To Do list 31 : Pastel d’hiver

Photo M.Ch. Grimard

  • Attraper les couleurs qui passent pendant qu’elles sont là, pour s’en souvenir aux jours de grisaille.
  • Se persuader que les feuilles repousseront et que la chaleur reviendra, bien que le thermomètre soit bloqué dans le négatif.
  • Souhaiter que le brouillard et le froid ne s’accrochent pas aux branches.
  • Se répéter à l’envi les vers de Verlaine pour que l’hiver ait envie de partir au soleil :

« L’hiver a cessé : la lumière est tiède
Et danse, du sol au firmament clair. »

Publicités

Photo du jour : Reflet surprise

Photo M. Christine Grimard

En ce matin de septembre, le ciel s’est invité dans le salon.

Le chien immobile au bord de ce lac improvisé, se demande s’il pourra traverser à pieds secs.

Et je reste là, bloquée devant ce reflet, me demandant si l’ombre de Van Gogh est venue me rendre visite…

Photo du jour : Remise à niveau

nikon mars 2014 949

Photo M. Christine Grimard

*

De vives-eaux en grandes marées

L’Océan s’acharne à satiner

L’estran de sable ou de galets

En un miroir aux gris reflets.

*

Il efface les pas des flaneurs

Emporte les coques et le varech

Au large de la plage du Bec

N’épargnant aucun promeneur

*

Bientôt la terre sera couverte

Entièrement de cette masse inerte

Et de ciel bleu en vague verte

Transformée en île déserte

 

 

Photo du jour: Reflet d’argent

20140807-234848-85728156.jpg

« La mer qu’on voit danser … »

Ici c’est l’océan
Mais il a bien des reflets d’argent…
Ou d’or
Selon les heures
Selon le temps.

Basse est la marée
Et je reste à rêver
Devant cette simple flaque
D’eau salée
Bleutée argentée
Devant cet embryon de lac
Ce Chenal éphémère
Qui disparaîtra
Dès que reviendra
Le flot amer
Du ressac.

Attraper cette lumière
Qui ne reviendra plus
Pour garder le souvenir ému
De cette flânerie côtière.

Et la partager
Avec qui le voudra
Et la partager
Avec qui l’aimera !

(Photo M. Christine Grimard)

Photo du jour: Kaléidoscope.

20140630-173948-63588885.jpg

Carrés de ciel bleutés,
Découpés,
Décuplés,
Hachurés,
Reflétés.

Chacun dans sa case,
Chacun sous son bâillon,
Chacun sur sa base,
Chacun est un pion.

La grande ville brille.
Les tours bleues scintillent.
Sous les nuages indifférents,
La vie passe en courant.

Qu’y avait-il ici,
Avant la nuit des temps ?
Qu’y aura-t-il ici,
Après la fin des temps ?

Et nous, fourmis égarées,
Danserons-nous longtemps
Sous les soleils d’argent,
Illusions de verre et d’acier ?

Photo du jour: L’envers du décor.

Photo du jour: L'envers du décor.

Photo M. Christine Grimard

Regarder la vie sous un autre angle.
Ne pas accepter l’évidence, l’avis du plus grand nombre.
Essayer de voir les choses cachées derrière les choses.
Refuser de suivre les sentiers battus, préférer l’aventure des chemins de traverse.
Apprendre, comprendre et puis ne pas se laisser formater.

Au détour du chemin, découvrir l’image du ciel dans ce miroir d’eau, belle et inattendue.
Rester bloquée sur cette merveille, et me précipiter sur mon appareil pour la fixer dans mes souvenirs avant qu’un canard ne vienne troubler ce reflet.
Laisser ce sentiment de légèreté et d’immensité m’envahir.
S’envoler dans ce bleu infini, au dessus de la cime des arbres.
Se laisser porter par la douceur de l’air printanier, plus haut que les nuages.
Et ne jamais redescendre.

Déjà, enfant, j’aimais le défi de marcher en tenant un miroir dans les mains, en ne regardant que l’image reflétée sans avoir le droit de lever les yeux. C’était un jeu, mais il me plongeait dans un monde étrange et inconnu, où tout pouvait arriver. Les yeux rivés au reflet, je voyais défiler les nuages, et j’avais la sensation de marcher dans le ciel, enjambant les obstacles qui se présentaient, les branches des arbres, les nids des oiseaux.

Je garderai le souvenir de ces randonnées célestes, comme autant de moments légers, où le rêve rejoignait la réalité, comme si les fées se penchaient sur mon épaule pour me guider sur le chemin de leur lumière.
Et je garderai aussi cet esprit rebelle, jusqu’à la dernière seconde, et surtout après.