Calendrier de l’avent : jour 21

« Je sais que toute quête implique l’autre, de même que toute parole peut devenir prière. »

Coeur ouvert

Elie Wiesel

.

Photo Marie-Christine Grimard

.

Vieux Lyon Cathédrale Saint-Jean

.

Noël

Période de renouveau

Pour les chrétiens

Et pour tous les autres

Période de solstice

Où l’hiver s’essouffle et la lumière renaît

.

Peu importent les croyances

Ou les incroyances

Libre à chacun

De garder ses convictions

Ou ses intuitions

Mettons à profit cette pause

Au milieu de l’hiver

Pour nous ressourcer

Qui que nous soyons

.

Acceptons le message de renaissance

Que nous sentons monter en nous

Laissons fleurir nos espoirs

Et partageons l’amour qui nous anime

Avec ceux qui en ont besoin

Le sourire au fond des yeux

La douceur au bord du coeur

.

Photo Marie-Christine Grimard

❄️❄️❄️

Calendrier de l’avent : chaque jour de décembre, un cadeau derrière la porte. Un geste d’amitié pour celle ou celui qui vient sur cette page, et me donne la joie de lui offrir mes mots.

À demain

Chris

❄️❄️❄️

Photo du jour : apaisement 

« Puisque j’ai rejeté l’épée,

il n’est plus rien d’autre que la coupe de l’amour

que je puisse offrir à ceux qui se dressent contre moi. »

Gandhi

*

Photo M.Christine Grimard

*

Viens faire la paix

Avec moi

Avec toi

Viens boire à cette coupe

D’amour et de joie

Je t’offre le miel et le vin

Partageons le nectar de la vie

Effaçons les mots de haine

Oublions les dogmes réducteurs

La vie est si courte

Pourquoi se complaire dans la peine

Festoyons dans la chaleur

Répandons la paix sur la terre

Et quand tu reprendras ta route

Qu’elle te conduise vers ta propre lumière

Que la paix soit

Avec toi

Avec moi

Que la paix soit !

*

Photo du jour: indifférence

Photo By Jen

« Graver l’écorce jusqu’à saigner … »
« Y’a pas de haine
Y’a pas de roi
Ni Dieu, ni chaîne
Qu’on ne combat
Mais que faut-il
Quelle puissance ?
Quelle arme brise                                                                                                                                                                                                      L’indifférence ? »
J.J. Goldman

Vivre ici, dans le confort relatif et l’indifférence.

Ne pas regarder les images de guerre et de mort, pour tenter de survivre à l’horreur.

Comment se contenter de savoir, sans dire, sans crier.

Tout en moi se révolte mais aussi se réfugie dans le silence.

J’ai eu la chance de naître ici et maintenant, plutôt que dans un monde où le soleil brûle les hommes, où la guerre écorche les corps, où la misère dessèche les cœurs, où les virus éclosent du néant pour anéantir la vie.

Cette chance, je la connais, je la mesure.

Mais je reste là, cachée dans le silence.

Que faire à part prier pour que cela s’arrête, que les hommes cessent de se battre et apprennent à s’aimer ?

Je n’ai jamais aimé les grand-messes et les orgues pompeux, mais le chant des hommes qui emplit les nefs m’apaise. Il m’arrive d’entrer dans une église vide, pour en goûter la paisible lumière, dans le silence des cœurs qui sont venus partager leur souffrance ici, avant moi.

L’impression que les prières s’envolent jusqu’en haut des voûtes, et qu’elles traversent l’arc en ciel des vitraux, pour qu’On les entende, cette impression est forte !

Mais c’est une impression…

Et là-bas, le bruit des canons continue de tonner.

Et là-bas, les cris des femmes que l’on viole et des hommes que l’on égorge, me transperce l’âme.

Et là-bas, la mort gagne.

Là-bas, la Paix, l’Amour et la Joie ont perdu la guerre…