Clichés 100 : jardin 

« Les pousses des cassis que tu froissais, l’oseille sauvage en rosace parmi le gazon, la menthe toute jeune, encore brune, la sauge duvetée comme une oreille de lièvre, tout débordait d’un suc énergique et poivré, dont je mêlais sur mes lèvres le goût d’alcool et de citronnelle… »

Colette. Les vrilles de la vigne. 

Photo Mch grimard


.

J’ouvre une page de Colette au hasard, et recopie la première phrase lue. 

Tout est là.

Il n’y a qu’à se délecter de ses mots, et l’on est auprès d’elle, assis au beau milieu des  parfums du jardin. Rien de plus à faire que laisser couler ses phrases pour sentir sur nos lèvres le goût de la citronnelle…

.

Photo m ch grimard


.

Alors, suivre les fragrances qui s’offrent.

Se coucher dans l’herbe à plat ventre, le nez dans le gazon, à ras les pâquerettes.

Et rêver à l’été qui viendra, au sucre des cerises quand elles sont presque noires, à la pointe de vanille qui habite les roses à la tombée du jour…

.

Photo M ch grimard


.

S’émerveiller d’un rien.

Où que l’on se tourne, admirer chaque arpent de jardin comme on tourne les pages d’un livre que l’on aime, même en l’ayant lu cent fois.

Connaître chaque fleur et la trouver plus belle que l’année précédente, puisqu’elle est encore là. Compter chaque pétale comme on compte les jours de l’été finissant quand on sait que l’automne frappe déjà à la porte.

.

Photo m ch grimard


.

Être consciente du privilège que l’on a de vivre ici, en paix et en liberté, même relative puisqu’annexée à celle des autres.

Profiter de l’instant puisqu’il m’est donné si généreusement par la terre où je vis, en occultant un instant le travail fourni pour aider la nature à donner le meilleur d’elle-même.

Même si la fureur du monde tonne alentour, même si les esprits chagrins pensent que les fleurs ne servent à rien au regard des convulsions du monde, je vous les offre pour qu’un bref instant vous ressentiez la caresse du vent et le parfum des roses sur votre visage, en oubliant le temps qui passe…

.

Photo m ch grimard

Publicités

To Do List 17 : Temps suspendu 

photo M.Christine Grimard

  • Marcher sur l’eau en savourant l’instant.
  • Aimer la sensation de flotter sur un petit nuage.
  • Ne jamais briser le miroir pour que l’instant devienne éternité. 
  • Décider de se mettre à l’aquarelle.

Photo du jour : Instant

Photo M. Christine Grimard

Photo M. Christine Grimard

 

Juste un instant de danse dans le vent .

Cette photo date de l’été 2012, où cette dune existait encore. Aujourd’hui, elle a disparu dans les tempêtes successives d’équinoxe puis des hivers suivants. Cette image a été volée au temps qui passe, et le fantôme des graminées qui dansaient dans le vent, hante ma mémoire.

Je suis là à cet instant et j’attrape le temps. Il me brûle les doigts, il me brûle le cœur.

Combien de temps encore …

Trop peu !

Le Ciel peut attendre ..

Le jour où je suivrai une envolée d’oiseaux , plume légère sur les ailes du vent, n’est pas encore là.

Le temps qui s’égraine en gouttes de plaisirs terrestres, me paraît si court. Il me laissera bien, encore quelques années avant de me transformer en boule d’énergie pure.

Les petits grains de miel picorés dans la douceur de cette vie me manqueront , mais je sens que je vais adorer me déplacer sans effort apparent d’un bout à l’autre de la galaxie, en sentant le vent solaire me caresser les neutrinos …

Il suffira d’éviter les trous noirs ..