Phrases 36 : Mots d’illusion 

 « L’illusion est la première apparence de la vérité. »

Rabindranàth Tagore

*

10662205_684009525039998_4544700445076330657_o

Photo M. Christine Grimard

*

  • Tu vivras dans des maisons aussi hautes que ton orgueil, caparaçonnées de verre pour refléter le ciel et te donner l’impression d’y vivre, où l’air que tu respireras sera débarrassé des odeurs de la vie, où l’eau que tu boiras sera aseptisée, où tu seras désinfecté de tes espoirs, où les questions que tu te posais auront été broyées, où tes désirs seront repeints aux couleurs autorisées, où tu te regarderas mourir à petit feu sur l’écran de tes illusions.
  • Puisque tu étouffes ici, ne demande pas l’autorisation, prends une grande inspiration, passe la barrière de verre, ne te laisse pas arrêter par cette illusion de couleurs, la vie est là-bas, au-delà des nuages, où l’herbe est vraiment verte, où l’eau est vraiment bleue, où ton cœur est resté pour t’attendre dans la lumière de ton premier matin.
  • Ma fille, dépose ici toutes tes illusions d’un monde tel que tu l’aurais rêvé et retrousse tes manches, il faudra aimer les animaux, nettoyer les rivières et les mers, nourrir la terre et la laisser respirer sous tes pas, accepter tes frères et leurs erreurs, les convaincre aussi de te suivre puisque tu es celle qui connaît le secret de la vie, répandre autour de toi la force de ton amour en espérant que la lumière de ta bonté finisse par redonner espoir à cette terre afin qu’elle accepte de te laisser poursuivre ta vie.

***

Note : rappel de la consigne 

Laisser les mots venir se poser sur l’écran en liberté.

Lever les yeux sur la vie, laisser les images prendre forme et simplement les décrire, comme on en ferait le portrait en quelques lignes de fusain.

Trois phrases toutes simples.

Trois images suggérées que l’on voit danser sous ses paupières lorsqu’on a fini de lire la phrase.

Trois raisons d’en rêver lorsque la page est tournée.

Publicités

Phrases 29 : Mots survivants

« Le seul chef-d’oeuvre, c’est vivre. »

Gilbert Cesbron

*

311109_321554837952137_2058354630_n

Photo M. Christine Grimard

*

  • De ta survie tu te persuaderas, à ton destin tu croiras, à ta barrière te cramponneras, à tes racines tu t’accrocheras, contre vents et marées tu résisteras, et quand le printemps  reviendra enfin, il te trouvera plus solide et plus grand qu’à la saison de tous les faciles.
  • Petit brin d’herbe tu plies dans la tempête, tu danses dans le vent, tu courbes l’échine, tu disparais sous le sable, mais il suffit d’un rayon de soleil pour que tu redresses la tête et que la joie de ta survie éclate à la face du monde.
  • Survivrais-je aux tourments répétés, aux déceptions accumulées, aux chagrins inévitables, aux illusions trompées, aux souffrances interminables, aux surprises désagréables, aux regrets éternels, aux espoirs illusoires, si je ne gardais pas au fond du cœur la certitude qu’au bout de tout ce chemin pavé de ronces, je retrouverai ton sourire.

Clichés 62: Rien d’important (3)

« Trees are poems that the earth writes upon the sky.”

Kahlil Gibran     « Sand and Foam »

*

Photo M. Christine Grimard

*

Quand la terre aura perdu ses arbres, nous ne serons plus rien.

Pourvu que nous le comprenions avant qu’il ne soit trop tard !
*

Photo M. Christine Grimard

 *

Passer des journées entières dans les arbres

Passer une vie entière sous les arbres

*

Photo M. Christine Grimard

 *

Une palette aux mille nuances

Un spectacle différent chaque jour

*

Photo M. Christine Grimard

*

Un bain de lumière

*

Photo M. Christine Grimard

*

Vous avez dit « Paillettes » pour les fêtes

Servez-vous !

*

(NB: Toutes ces photos ont été faites dans mon jardin…)