Un été en bandoulière (31)

“En automne, je récoltai toutes mes peines et les enterrai dans mon jardin. Lorsque avril refleurit et que la terre et le printemps célébrèrent leurs noces, mon jardin fut jonché de fleurs splendides et exceptionnelles.”

Khalil Gibran Le Sable et l’écume 

Photo m.ch. grimard


Dans le silence d’une belle après-midi d’été 

S’asseoir pour écouter les abeilles butiner

Admirer leur courage dans la touffeur de l’été 

En préservant farouchement mon immobilité 

Décider de cultiver  mon inutilité 

Endormie à l’ombre du mirabellier 

Jusqu’à ce que septembre ne m’oblige à me lever 

Et oublier de boire mon café 

Publicités

Un été en bandoulière (4)

« J’ai rêvé d’un livre qu’on ouvrirait comme on pousse la grille d’un jardin abandonné ».

Christian Bobin

*

Photo Mch grimard

.

Au jardin, les pages se tournent jour après jour poussées par le vent ou par leur propre volonté.

Aucune intervention humaine n’est nécessaire, les fleurs essaiment seules et changent de place d’une saison à l’autre.

Le promeneur flâne de surprise en surprise.

Les verveines ont traversé le jardin, un érable a jailli au milieu des rosiers, la ciboulette a émigré près du laurier-sauce chassée par le thym qui préfère vivre seul.

Il suffit d’ouvrir la grille pour entendre tout ce petit monde respirer dans le vent du matin.

Chaque fois, une histoire nouvelle nous est contée. M’asseoir en silence pour écouter le souffle de la vie me chanter à l’oreille sa tendre mélodie,  est un de mes plaisirs. Le partager avec vous en est un autre, plus savoureux encore !

Partageons le plaisir  de tourner les pages de ce jardin.

En ce petit matin de juillet, poussons cette grille et imaginons la suite de l’histoire, ensemble…

Clichés 100 : jardin 

« Les pousses des cassis que tu froissais, l’oseille sauvage en rosace parmi le gazon, la menthe toute jeune, encore brune, la sauge duvetée comme une oreille de lièvre, tout débordait d’un suc énergique et poivré, dont je mêlais sur mes lèvres le goût d’alcool et de citronnelle… »

Colette. Les vrilles de la vigne. 

Photo Mch grimard


.

J’ouvre une page de Colette au hasard, et recopie la première phrase lue. 

Tout est là.

Il n’y a qu’à se délecter de ses mots, et l’on est auprès d’elle, assis au beau milieu des  parfums du jardin. Rien de plus à faire que laisser couler ses phrases pour sentir sur nos lèvres le goût de la citronnelle…

.

Photo m ch grimard


.

Alors, suivre les fragrances qui s’offrent.

Se coucher dans l’herbe à plat ventre, le nez dans le gazon, à ras les pâquerettes.

Et rêver à l’été qui viendra, au sucre des cerises quand elles sont presque noires, à la pointe de vanille qui habite les roses à la tombée du jour…

.

Photo M ch grimard


.

S’émerveiller d’un rien.

Où que l’on se tourne, admirer chaque arpent de jardin comme on tourne les pages d’un livre que l’on aime, même en l’ayant lu cent fois.

Connaître chaque fleur et la trouver plus belle que l’année précédente, puisqu’elle est encore là. Compter chaque pétale comme on compte les jours de l’été finissant quand on sait que l’automne frappe déjà à la porte.

.

Photo m ch grimard


.

Être consciente du privilège que l’on a de vivre ici, en paix et en liberté, même relative puisqu’annexée à celle des autres.

Profiter de l’instant puisqu’il m’est donné si généreusement par la terre où je vis, en occultant un instant le travail fourni pour aider la nature à donner le meilleur d’elle-même.

Même si la fureur du monde tonne alentour, même si les esprits chagrins pensent que les fleurs ne servent à rien au regard des convulsions du monde, je vous les offre pour qu’un bref instant vous ressentiez la caresse du vent et le parfum des roses sur votre visage, en oubliant le temps qui passe…

.

Photo m ch grimard

To Do List 34 : Monde et merveilles

“Le bout du monde et le fond du jardin contiennent la même quantité de merveilles.”
Christian Bobin  (Tout le monde est occupé)
*

Photo M. Christine Grimard

  • Prendre le temps de se retourner sur les merveilles ordinaires de sa vie.
  • Croire la vie quand elle vous promet « monts et merveilles ».
  • Admirer les oiseaux sautant de branches en branches comme les ballerines d’un opéra à ciel ouvert.
  • Regarder les mille nuances du ciel comme la huitième merveille du monde.
  • Lire dans les fissures du mur du jardin comme dans un livre d’aventure.

Photos du jour : La terre est mon jardin

« J’ai rêvé d’un livre qu’on ouvrirait comme on pousse la grille d’un jardin abandonné »

Christian Bobin

*

 

aout-2014-018

Photo M.Christine Grimard

 

*

La terre est ton jardin

Un livre à ciel ouvert

Où a germé ta vie

Où s’écrit ton destin

En prose ou bien en vers

Au gré de tes envies

**

Ta vie suit son chemin

Du printemps à l’hiver

Tu en goûtes les fruits

Mais repars au matin

Curieux, le nez en l’air

Pas de temps pour l’ennui

***

Suis ton itinéraire

Sur ce vieux parchemin

Qui s’ouvre chaque nuit

Et se ferme au matin

Ne t’arrête pas, puisqu’il te conduit

Jusqu’à la mer

***

img_8330-2

Photo M.Ch grimard