To do list 79 : traîner sous le ciel

Photo Marie-Christine Grimard : lyon

.

  • Traîner sous un ciel de traîne pour être dans le vent
  • Baguenauder sur les rivages du Rhône puisque les pâturages se font rares en ville
  • Admirer sur le fleuve, le reflet les façades illuminées par le soleil couchant
  • Faire abstraction du murmure de la ville en focalisant sur les cris des mouettes
  • Aimer sa ville en souhaitant qu’elle reste à dimension humaine

Calendrier de l’avent : jour 8

Fête du 8 décembre à Lyon :

Lyon rend hommage à cette date à la Vierge Marie depuis 1643, année où le sud de la France était touché par la peste : les échevins et le prévôt des marchands de Lyon firent le vœu de rendre hommage chaque année à la Vierge si l’épidémie de peste cessait. Comme l’épidémie cessa, le peuple tint sa promesse et rendit hommage à la Vierge, chaque année, les lyonnais poursuivent cette tradition en plaçant sur le rebord de leur fenêtre des lumignons de verre qui brûlent jusqu’au matin.

Cette année la pluie est au rendez-vous, mais les petites flammes nourries de la ferveur du souvenir résistent vaillamment.

Photo Marie-Christine Grimard

.

La fête des lumières est devenue un grand rassemblement touristique depuis une dizaine d’années mais le 8 décembre reste le « jour des lyonnais » où tous les regards se tournent vers la basilique de Fourviere et sa « colline qui prie ».

Chacun garde sa propre motivation, mais ce soir là, les lyonnais, même expatriés, posent un lumignon sur leur fenêtre.

Photo Marie-Christine Grimard

❄️❄️❄️

Calendrier de l’avent : chaque jour de décembre, un cadeau derrière la porte. Un geste d’amitié pour celle ou celui qui vient sur cette page, et me donne la joie de lui offrir mes mots.

À demain

Chris

❄️❄️❄️

Clichés 79 : Ponts de Lyon (1)

12928246_967418560032425_8254816818783294631_n

Photo M.Christine Grimard

*

Pont Bonaparte: Le premier pont était un pont en bois construit de 1634 à 1642. Il fut détruit par les crues puis reconstruit plusieurs fois jusqu’en 1786 où ce fut en pierre de Villebois. Terminé en 1807, il fut appelé pont Tilsitt. Dynamité le 1er septembre 1944 par les forces allemandes, sa reconstruction dura de 1946 à 1950. Il est composé de trois arches en béton armé recouvertes de pierres de taille provenant des carrières de Hauteville (carrières ayant fournies les pierres de l’Empire State Bulding à New York). Il est pourvu d’une chaussée de 12 m et deux trottoirs de 4,50 m. Il prend le nom de pont Bonaparte en 1964. Il relie la cathédrale St Jean à la place Bellecour, la plus grande place de la ville.

*

pont 1

Photo M. Christine Grimard

La passerelle Saint Georges enjambe la Saone relie le quai de Tilsit au quai Fulchiron.
Le 5 mars 1852, la mairie accorde une concession à Wedrokovsky pour une durée de 60 ans, la passerelle sera achevée le 21 octobre 1853 d’une longueur est de 87,50 mètres pour une largeur de 3,50 mètres. Les piliers de la passerelle sont en fonte. Ils représentent des navettes, par allusion au quartier d’origine des Canuts.

*

 

pont 2

Photo M.Christine Grimard

*

Sur les quais, il fait bon flâner et la Saône est si belle !

*

ponts 9

Photo M. Christine Grimard

*

La passerelle du palais de justice

Le premier ouvrage réalisé à cet endroit en 1778 fut un pont constitué d’une chaîne de 12 bateaux, dont 2 mobiles. Appelé pont Volant, il est remplacé par un pont de bois en 1797 qui garde le nom et est également nommé le pont Neuf.

La passerelle actuelle date de 1982 (inaugurée en 1986) d’après un projet de l’architecte urbaniste Charles Delfante. Elle mesure 126 m de long et 4 m de large. Sa travée est suspendue par des haubans plantés dans un mât unique ancré sur la rive gauche de la rivière.

*

pont 3

Photo M. Christine Grimard

*

La même passerelle vue de l’esplanade de Fourvière

*

“Les hommes construisent trop de murs et pas assez de ponts.”
Isaac Newton

 

Clichés 71 : Détails urbains (2)

“Remontrais-je le fleuve de mes années, vers la source de nos rires et de nos pleurs.”
Lord Byron
*

Photo M.Christine Grimard

*

Je préfère les rives de la Saône où les maisons du quartier moyenâgeux sur la rive droite semblent toiser celles du quartier plus moderne de la rive gauche. Ce face à face est à l’image du temps qui emporte les hommes dans sa ronde sans répit. Les quartiers s’étendent vers l’est et l’on peut ainsi suivre les modes architecturales qui ont marqué les siècles en se promenant à pied d’ouest en est.

*

Photo M. Christine Grimard

*

*

Le quartier St Jean du Vieux Lyon est emblématique de la vie de la cité au moyen âge. Les rues étroites où les échoppes se serraient les unes contre les autres, mènent toutes à la place St Jean et à la Cathédrale éponyme. Le dernier herboriste de la ville y tenait échoppe il y a encore quelques années. Aujourd’hui, elle est le siège de spectacles de rue et de nombreuses processions, mais au quotidien on y entend parler toutes les langues tant les touristes venus du monde entier visiter ce lieu chargé d’histoire, sont nombreux.

*

Photo M. Christine Grimard

*

J’aime la douceur de la lumière qui caresse les façades couleur miel, le long des quais de la Saône. Sans doute, la proximité de la rivière ajoute à cette douceur, même si les jours de brouillards sont encore fréquents, camouflant les arbres et les couleurs des immeubles derrière un voile ouaté aux petits matins de fin d’hiver.

*

*

Au fronton des immeubles renaissance, on peut admirer le portrait de belles dames perpétrant le souvenir de leur élégance en un profil de granit plein de finesse qui a survécu aux intempéries depuis plus de mille ans.

Photo M. Christine Grimard

*

Ici les pas de milliers de pèlerins ont foulé ces calades, mais la route de Saint-Jacques est belle pour qui a l’espoir de découvrir son propre chemin. Il suffit de suivre le chemin des coquilles et celui de son cœur.

*

⇐     A suivre   ⇒