Photo du jour : tranquillité

« Et vous, législateurs, souvenez-vous que vous n’êtes point les représentants d’une caste privilégiée, mais ceux du peuple français, n’oubliez pas que la source de l’ordre, c’est la justice, que le plus sûr garant de la tranquillité publique, c’est le bonheur des citoyens, et que les longues convulsions qui déchirent les États ne sont que le combat des préjugés contre les principes, de l’égoïsme contre l’intérêt général ; de l’orgueil et des passions des hommes puissants contre les droits et contre les besoins des faibles. »

Séance du 2 décembre 1792. — Discours sur les subsistances de Maximilien de Robespierre

.

Photo Marie-Christine Grimard

.

Tranquillité

Ce mot est oublié

Tellement loin de nous

Partout autour la violence

Celle de ne pas être écoutés

Celle qui frappe dans les rues

Celle qui massacre les femmes

Celle d’être dirigés par des robots

Les phrases de Robespierre, qui n’était pas le plus doux des hommes, résonnent étrangement à nos oreilles.

Peut-on arrêter un train conduit par des aveugles ?

Jusqu’où irons-nous dans l’escalade ?

La route pourrait être si belle.

La vie pourrait être si simple.

Laissez nous tranquille.

On veut la paix.

La paix !

.

Je vous offre quelques minutes de paix, écoutez Riopy

Phrases 27 : Mots tranquilles

Le silence est une tranquillité mais jamais un vide ;
il est clarté mais jamais absence de couleur ;
il est rythme ;
il est le fondement de toute pensée.”
Yehudi Menuhin
*
automne 3

Photo M. Christine Grimard

*

  • Parfois, il semble si doux de pouvoir se poser ainsi entre deux mondes,  immobile au soleil, entre automne et hiver, en oubliant que décembre emportera l’année dans sa brume givrée, avant que l’alouette n’aie chanté.
  • Souvent, je me suis envolée sur les ailes des fées, par-dessus les toits, au-delà des nuées, jusqu’à cette étoile lointaine où l’enfant blond chantait les dunes de la terre à une rose trop fière de ses épines dérisoires.
  • Longtemps, je serai émue par la tranquillité de la mésange savourant la caresse du soleil, installée sur les coussins mousseux d’un vieux toit vermoulu, baignée de silence et de lumière.

*