Photo du jour : silence

.

Photo Marie-Christine Grimard

Se taire
Parce qu’il n’y a plus rien à dire
Du moins plus rien d’utile à partager
Rien qui puisse intéresser

Rien qui aide à avancer


C’est mieux que d’écrire pour ne rien dire
Des mots sans queue ni tête
Des mots vains
Des mots bleus
Comme une suite sans fin
Sans virgule et sans point


Perdue comme
Un oiseau sans ailes
Un poisson sans eau
Un humain sans âme

Une âme sans amis

.

Se taire

Parce que le silence est tout ce qu’il vous reste

Dans cet univers

Où même la lumière est noire

.

Se taire pour oublier

Le bruit ambiant

Et les paroles blessantes

Se taire pour effacer

Les polémiques destructrices

Se taire pour occulter

Le mal-être du monde et la noirceur des hommes

Photo du jour : soubresauts météorologiques

« A quatre heures du matin, l’été,

Le sommeil d’amour dure encore.

Sous les bosquets l’aube s’évapore

L’odeur du soir fêté. »

Rimbaud

.

Photo Marie-Christine grimard
.

Réveil humide

L’été tambourine à la fenêtre

En rafales et en colère

Réveil en fanfare

En cataracte et tintamarre

L’orage a passé son chemin

Vidéo Marie-Christine grimard

.

Parti comme il était venu

Pressé de doucher d’autres contrées

La journée sera belle

Pour les escargots et les téméraires

« Se souvient-on d’un nuage ? »

Photo Marie-Christine grimard

Photo du jour : Océan, entre vert et bleu.

« Si un oiseau transportait chaque grain de sable, grain à grain, de l’autre côté de l’océan, quand il aurait tout amené de l’autre côté, ce ne serait que le début de l’éternité. »

Truman Capote (De sang froid 1965)

Photo Marie-Christine Grimard

.

Quelques pas sur une plage

Caressée par la brise

Ballottée dans les vagues

Salée par les embruns

.

Quelques pas sur une plage

Frémissante sous le vent

Ensablée par les rouleaux

Enivrée d’alizés

.

Quelques pas sur une plage

Submergée de beauté

Perdue dans mes pensées

Refusant de rentrer

Photo du jour : course en ciel

Photo Marie-Christine Grimard

.

« On y va, les gars !

On ne reste pas là

Au-dessus de ces fous

Dépêchons

On part vers le sud

Jusqu’à la mer

En un tour de mistral

On y sera

À nous les alizés et les vahinés »

Entend l’enfant à sa fenêtre

.

Photo Marie-Christine Grimard

.

« Où courez-vous nuages ?

Vers quels cieux plus cléments ?

Ne partez pas au loin

Ne m’abandonnez pas

Sans vous, le ciel est si vide

Sans vous, la terre est si seule

Restez encore un peu avec moi ! »

Crie l’enfant derrière sa fenêtre

Photo du jour : pas à pas au jour-le jour

« Vive en pleine conscience, ralentir son pas, goûter à chaque seconde et chaque respiration. Cela suffit.  »

Thich Nhat Hanh

Photo Marie-Christine Grimard

.

Marcher le nez en l’air

Oublier l’été qui s’achève

Apprécier l’instant de douceur

Et la caresse du temps

Sur les écorces blondes

Le souffle du vent

Sur les bouquets d’épines

.

Vidéo m Christine Grimard

.

Rester là

Pour admirer la cascade

Des gouttes de soleil

Sur les troncs burinés

Histoire de se souvenir

De la beauté de la terre

Et de mon insignifiance

Un été bleu horizon (13)

« Tout cela c’est la vie, le temps qui coule, c’est le miracle espéré à chaque tournant du chemin, et sur la foi duquel je m’évade. »

Colette

.

Photo Marie-Christine Grimard

.

Être en vacances c’est prendre son temps

Pour ne rien faire

Regarder le jardin pousser

Ecouter les fruits tomber

Voir le temps courir avec les nuages

Entendre la vie passer

En silence

.

Photo Marie-Christine Grimard

.

Parfois je me dis que ces pages n’ont pas une grande utilité…

Quel intérêt de lire un blog qui fait le tour d’un jardinet, côtier ou non ?

Blog agricole où la culture se dissimule derrière les pétales des roses,

Blog poétique ou pathétique, selon l’humeur du lecteur,

Blog en villégiature atlantique où il est de première nécessité d’admirer la vie jouer entre ombres et lumières.

On regarde ensemble ?

.

.

Merci pour votre attention et votre patience avec mes élucubrations 🙏🏻

Journal : l’important c’est aimer

« Je ne dirai pas les raisons que tu as de m’aimer. Car tu n’en as point. La raison d’aimer, c’est l’amour. »

[ Citadelle (1948) ]

Antoine de Saint-Exupéry

Tableau de Chagall

Amoureux ou non

Fête de l’amour ou de tous les autres jours

L’important c’est aimer et savoir le dire

Avant que le temps nous emporte

Avant le vent nous disperse

Hier, aujourd’hui et demain, c’est le jour où partager son envie d’aimer !

Photo du jour : goutte

« Derrière la fenêtre, les yeux de la pervenche le suivaient, et les gouttes glissantes le long de la vitre semblaient ruisseler de ces yeux anxieux, d’un bleu qui ne dépendait ni de l’étain jaspé du ciel ni du plomb verdi de la mer. »

Le ble en herbe – Colette

Photo M. Christine Grimard

.

Un des plaisirs de l’été, est là pluie chaude qui ruisselle en cataracte lorsque l’orage éclate à la fin des jours caniculaires.

On retient son souffle en pensant « pourvu qu’il pleuve » que l’orage ne passe pas son chemin en nous ignorant…

Enfin les premières gouttes s’écrasent sur les carreaux. On hésite à sortir sous les éclairs, mais on envie secrètement les dahlias qui semblent se redresser sous l’averse.

Puis lorsque le déluge se calme un peu, on sort, le visage tourné vers le ciel, pour recevoir la douche salutaire, douce et chaude de la touffeur de la veille. Les yeux clos on se laisse caresser le visage par les gouttes soyeuses. La bouche ouverte vers le ciel on retrouve le sourire de l’enfant qui découvrait le monde. Derrière le goût d’ozone de la pluie d’orage, on distingue le parfum de l’herbe mouillée mêlé à celui de la lavande du jardin, sublimé par le fracas des gouttelettes tombées en rang serré.

On prête l’oreille, c’est tout un orchestre de percussions qui entame le second mouvement du concerto, et l’on se laisse emporter dans la danse.

Mais la pluie cesse, aussi promptement qu’elle est venue. Les oiseaux retrouvent leur branche, et leur chant. L’orage s’éloigne.

Un dahlia s’ébroue, secouant ses pétales dans un filet de vent. Le jardin retrouve ses couleurs vives. L’entracte est terminé. Le soleil s’installe au centre de la scène.

L’été sera chaud…

Photo du jour : attraper la lumière

Attraper la lumière

En visant bien,

Fermer un œil et ouvrir l’autre

Tout grand,

Se laisser éblouir

Par la beauté de l’univers ,

Se laisser fasciner

Par le spectacle,

Les amas d’étoiles scintillantes,

Les volutes de galaxies éblouissantes,

Les tourbillons de nuages stellaires,

Les ombres oppressantes des trous noirs.

Rêver aux confins de l’univers,

Tenter d’Imaginer ce qui brille derrière,

Se laisser dépasser par la dimension sans fin du temps déformé par la distance,

Ne plus pouvoir intégrer l’immensité,

Et renoncer à comprendre.

Arrêter de s’interroger

Et rester simplement là, sans bouger,

Pour admirer …

Et remercier d’être là ,

Microbe parmi les étoiles,

Poussière parmi les lumières,

Insignifiante fourmi,

Sous les étoiles .

Oui, mais fourmi ravie

qu’on lui ait donné

le droit de penser

Et d’aimer sa vie !

20140523-234409-85449448.jpg