Un été bleu outre-mer (17)

« Combien d’hommes profondément distraits pénétrèrent dans des trompe-l’œil et ne sont pas revenus. »

Jean Cocteau

.

Photo m. Christine Grimard

.

Les vacances touchaient à leur fin.

Elle n’avait pas envie de rentrer.

Retrouver la ville sous la canicule, les rues surchauffées, les gens pressés et impatients.

Ici, les ruelles étaient bordées de maisonnettes sans étage, les façades claires toutes différentes donnaient à la ville des airs de demoiselle en dentelles.

On s’attendait à voir déboucher au coin de la rue, des couples en costumes de la belle-époque.

Elle s’accorda encore quelques heures de flâneries avant de prendre son train.

Se replonger dans les contraintes horaires ne l’enchantait pas.

Avec un peu de chance, elle pourrait rater le train…

Lorsque la porte s’ouvrit devant elle, elle n’hésita pas une seconde. Elle avait toujours adoré les roses trémières. Un parfum de chèvrefeuille tournait entre les murs. Elle franchit le seuil en souriant à la mouette qui passait au dessus d’elle…

Publicités