Photo du jour : cristaux cris d’eau

Photo Marie-Christine Grimard

Glace

Glisse

Lisse

Lasse

Gelées

Légères

Artistiques

Cabalistiques

Ébouriffantes

.

Gelées

Lumineuses

Immaculées

Satinées

Sauvageonnes

Éblouissantes

.

Logarithmiques

Immémoriales

Sculpturales

Sibériennes

Enchanteresses

.

Linéaires

Ajourées

Scripturales

Sophistiquées

Étincelantes

….

Glisse

Lasse

Glace

Lisse

………., dégel …. Plouf !

Un petit air d’hiver (3) : Ice touch

« Il est des parcelles de lieux où l’âme rare subitement exulte.

Alentour ce n’est qu’espace indifférent.

Du sol glacé elle s’élève, déploie tel un chant sa fourrure, pour protéger ce qui la bouleverse, l’ôter de la vue du froid. »

Commune présence (1964)

René Char
*

 

 

Photo M.Christine Grimard

*

Dentelles

Sinueuses insinuées

Entre les lignes de nos vies

Coulant leurs ongles de cristal

Au long de nos échines fragiles de corail

Nous plongeant peu à peu dans un rêve glacial

Ferrant d’argent leurs pièges de métal

Nageant dans le mystère de l’infini

Jusqu’à nos matins blêmes

En rêvant de lumière

Immortelle

*

 

 

 

Photo du jour : Fleurs de givre 

« Les vases ont des fleurs de givre,

– Sous la charmille aux blancs réseaux ;

– Et sur la neige on voit se suivre

– Les pas étoilés des oiseaux. »

Théophile Gautier
*

Photo M.Christine Grimard

**

Départ au petit matin, frissons et tremblements.

La lumière point à peine derrière les charmilles.

La voiture recule et sur le pare-brise, les fleurs de givre écloses durant la nuit, comptent leurs secondes de survie.

Le chauffage ronronne, la soufflerie vrombit.

Dans la lueur des phares, sur fond d’aube bleutée, se découpent les dentelles que la glace a brodées durant la nuit.

J’admire en silence, regrettant presque que cette œuvre éphémère doive bientôt disparaître sous les assauts du chauffage.

Je resterais bien là, sans bouger pour les conserver tant elles sont magnifiquement ouvragées, osant à peine respirer pour ne pas les effrayer…

Tant pis si je suis en retard.

Mais elles commencent à fondre !

Vite : une photo pour en garder le souvenir, et le déguster aux temps chauds.

Le portable, finalement, ça a du bon, quand on s’en sert autrement que pour téléphoner !

***

 

Photo du jour : Jour givré 

« Les vases ont des fleurs de givre,

Sous la charmille aux blancs réseaux;

Et sur la neige on voit se suivre

Les pas étoilés des oiseaux. »

Théophile Gautier
*

 

img_8936

Photo M.Christine Grimard

**

Temps de givre, temps de froid

Du matin au soir et du soir au matin

Les cristaux argentés s’accrochent aux branches

Et les arbres pour un temps prennent des airs de vieille marquises poudrées

***

Janvier et février s’affrontent pour le titre

Très convoité de « Roi de la Glace »

Gageons qu’ils seront à égalité cette année

La pluie verglaçante, leur cousine nordique, apportera sa contribution pour vernir le tableau.

****

Transie par cette humidité glacée

Je regarde frissonner la chevelure argentée du saule tortueux

Qui tortille ses branches torturées par le gel.

Je ne peux m’empêcher d’admirer la main de l’artiste qui a fignolé cette œuvre,

Patiemment, fil après fil, cristaux après cristaux.

Il a tissé sa toile scintillante, diamant après diamant, étoile après étoile.

*****

Pendant deux mois, les couleurs de la vie seront recouvertes d’une fine poudre de sucre glace

Me donnant l’impression de vivre dans un film en noir et blanc.

Une crème glacée Chocolat-Meringue

C’est savoureux même au cœur de l’hiver !

Photo du jour : jour de neige 

« Ce que je préférerais, c’est d’aimer la terre

comme l’aime la lune

et de n’effleurer sa beauté que des yeux. »

Nietzsche

*-

 

photo M.Christine Grimard

Elle est arrivée au petit matin.

Elle a laissé des traces au bord des chemins, sur les toits, dans les caniveaux, sur les sentiers abandonnés.

Elle a saupoudré mon chemin d’un nuage de sucre glace, sans bruit, l’air de rien.

Le vent glacial l’a portée à grand renfort de tourbillons mordants, piquants, givrants.

J’ai fait mine de l’ignorer et suis partie travailler comme si rien ne s’était produit. J’ai roulé plus doucement, cependant, histoire de ne pas lui donner de raison de m’envoyer par le fond…

Toute la journée, je n’ai pas eu le temps de regarder par la fenêtre si elle dansait dans les nuages.

Et puis, ce soir, en rentrant chez moi, elle est venue me secouer ses flocons sous le nez, avec un grand sourire glacial, à grands renforts de giboulées, averses à verse, et je n’ai plus pu l’ignorer. Je suis sûre qu’elle va demander de l’aide au vent nocturne pour que demain matin, ma voiture soit transformée en stalagmite glacée…

Première offensive de l’hiver…

Difficile de partir travailler au petit jour, ou plutôt dans l’aube noire et glacée, quand il fait si bon au chaud sous la couette.

Alors, penser au chocolat chaud que l’on prendra au coin du feu en rentrant en fin d’après midi. Après tout, l’hiver aussi a ses petits plaisirs…

*