Un petit air d’hiver (2)

« Tout comme le noyau d’un fruit se brise pour exposer son coeur au soleil, il vous faut connaître la douleur. Et si votre coeur pouvait s’émerveiller en permanence devant les miracles quotidiens de votre vie, votre douleur ne lui paraîtrait pas moins étonnante que votre joie. Et vous accepteriez les saisons de votre coeur de la même façon que vous avez toujours accepté la succession des saisons dans vos campagnes. Et vous veilleriez sereinement au long des hivers de votre souffrance. »

Le Prophète

Khalil Gibran

Photo Christine Grimard

*^*

Un, deux, trois, soleil

Que les matins clairs d’hiver

Jamais ne réchauffent

^*^

Un, deux, trois, hiver

Sur les berges submergées

S’incruste en silence

*^*

Un, deux, trois, fraîcheur

Descendue de Sibérie

Nous fait frissonner

*^*

Un, deux, trois, espoir

D’un printemps tant espéré

Aux décours de mars

Publicités

Un été en bandoulière (31)

“En automne, je récoltai toutes mes peines et les enterrai dans mon jardin. Lorsque avril refleurit et que la terre et le printemps célébrèrent leurs noces, mon jardin fut jonché de fleurs splendides et exceptionnelles.”

Khalil Gibran Le Sable et l’écume 

Photo m.ch. grimard


Dans le silence d’une belle après-midi d’été 

S’asseoir pour écouter les abeilles butiner

Admirer leur courage dans la touffeur de l’été 

En préservant farouchement mon immobilité 

Décider de cultiver  mon inutilité 

Endormie à l’ombre du mirabellier 

Jusqu’à ce que septembre ne m’oblige à me lever 

Et oublier de boire mon café