Photo du jour : Voyage sans retour

«Ainsi toujours poussés vers de nouveaux rivages

Dans la nuit éternelle emportés sans retour,

Ne pourrons-nous jamais sur l’océan des âges

Jeter l’ancre un seul jour ?»

Alphonse de Lamartine 

iphone chris 4214

Photo d’un auteur inconnu

*

Embarqué malgré toi,

Sur ta coque de noix

Avance mon petit

Tu verras du pays !

*

La route est encore longue

Jusqu’aux plages blondes.

Garde en vue, l’horizon !

Rame, en toute saison.

*

Tu trouveras ta voie,

Tu oublieras tes peines,

Tu compteras tes joies,

Tes rires à perdre haleine.

*

D’escales ensoleillées

En rivages hostiles,

Tu vivras des étés

Dans la douceur des îles.

*

Puis au soleil couchant

Tu verras sous le vent

Ceux qui t’aimaient jadis

T’attendre sur la rive.

*

 

 

Publicités

Photo du jour : Jeu de Plage.

mcg 1139

Photo M. Christine Grimard

*

Pourquoi chercher un autre rivage ?

Je suis chez moi sur cette plage

Qui me donne poissons et coquillages,

Soleil, pluie, vent et breuvage.

Des pêcheurs, je suis le sillage,

Nul besoin de rêver de voyage !

Un jour, j’ai suivi les oies sauvages,

Profitant de leur passage

Pour leur parler de Carthage.

Elle m’ont prédit un probable naufrage,

Ou au mieux, un rapide amerrissage

M’expliquant que je ne possédais pas l’outillage

Nécessaire à un tel voyage !

Alors, j’ai oublié mes enfantillages,

La sagesse venant avec l’âge,

Je me contente de ce cabotage

A l’abri des rochers ou dans le vent du large.

 Au moins je suis libre sous mon plumage,

Jamais je ne vivrai en cage

Comme ces humains réduits en esclavage.

*

Photo du jour : crépuscule

Un petit bonhomme
Haut comme trois pommes
Rêvait d’océan
Au bord de l’estran.

Une jolie mouette
Lui dit : » c’est très chouette »
Ce que l’on entend
Par delà l’océan.

Il rêva de rivages
Sans orage,
Où il marcherait sur des plages
Sans nuage.

Mais quand la nuit tomba
Avec le froid et la peur
Sans honte, il préféra
Rentrer en solitaire
Retrouver la chaleur
Du sourire de sa mère.

20140508-225246.jpg

Photo du jour: Rivage de vent

Laisser défiler mes photos sur l’écran,
Et soudain, suspendre le temps
En m’arrêtant sur l’image de cette plage .
Retrouver un instant le goût des embruns sur mes lèvres.
Sentir courir la caresse du vent salé le long de mon cou.
Marcher sur ce rivage bleu, calquer mes pas sur le reflux des vagues.

Regarder mes empreintes disparaître dans une gerbe d’écume et rester là sans bouger jusqu’à ce que le scintillement du sable disparaisse avec la nuit.

20140405-222602.jpg

Photo M. Christine Grimard