Vent de printemps (3) : sur un air de lilas

« Si je devais recommencer ma vie

je n’y voudrais rien changer

seulement j’ouvrirais un peu plus grand les yeux »

J.Renard

Photo m Christine Grimard

.

Quand il reviendra

Le temps des lilas

Soleil sera là

Qui réchauffera

La vie de ci, la vie de là

.

Quand il sera là

Le temps des Lilas

Où l’on s’en ira

Cueillir dans les bois

La joie d’être toujours là

.

Quand il s’en ira

Le temps des Lilas

On regrettera

Que de l’amour, l’éclat

Soit si court ici-bas …

.

Publicités

Vent de printemps (1) : Ciel d’artifice

Photo M. Christine Grimard

!

Ciel d’artifice

Instant de magie pure

Effaçant les ennuis de la journée

Oubliées injustices et mauvaises surprises

Emportées par la lumière

Aussi légère que le vent

Espérer que demain

Se réveille apaisé

Doux et fou

Mauvais souvenirs et inquiétudes envolés

Que pourrait-il arriver de mal

Dans un monde aussi

Lumineux

?

To do list 54 : valse hésitation

« La pluie et la lumière se battent comme des enfants dans le ciel, et leurs épées parfois, heurtent ma fenêtre. »

Christian Bobin

Photo m Christine Grimard

. Attendre que les giboulées s’éloignent pour aller faire le tour du jardin

. Admirer les fleurs de prunus valsant au vent d’avril comme des débutantes sur un air de Vivaldi

, Choisir une nuance dans l’air du temps pour repeindre les fauteuils de jardin, histoire de leur faire oublier les affres de l’hiver.

. Regarder pousser les pâquerettes en savourant sa chance de voir renaître un nouveau printemps.

. Remercier le ciel de donner chaque jour un spectacle différent.

. Se réjouir des intempéries qui arrosent les jeunes tulipes et s’assoir au soleil pour les entendre pousser.

Un petit air d’hiver (7) : leurre ou l’heure

« L’heure de la fin des découvertes ne sonne jamais. » Colette

Un petit air trompeur

Où ce coquin d’hiver

Se déguise en printemps

Pour tromper les naïfs

Qui le croient moribond

Se réveillera demain

Pour brûler les bourgeons

Qui se sont entre-ouverts

Aux premiers jours plus longs

Quelle est cette lueur ?

Un semblant de printemps

Ou n’est-ce encore qu’un leurre ?

Un dernier déguisement

Avant que sonne l’heure

D’arrivée du printemps

Photo du jour : Il suffirait d’un petit rien…

« La vie est un cadeau dont je défais les ficelles chaque matin, au réveil. »

Christian Bobin

*

Photo M.Christine Grimard

*

Un deux trois, soleil

Un deux trois, nuages

Par-delà l’hiver

Bal et badinage 

De la terre au ciel

*

Il suffirait d’une comptine

Pour que la vie soit plus coquine

Il suffirait de quelques mots

Pour oublier le poids des maux

*

photo M. Christine Grimard

*

Il suffirait de presque rien

Pour que la vie renaisse enfin

Un peu d’espoir sur le chemin

Un léger parfum de jasmin

*

Il suffirait de quelques jours

Que le printemps sorte du rêve

Pour que les arbres se réveillent

Et qu’ils s’habillent de velours

*

photo M.Christine Grimard

*

Il suffirait d’un brin d’espoir

Pour que la vie soit bien plus claire

Il suffit d’un grain de lumière

Pour chasser les ombres du soir

*

Il suffirait d’un peu d’amour

Pour que la vie soit bien plus belle

Il suffirait d’un mot d’amour

Pour que revienne l’hirondelle

*

Photo du jour : Où les bourgeons bourgeonnent…

Photo M.Christine Grimard

 

Réveil

Sous le soleil

Qui atteindra le ciel ?

Qui le premier déploiera ses ailes ?

*

Renaissance

De bourgeons en inflorescences

De branchages en arborescences

De régénérescence en magnificence

*

Printemps

Bourgeonnant, éclatant

Passent les jours, passe le temps

De ciels en ciels, de bourrasques en autan

D’aubes en crépuscules, de saisons en moments

*

Survis

Et souris

Sur ton chemin de vie

Trouve la force et garde l’envie

D’atteindre le ciel, voletant de féérie en folie.

*

Bourgeons

Embryon de marrons

Petits plumeaux fanfarons

Ne cachant plus leur ambition

Leurs ailes plucheuses déploieront

Plus loin que l’horizon

Action !

*

Photo du jour : Hello Mars 

Photo M.Christine Grimard

Pour célébrer la naissance de mars, le groseillier à fleurs s’est brusquement réveillé ce matin. 

Seule tache de couleur dans le paysage encore sombre, il déploie ses corolles déclinées dans toutes les nuances du rose. L’éclosion soudaine de ces grappes de petites trompettes me remplit de joie, bêtement. Il me semble les entendre tintinnabuler dans la douceur de ce premier matin de mars, pour convaincre le printemps de sortir de son hibernation.

Espérons qu’elles seront entendues. Cet hiver a été si long, si froid, si gris…

Je n’ai pas vu le temps passer depuis le premier janvier. Tout va si vite, l’hiver s’en va,  l’air sent déjà le printemps. Et cette douceur fait tant de bien. 

Février est mort, vive Mars !