Phrases 35 : Mots en toute liberté

« Le génie, c’est précisément, au moins en matière poétique, d’être fidèle à la liberté. »
Yves Bonnefoy

*

bourgeaons

Photo M. Christine Grimard

Au premier soleil, je retrouverai ma liberté de pousser n’importe où, sans contrainte, sans astreinte, sans tuteur, sans vergogne; je m’élancerai vers le ciel à la recherche de la lumière sans peur du lendemain et je laisserai éclater ma joie chaque jour jusqu’à ce que l’hiver me sèche, si le sécateur ne m’a pas interrompu prématurément.

Vous ne me volerez pas ma liberté de penser, ma liberté de pousser au soleil, ma liberté de choisir mes folies et mes ivresses, ma liberté de rêver; vous ne m’obligerez pas à pousser selon votre bon vouloir et si vous me liez à ce piquet, je laisserai mes racines s’insinuer en silence sous la mousse là-bas, et vous ne me verrez pas refleurir derrière la colline puisque seul votre pré carré vous intéresse.

Liberté de penser et d’agir selon sa conscience, nourrie de la sagesse des anciens, pimentée de la folie de la jeunesse, arrosée du miel des jours d’été, liberté de choisir selon son cœur, liberté d’aimer selon ses vœux, liberté de déambuler selon ses envies, liberté de décider de son avenir, liberté d’être utile ou inutile, liberté de choisir le jour de sa mort, liberté de suivre son propre chemin de lumière, combien d’entre nous la possèdent vraiment ?

Publicités

Photo du jour: Opinions

« On dit souvent que la force est impuissante à dompter la pensée;

mais pour que ce soit vrai, il faut qu’il y ait pensée.

Là où les opinions irraisonnées tiennent lieu d’idées, la force peut tout. »
Simone Weil
La puissance des idées

*

1978666_736761289689294_1293182786_n

Photo d’auteur inconnu

*

 

La force brutale arrivera-t-elle à dompter la pensée ?

Le plus agressif parviendra-t-il à imposer son opinion à tous les autres ?

Est-on encore capable d’avoir une pensée raisonnée, lorsque l’on est plein de haine, d’intolérance, d’obscurantisme ou de violence ?

Le plus fort massacrera-t-il tout le monde ?

Les opinions laissent-elles la place aux idées ?

Ceux qui sont pétris de leurs belles opinions entendent-ils encore les pensées de leurs voisins ?

Ceux qui ont la certitude d’avoir raison, ont-ils jamais vu le regard de la vérité ?

Les étoiles nous ont-elles donné leurs molécules pour que nous en fassions une bouillie de sang et de haine ?

Le plus sage est-il celui qui accepte de ne pas avoir raison ?

Le plus heureux est-il celui qui laisse le vent courir dans la plaine, et le remercie de chasser les nuages ?

Ce qui est valable pour moi, l’est-il pour toi ?

Qui choisira l’itinéraire, quand ce qui compte ce n’est pas la destination, mais le chemin lui-même ?

Si les idées nouvelles sont indésirables, que seules les opinions du plus grand nombre sont tolérées, pourquoi ne pourraient-elles pas être imposées par la force à tous les autres ?

Accepterai-je de vivre dans un monde où la normalité fait force de loi ?

Les normes de productivité ou de rentabilité doivent être devenir les normes de vie, notamment dans le domaine de la santé publique ?

A quel âge serons-nous « périmés », puisque non productifs pour la collectivité ?

Existe-il une seule idéologie qui soit digne d’être imposée au monde entier ?

Somme-nous satisfaits si et seulement si nous arrivons à prouver que nous avions raison ?

Sommes-nous heureux simplement d’être vivants ?

Somme-nous encore vivants dans ce monde ?

*

« J’ai des questions à toutes vos réponses. »

Woody Allen