Mots insolites 2 : Adalie

Règles du jeu  :

  • Choisir un mot inconnu.
  • Le découvrir
  • L’illustrer
  • Le détourner
  • Se l’approprier
  • Apprendre à le connaître et à l’aimer

*

Adalie : Insecte faisant partie de la famille des coccinelles, tacheté de deux points noirs.
**
7649bab2-5056-9b7f-0618d9d57ad3e368

Photo empruntée sur le net

***
  • Difficile de photographier en plein hiver un insecte qui se terre dès que le froid pointe ses aiguilles.  (Ce mot m’a été suggéré par Dominique Amouroux et j’ai décidé de jouer le jeu quand même.)
  • Coccinelles : bêtes à Bon-Dieu, animal qui portent chance dit-on, insecte considéré comme utile puisqu’il aide les jardinier à se débarrasser des pucerons…
Si l’on se place du point de vue du puceron, c’est un redoutable prédateur, un monstre sanguinaire. Comme toujours, tout dépend de qui regarde dans la lorgnette, et par quel bout !
L’homme ne faisant pas dans la dentelle en général, et ayant décidé que la culture biologique est préférable à tous les pesticides qui l’empoisonnent par l’intermédiaire de la terre qu’il cultive, a eu la bonne idée de proposer à la vente des coccinelles pour lutter contre les pucerons. Je me demande, juste en passant, si on a demandé l’avis des coccinelles en question avant de les expédier en « colissimo » sur tous les chemins de la terre.
Entre deux maux, choisissons le moindre…
  • Je reconnais que je suis parfois de mauvaise foi, mais n’est-on pas sur terre pour se poser des questions, surtout quand on ne peut y répondre ?

 

  • Enfin, je ne peux achever ce billet évoquant l’existence des coccinelles sans rendre hommage à Marcel Gotlib dont la coccinelle a accompagné nombre de mes années de lectrices de BD et autres pages où j’ai appris le goût de la dérision, du poil à gratter et autre fluide glacial. Je le salue et regrette qu’il ait emmené avec lui Gai-luron.

 

294227cfc227270b6f0829436f829822

*****

« La vérité est que je n’ai jamais aimé dessiner les décors.

C’est pour cela que j’ai créé la coccinelle des coins de page : elle occupe l’espace.

Mon truc à moi, cela a toujours été les personnages, les expressions du visage, les attitudes corporelles…. « 

Interview Marcel Gotlib