Photo du jour : Et Novembre Flambe

Photo m Christine Grimard

Novembre flambe

Il sort le grand jeu pour son premier coucher de soleil

De quoi faire oublier les illuminations de décembre

De quoi faire pâlir de jalousie les soirées de juillet

..

Il y en aura pour tous les goûts

Il peut planter tous les décors

Du brouillard le plus tenace

Aux averses les plus perverses

Il nous promet du grand spectacle

Novembre flambe

Pourquoi rester au coin du feu

Quand il offre juste devant nos yeux

De quoi faire étinceler

Les regards les plus blasés

Publicités

Nostalgie d’automne (8) : la pluie pour seul (bleu) horizon 

« C’est de l’intérieur de soi que vient la défaite. Dans le monde extérieur il n’y a pas de défaite.

La nature, le ciel, la nuit, la pluie, les vents ne sont qu’un long triomphe aveugle. »

Pascal Quignard

*

.

Photo m. Christine Grimard

.

Novembre dévoile son véritable caractère, humide et dissuasif.

Le ciel s’habille de gouttes de grisaille, à l’unisson des cérémonies du souvenir de la souffrance des hommes. La guerre laisse son empreinte de larmes et de sang sur les pays qu’elle traverse, chaque famille est en deuil de l’un de ses enfants. Et cent ans après, on compte les jours les séparant de la fin de leur calvaire. On réalise qu’ils avaient encore un an à souffrir, ces jeunes ayant l’âge de mes enfants, au fond de ce bourbier dégoulinant de terreur, sous cette pluie de novembre, en attendant le pire…

Il est peut-être plus facile de se souvenir de l’horreur dans le froid, de cette armée de jeunes visages alignés derrière chaque croix, vêtus de bleu horizon. Autant de regards perdus dans la brume des champs de bataille, autant de vies brisées avant que d’être vécues.

Le ciel s’habille de larmes pour nous rappeler que la guerre est toujours une défaite, celle de l’humanité face à ses démons.

L’horizon n’a de bleu que le nom.

Un vrai temps de Novembre.