur manquera que le parfum iodé des algues.

Les goélands retrouveront le calme de l’estran déserté.

J’espère que ces quelques pages vous auront plu et vous auront fait rêver un peu d’océan.

Je ne vais pas vous ennuyer plus longtemps à photographier tout ce qui passe au-dessus de ma tête sur cette plage.

Il faut savoir refermer la porte en sortant.

Les vacances et l’été s’achèveront dans une gerbe d’écume.

L’avenir s’écrira dans le sable qu’une seule vague effacera.

Je remercie tous ceux qui suivent ce blog amicalement et qui ont apprécié mes tentatives maladroites pour occulter les ombres du chemin, entre canicule et aquilon.

Ainsi s’achève cette série de cartes non postales d’un été porté en bandoulière entre ciel et mer.

Que le vent marin vous porte vers le meilleur.

***

Un été en bandoulière (29)

 » J’ai rendez vous chaque matin avec la beauté du monde. »

Christian Bobin

*

Photo m ch grimard

.

Avancer tout droit vers l’ouest

Traverser la pinède

Suivre le sentier tapissé d’aiguilles de pin

Lever les yeux vers le ciel

Admirer la valse de leurs cimes dans le vent marin

Grimper la dernière dune couverte de genêts

Déboucher d’un seul coup sur la lumière

Être éblouie par cette beauté offerte

En perdre ses mots

S’asseoir sur un rocher

Se dire que l’on pourrait rester là

Jusqu’à la fin des Temps

Dans le silence de la mer

Un été en bandoulière (22)

« Autour de nous, partout à perte de vue, l’espace infini, l’horizon bleu de la mer, l’horizon vert de la terre, les nuages, l’air, la liberté, les oiseaux envolés à toutes ailes, les vaisseaux à toutes voiles ; et puis, tout à coup, là, dans une crête de vieux mur, au-dessus de nos têtes, à travers une fenêtre grillée, la pâle figure d’un prisonnier. Jamais je n’ai senti plus vivement qu’ici les cruelles antithèses que l’homme fait avec la nature. »

Lettre à Louise Bertin, le 27 juin 1836

Victor Hugo

*

Photo m ch grimard

Se sentir si petite face à l’infini de l’océan

Essayer de fixer cette image de la mer dans sa mémoire pour survivre un hiver tout entier dans les terres

Admirer la palette infinie de couleurs que nous offre le monde en se contentant d’une toute petite partie de son immensité

Rester là jusqu’à la nuit pour être bien sûre de rêver encore d’océan en rentrant

Réaliser que pouvoir prendre cette photo est un cadeau du ciel et avoir envie de l’offrir au reste du monde

Tenter de le faire ici en ajoutant en bonus, le chant de l’océan :

Un été en bandoulière (14)

« Et le goût des vers

Est doux et salé

Comme la mer

Ou les larmes. »

Jack Kérouac

*

Photo M.Christine Grimard

Le Vent

De l’océan

Laisse un goût

Salé

Sur mes lèvres

Dessine à la plume

Au fond de mon cœur

Les couleurs 

De la liberté

Nichée 

Sous les ailes 

Des oiseaux