Underground 7 : L’histoire de Marc

Sous la surface des choses se cachent parfois d’autres choses.

Dans cette série, je vous propose de  laisser votre imagination vous montrer ces choses qui vivent derrière les choses.

 

Photo M. Christine Grimard

Chaque soir depuis dix ans, il rentre chez lui par la rue du bastion en passant devant cette maison. Il ne se souvient même plus l’avoir vue ouverte. Peut-être une fois, il y a très longtemps. Les volets très soignés à l’origine sont peu à peu tombés en ruine. Certains ont été arrachés par le vent, d’autres fracturés par des squatters peu scrupuleux. Heureusement, la marquise a résisté aux vents et au temps.

Il se demande combien de temps la maison va échapper à la démolition. C’est dommage, elle est bien placée non loin du centre-ville, dans un quartier plutôt calme, orientée plein sud. Marc se dit que s’il avait eu une famille, il aurait volontiers acheté une maison de ce genre ; c’est une idée qui lui avait traversé l’esprit les premiers temps. Maintenant qu’elle est presque en ruines avec sa cour pleine de ronces, sa façade défraichie et ses volets dépareillés, elle ne l’attire plus vraiment ; surtout depuis qu’ils ont muré les fenêtres avec des grilles métalliques. Pire, depuis quelques semaines, les vandales se sont attaqués aux murs des pignons avec leurs bombes de peinture. Marc apprécie les tableaux de rue quand ils sont esthétiques, mais ces signatures monstrueusement agressives le dégoûtent. C’est probablement le signe que la fin est proche.

Malgré lui, cette perspective de démolition lui fait mal au cœur.

Ce soir, il rentre à pied et s’arrête devant la façade. Il en détaille chaque pierre puis sort son téléphone portable et la prend en photo, sans savoir pourquoi. Cela lui semble indispensable de garder le souvenir de cette maison avant sa disparition.

  • C’est idiot grommelle-t-il en glissant son portable dans sa poche avant de s’éloigner à grands pas.
  • Dans la vie, si on ne faisait que ce qui est intelligent, répond une voix de garçon derrière lui.

Il se retourne pour voir à qui appartient cette voix moqueuse, mais il n’y a personne. Il revient sur ses pas mais il n’y a personne au coin de la rue non plus. Il se tourne vers la maison comme pour la prendre à témoin. La nuit commence à tomber. Les réverbères s’éclairent, se reflétant sur les grillages des fenêtres. Un léger mouvement attire le regard de Marc vers la fenêtre du deuxième étage. Une ombre créée par le reflet des nuages, pense-t-il. Pour mieux la voir, il recule de deux pas jusqu’au bord du trottoir au moment où une camionnette bariolée passe à toute vitesse sur la chaussée. Le chauffard klaxonne impatiemment, tandis que quelqu’un crie « attention« . Marc sursaute, c’est la même voix dont il ne peut définir la provenance. Elle semble sortir de son propre crâne, comme si son instinct de survie lui parlait distinctement, comme s’il était habité. C’est une sensation très désagréable. Marc se demande s’il ne devient pas fou.

Il décide de rentrer et de se coucher. Il a besoin de repos. Il jette un dernier regard agacé à la maison avant de s’éloigner. Il la rend responsable de son humeur maussade comme si elle s’était moqué de lui.

  • Décidément j’ai perdu tout sens commun, pense-t-il en hochant la tête. Comment une maison pourrait-elle être responsable de quoi que ce soit. J’ai vraiment besoin de repos.
  • Certains lieux sont chargés de mémoire, et ne se laissent pas oublier, prononce la voix à l’intérieur de son crâne. Inutile de se boucher les oreilles. Les secrets finissent toujours par se dévoiler.

Marc se retourne et même s’il ne voit rien dans la rue sombre, il sort son téléphone et prend une dernière photo avant de rentrer chez lui en courant. Curieusement, il sent qu’il devait le faire et cela l’apaise. En rentrant, il se couche la tête vide et s’endort aussitôt, épuisé.

***

Le lendemain au réveil, sa première pensée le ramène aux évènements de la veille. Il sort son portable et fait défiler les photos qu’il a prises de la maison. La dernière est particulièrement sombre, sauf la fenêtre du second d’où il émane une sorte de halo. Marc tente d’agrandir l’image mais elle est si floue que cela n’apporte rien. Il modifie les réglages, augmente la luminosité et le contraste, réduit les ombres et focalise sur le vasistas qui l’intéresse.

Un visage apparaît dans une sorte de halo blanc, comme s’il était éclairé par la flamme d’une bougie située au-dessus de lui. C’est le visage émacié d’un enfant brun, au regard triste. Une ombre lui barre le front, une sorte de cicatrice ou d’hématome…

Il faut qu’il en ait le cœur net. Il prend sa veste, y glisse son portable et reprend la direction de la maison. La rue est barrée par un ballet d’engins de chantiers. Il se glisse parmi les badauds. Deux énormes pelles mécaniques ont été installées, bras mécaniques levés vers le ciel. Les ouvriers du chantier de démolition se mettent en place, déviant la circulation vers la rue voisine. Marc avance sur le trottoir d’en face, les piétons étant interdits sur le chantier. Il lève machinalement les yeux vers le vasistas. Il n’y a personne.

Il reporte son attention sur le chef de chantier qui donne des ordres à son équipe à grand renfort de gestes.

  • Cette fois, les dés sont jetés, dit la voix dans sa tête.

Marc sursaute. Avant même de le voir, il sait qu’il est là, il lève les yeux vers le vasistas où l’enfant triste lui fait un geste désabusé de la main. Marc hurle aux ouvriers de s’arrêter. Il traverse en courant et empoigne le bras du chef de chantier en lui montrant la fenêtre. L’autre le prend pour un fou, il suit la direction indiquée par Marc mais ne voit rien. Marc s’énerve, mais rien n’y fait. Après quelques minutes de dialogue de sourds, le chef de chantier finit par appeler la police. Ils sont là rapidement et interrogent Marc qui leur explique ses craintes en leur montrant la photo prise la veille. Il leur demande d’arrêter le chantier jusqu’à ce que l’enfant soit évacué de la maison et insiste tant que le policier finit par en référer à sa hiérarchie. Les ouvriers commencent à s’impatienter tandis que les badauds s’interrogent. Plusieurs minutes plus tard, le commissaire arrive, Marc soulagé par son attitude calme et attentive, lui explique toute l’histoire. Le commissaire l’écoute en silence, puis lève les yeux vers la fenêtre incriminée au moment où un nuage étend son ombre sur la maison.

Photo M.Christine Grimard

Il hoche la tête puis demande au chef de chantier de l’aider à fracturer la porte et à Marc de les accompagner. Celui-ci rougissant, les suit un peu tremblant, se demandant ce qui lui a pris de se mêler de cette histoire.

Ils pénètrent dans la maison. Une odeur de moisi imprègne les murs. Dans la pénombre, le silence emplit tout l’espace, aussi épais que la poussière qu’ils soulèvent sous leurs pas. Ils suffoquent. L’atmosphère est si lourde que Marc ne peut s’empêcher de trembler. Il interroge du regard le commissaire. Le chef de chantier reste sur le pas de la porte, craintif. Le commissaire lui fait signe de le suivre et s’engage dans l’escalier de bois. Les marches craquent, ils montent précautionneusement, craignant qu’elles ne se brisent sous leurs poids. Tout en montant au second étage, il explique que la dernière fois qu’il est venu ici, il y a vingt ans, il enquêtait sur la disparition d’un jeune garçon qui était en pension dans cette famille, placé par la DASS. Ils n’avaient jamais retrouvé l’enfant et cette affaire n’avait jamais cessé de le hanter depuis. En prononçant ces paroles, il a les larmes aux yeux et Marc ne peut s’empêcher de poser sa main sur son bras en disant :

  • La vérité finit souvent par se montrer avec de la patience.

Il ne sait pourquoi il a dit cela, lorsque la voix lui répond :

  • Rien ne vaut la vérité, même si elle fait mal.

Le commissaire se retourne, interdit, cherchant l’origine de la voix. Marc soulagé, comprend qu’il n’est pas le seul à l’avoir perçue. Il hoche la tête et indique aux deux hommes une porte vermoulue d’où la voix semble être venue.

  • Il me semble qu’il faut entrer là.
  • Vous avez raison, entrons là, répond le commissaire.

La pièce est petite à l’image de la seule fenêtre que Marc reconnaît comme étant celle où il a vu le visage de l’enfant apparaître la veille au soir. Ils avancent sur le parquet qui craque comme les feuilles d’automne dans un sous-bois. Marc trébuche sur une latte qui dépasse et tente de se rattraper en faisant un pas en avant, mais tombe lourdement sur le sol en brisant trois lames de bois. Le commissaire se précipite pour l’aider à se relever mais le parquet craque sous son poids et il s’enfonce de plusieurs centimètres. Ils n’osent plus bouger de peur de passer à travers le plafond du premier.

Le chef de chantier resté prudemment sur seuil de la chambre, pousse un cri en montrant d’une main tremblante un manche de bois qui dépasse de la lame de parquet brisée. Le commissaire se relève, soulève les deux lattes qui l’ont fait tomber, découvrant une petite cavité creusée sous le plancher. Il fait signe à Marc de l’aider à dégager le parquet. Les deux hommes travaillent en silence, échangeant des regards inquiets. Quelques secondes suffisent à dégager l’endroit. Ils se redressent, les mains tremblantes, la gorge nouée.

Au fond de la cavité, git un petit squelette, les bras et les jambes repliées en position fœtale. Au milieu de ce qui formait l’abdomen de l’enfant, un nounours râpé est niché. Le crâne est fendu au niveau du front par une hache rouillée dont le manche dépasse de la cavité.

Les deux hommes se regardent en silence, laissant couler leurs larmes, lorsque la petite voix s’élève du coin de la pièce :

  • Finalement, c’est une très belle journée, dit-elle en partant d’un éclat de rire plus léger que le cristal. C’est ma plus belle journée, depuis bien longtemps.

Texte et Photos M. Christine Grimard

 

 

Publicités

Vases communicants de décembre : Heur(t)s d’Instant (2/2)

Pour ceux qui n’auraient pas eu l’occasion de lire le texte que j’avais écrit pour cet échange avec Alain Nouvel, je le poste de nouveau ce matin. J’en profite pour le remercier chaleureusement de m’avoir demandé de partager ainsi ces mots sur ces instants photographiques.

Voici la photo qu’il m’avait envoyée pour inspirer ce texte.

*

vasoceodec-2016

Photo Alain Nouvel

*

L’enfant se tait.

C’est l’instant où le temps hésite entre jour et nuit. Il sait qui gagnera mais il essaye de retenir la lumière.

C’est l’instant où sa peur se réveille. Les monstres habitent les buissons et n’attendent que la fin du jour pour s’approcher de la maison. Il les imagine tapis dans les fourrés, l’observant et se léchant déjà les babines à l’idée de le dévorer.

La maison est envahie peu à peu par l’obscurité. Aucun bruit autour de lui. Ce silence le glace. Il voudrait allumer le lampadaire mais n’ose pas bouger de son poste d’observation. S’il quitte la baie vitrée, ils en profiteront pour avancer. C’est une partie infernale de « Un, deux, trois, soleil » où le soleil serait mort…

Il ne faut pas bouger, il faut surveiller. Et se taire pour ne pas se faire repérer.

La grande horloge de sa grand-mère égraine les secondes qui lui restent à vivre avant qu’ils n’attaquent. Il sait que les êtres de la nuit sont maléfiques. Il l’a souvent lu dans les contes, il l’a souvent entendu à la télévision. Il sait que le monde est séparé en deux camps, celui des ténèbres et celui de la lumière.

Lui l’enfant blond, appartient au monde de la lumière, mais pour survivre à ses nuits, il devra se battre encore et encore. Si seulement sa maman était encore auprès de lui. Elle savait les mots qui apaisent, ceux qui chassent les dragons, ceux qui font battre le cœur.

Mais il la voit. Elle est là. Elle arrive. Elle va le sauver.

La lune se lève, affûtant sa faucille pour affronter les monstres.

Elle s’accroche à la rambarde du balcon, elle le protègera toute la nuit. Quand elle est là, les monstres noirs n’osent plus sortir de leur cachette. Elle les pourfendrait de son épée d’argent. Ils ont peur de sa lumière.

Il lui sourit et lui fait un signe de la main. Elle est là, assise à califourchon sur l’extrémité du croissant étincelant. Colombine, sa maman aux cheveux d’argent lui sourit. En clignant les yeux, un peu ébloui, il la voit qui lui fait signe. Elle claque des doigts, et une nuée de corneilles s’envole de la cime du gros saule. Il les voit disparaître à l’horizon.

Il lui envoie un baiser en le posant sur sa paume et en soufflant fort pour qu’il s’envole jusqu’à la lune. Elle éclate de rire en le recevant, on dirait le tintement d’une clochette d’argent.

Derrière lui, quelqu’un a éclairé le lustre du couloir.

L’instant magique est achevé. Sa grand-mère l’appelle :

  • Viens manger mon grand, le dîner est prêt…

***

Clichés 85 : Penser le monde

« Ce qui manque à ce monde, ce n’est pas l’argent.

Ce n’est même pas ce qu’on appelle « le sens ».

Ce qui manque à ce monde c’est la rivière des yeux d’enfants, la gaieté des écureuils et des anges. »

Christian Bobin

*

Photo M.Christine Grimard

*

Un petit homme

Avance

Vers son avenir

Et c’est tout l’avenir du monde

Qui marche avec lui

*

Photo M.Christine Grimard

*

Sur l’écorce vieillie

Quelque signe de vie

Rejaillit

Et c’est tout le jardin

Qui sourit

*

Photo M. Christine Grimard

*

Sur mon toit de lauzes

Vermoulu

Je me pause

Fourbu

Et dans la lumière

Je déguste et j’espère

*

Photo M.Christine grimard

*

Goéland mon frère

Glisse en silence

Sur ton miroir

Invente une danse

De douceur et d’espoir

Sur terre et sur mer

*

IMG_7160

Photo M.Christine Grimard

*

Qu’attends-tu mon ami

Que puis-je t’offrir

Pour que tu vives en paix

Et que tes jours soient aussi doux

Que ton regard sur moi

*

IMG_5393

Photo M. Christine Grimard

*

Besoin de rassembler mes pensées

De les apaiser

De recentrer sur l’essentiel

Besoin de sentir

Qu’il reste un peu de vie

Dans ce monde

*

Une image…une histoire : L’Esprit de Noël (3/3)

houx

*

L’enfant repartit aussi vite qu’il était venu, en secouant ses boucles blondes.

Lorsque la porte se referma sur lui, Pierre eut la sensation que quelqu’un avait éteint la lumière.

Il regarda les boules étincelantes et essaya de les disposer autour de son bouquet, mais n’y parvint pas. Il n’avait jamais été doué pour les fêtes. Il se sentit soudain si vide…

Si les magasins avaient été encore ouverts, il aurait bien été acheter un jouet pour cet enfant, pour qu’il ne perde pas ses illusions tout de suite, comme lui l’avait fait à son âge. Il pensa soudain au cadeau qu’il avait reçu l’année de ses six ans et qu’il avait tant aimé ; ce livre où un jeune garçon blond affrontait le Sahara pour l’amour d’une rose vaniteuse. Il fallait qu’il le retrouve, il en ferait un paquet pour le petit Jonny. Il fouilla fébrilement sa bibliothèque mais ne retrouva pas son livre. Il était déçu, il aurait voulu lui donner demain matin, il était sûr qu’il l’aurait aimé autant que lui, ce matin de Noël où…. Au souvenir de ses chagrins d’enfance, il se mit à trembler de nouveau, la fièvre devait monter. Il allait se coucher, cela vaudrait mieux !

Il se déshabilla et se coucha dans le noir. A la lueur de lune, la guirlande de l’enfant brillait sur la table. Si ça continuait, il ne pourrait pas dormir. Il se releva et rageusement, jeta les boules, la guirlande et le bouquet de houx dans sa corbeille à papier. Noël, ça n’était pas pour lui !

Il se retourna vers le mur, et s’endormit.

*

Cette nuit-là, il fit cauchemar sur cauchemar, sans doute en raison de la fièvre. Il rêva d’un enfant blond, habillé en père Noël qui parcourait le désert en cherchant un ami…

Voilà bien longtemps qu’il n’avait pas passé une si mauvaise nuit.

Au matin, il était couvert de sueurs froides. C’était Noël, et il était seul, une fois de plus. Il s’assit au bord du lit, la tête dans les mains. Inutile de se lamenter, il n’avait que ce qu’il méritait puisqu’il ne croyait plus en Noël, le petit avait raison…

Dehors, des gens passaient, riant et chantant des cantiques de Noël. Le jour se levait, ils devaient rentrer de leur réveillon. Pierre chassa le vertige qu’il sentait venir d’un geste de la main et se leva pour aller boire un verre d’eau. Dans la cuisine quelque chose avait changé. Il mit plusieurs secondes à réaliser. La guirlande avait été disposée autour de son lustre et les trois boules argentées de Jonny étaient suspendues aux branches. Cela donnait à la pièce un air de fête. Sur la table, le petit bouquet de houx était de nouveau dans son verre d’eau, brillant de paillettes. Il semblait avoir doublé de volume depuis la veille. De chaque côté étaient disposés deux paquets-cadeaux enveloppé dans un papier décoré de rennes et de sucres d’orge à rayures rouges, avec une grosse étiquette où il était écrit « Jonathan ».

Pierre, incrédule n’osait pas s’approcher de la table. Ça devait être la fièvre…

Il finit par se décider, il prit les cadeaux avec précautions, les soupesant, les tournant et les retournant. L’un des paquets était petit et lourd, l’autre était beaucoup plus volumineux et plus léger.

Qu’est-ce que c’était que cette histoire de fous …

Il s’interrogeait toujours quand on frappa impatiemment à la porte. Il alla ouvrir et se trouva devant Marie et Jonathan. L’enfant, en pyjama ne retenait plus son excitation :

  • Regarde le Père Noël s’est trompé de maison, il m’a apporté un cadeau pour toi, ouvre-le ! Dit l’enfant en brandissant un petit paquet sous le nez de Pierre.

Pierre prit le paquet, il était identique à celui qu’il venait de reposer sur sa table, enveloppé des mêmes rennes et sucres d’orge, avec une grosse étiquette indiquant « Pierre ». Il dit à l’enfant :

  • Le père Noël est vraiment perdu cette année, ou alors il faut qu’il change de lunettes. Regarde il a laissé chez moi deux cadeaux pour toi. Ils sont sur la table.

L’enfant se précipita et prit les deux paquets, qu’il serra sur son cœur.

  • Allez on les ouvre ensemble, dit Jonathan à Pierre en creusant ses fossettes.

Pierre était fasciné par le plaisir qui brillait dans les prunelles du petit. Voilà bien longtemps qu’il n’avait vu un sourire aussi lumineux. Il joua le jeu, aussi excité que lui.

Il déchira le papier et sut avant de le découvrir que son livre adoré lui était rendu. La couverture avait toujours le même pouvoir de fascination sur lui. L’enfant blond admirait le ciel étoilé debout sur sa minuscule planète, à ses pieds un volcan miniature fumait et un baobab essayait de pousser avant qu’on ne le remarque. Il le trouvait si beau avec son costume vert pastel et son nœud papillon. C’était son premier ami à l’âge où il n’en avait aucun, et il avait passé tant de jours à rêver avec lui à sa planète aux confins des étoiles.

Jonathan avait découvert le même livre dans le premier paquet et le feuilletait s’arrêtant sur chaque dessin de l’auteur. Il regarda celui de Pierre, les compara et s’écria :

  • Tu as eu le même livre que moi. Regarde comme les dessins sont beaux, on dirait mes dessins. Tu me liras l’histoire, dis ? Il y a trop de mots pour moi !
  • Je la relirai avec plaisir pour toi, répondit Pierre très ému. Tu verras les mots sont encore plus beaux que les dessins. Il y a si longtemps que je ne les ai pas relus…

Mais déjà l’enfant déchirait l’emballage du second paquet. Il découvrit un animal fabuleux mi-coton-mi-peluche. Pierre n’aurait su dire à quelle espèce il appartenait, c’était un hybride de chien et de brebis, ou peut-être de loup et de chèvre, ou peut-être un renard, ou rien de tout cela. Il avait de grands yeux bordés de cils démesurés qui lui donnaient un regard presque humain, et un sourire fendu d’une oreille à l’autre. Le petit en resta muet d’admiration, le tenant à bout de bras pour l’admirer, puis le serra contre son cœur, des larmes plein les yeux, regarda Pierre et dit :

  • Le père Noël m’a apporté un ami, tu vois, je te l’avais bien dit. Il m’a retrouvé !

Pierre le regardait en retenant son émotion ne sachant plus que répondre. L’enfant ajouta :

  • Et tu vois, il ne t’a pas oublié non plus. Je le savais. Le père Noël n’oublie jamais rien !
  • Oui, répondit Pierre, il a plus de mémoire que moi. Ce livre était aussi un ami qu’il m’avait donné quand j’avais ton âge et que j’avais perdu. Je ne pensais pas le revoir un jour…
  • Un ami ça revient toujours, ou alors c’était pas un ami… répondit le petit d’un air grave.
  • Tu as raison répondit Pierre, les grandes personnes comme moi, ont tendance à oublier les choses essentielles comme celles-ci. Heureusement que tu es là !
  • C’est sûr, répliqua l’enfant en creusant un peu plus ses fossettes, sans moi tu aurais oublié Noël. Hein maman ? Heureusement que je suis là, sinon il aurait oublié Noël !

Marie éclata de rire, acquiesça puis souleva l’enfant et son ami et se tournant vers Pierre, lui dit :

  • J’aimerais que vous veniez partager notre repas de Noël, si vous ne craignez pas les nourritures simples. Il n’y a pas de dinde, trop imposante pour la taille de notre appartement mais il y a une belle bûche au chocolat et aux marrons. Ça vous dit ?
  • Avec grand plaisir, répondit Pierre très ému, voilà bien longtemps que je n’ai pas partagé le repas de Noël de quelqu’un. Mais, je n’ai rien à vous apporter…
  • Peu importe, vous serez là, c’est l’essentiel ! répondit la jeune mère. Tu vois, Jonny, le père Noël a bien compris ce que tu voulais, il t’a donné plusieurs nouveaux amis aujourd’hui !
  • Vous avez raison, je crois aussi que c’est là l’essentiel de Noël, que partager du temps avec ses amis. Oui, c’est bien l’essentiel…
  • C’est quoi ce « l’essentiel » dont vous parlez tout le temps ? Moi je sais pas ! interrompit l’enfant.
  • Je t’expliquerai, répondit Pierre. Je te lirai ce livre, et tu comprendras. L’essentiel, c’est l’amitié et l’amour que l’on partage avec ceux qui comptent pour nous. Dans le livre, il est écrit que « l’essentiel est invisible pour les yeux » et « qu’on ne voit bien qu’avec le cœur ». Tu vois cet essentiel c’est tout ce qu’il ne faut jamais oublier, comme la magie de Noël qui brille dans tes yeux, même lorsqu’on est devenu un vieux bonhomme comme moi. Je l’avais oubliée et c’est grâce à toi si je l’ai retrouvée.
  • Tu vois maman, répondit l’enfant avec un rire triomphant. C’est moi le « l’essentiel » !
  • Sans aucun doute, mon poussin, répondit Marie, ça je l’ai toujours su ! Allons venez, allons manger, le repas de Noël n’attendra pas l’année prochaine !

–> Fin

 

Une image, une histoire : L’esprit de Noël (2/3)

houx

*

Il rentra au bureau à grandes enjambées comme s’il voulait fuir cet endroit et toute l’après-midi il évita de penser à cette rencontre insolite. Il avait toujours détesté les évènements qu’il ne pouvait expliquer. Il se targuait d’avoir toujours eu les pieds sur terre, et ce n’est pas parce que c’était Noël que les choses allaient changer ! A plusieurs reprises, il jeta un coup d’œil au bouquet de houx qu’il avait posé sur sa pile de dossiers en se demandant s’il n’allait pas disparaître aussi brutalement que cette femme…

Il avait des frissons et plus les heures passaient, plus il se sentit fiévreux. Il avait dû prendre froid, assis sur ce banc. Voilà qui lui fournirait une belle occasion de rater la fête de Noël avec ses collègues. Les heures passant, il se sentait de plus en plus mal, tremblant et claquant des dents. Françoise finit par remarquer son manège et lui conseilla sèchement de rentrer chez lui avant de tous les contaminer le soir de Noël. En soupirant, il se leva. Titubant, il ramassa son bouquet de houx et quitta le bureau en maugréant, lui demandant d’excuser son absence à la fête auprès de ses patrons. Au fond, il était bien content que cette fièvre soudaine lui fournisse le prétexte pour rentrer tranquillement chez lui. Ces simulacres de fêtes lui pesaient depuis toujours.

Dès qu’il fut dehors, il se sentit mieux. L’air froid de décembre lui fouettait le visage. Les nombreuses personnes qui se pressaient dans les rues à la recherche du cadeau de dernière minute, le firent sourire. Lui au moins, n’avait pas ce genre de problème. Il irait déjeuner dans la famille de sa sœur pour le nouvel an et avait encore toute une semaine pour lui choisir un présent, il pourrait le trouver en soldes. Il sourit de son propre cynisme, après tout, elle lui avait gâché Noël à tout jamais, alors il n’avait pas à faire d’effort pour elle !

Il arriva au pied de son immeuble à la nuit tombante et entreprit de monter à pied, l’ascenseur ayant des sautes d’humeur, il ne voulait pas risquer de passer la soirée coincé à l’intérieur avec une fièvre pareille. Il gravit ses deux étages en maugréant, personne n’ayant encore pensé à changer les ampoules grillées des paliers du premier et du second qui étaient grillées depuis près d’un mois. Ce n’était pas le soir de Noël que quelqu’un allait le faire !

Il connaissait l’immeuble par cœur et aurait pu trouver la serrure de sa porte les yeux fermés, pourtant ce soir-là, il trébucha sur un objet abandonné sur le palier. Il grommela une bordée d’injures pour « l’inconscient qui avait laissé traîner ses détritus sur le palier » lorsqu’il entendit une petite voix lui répondre :

  • Pardonnez-moi, j’ai perdu mes ciseaux dans le noir…
  • Qui est là ? interrogea-t-il en scrutant l’obscurité.

Personne ne répondit, pourtant il sentait une présence. Cette voix lui était inconnue. C’était une voix d’enfant, fille ou garçon, il ne saurait le dire. Il n’y avait jamais eu d’enfant dans cet immeuble, les appartements minuscules et peu confortables, ne convenaient pas aux familles. C’était d’ailleurs pour cela qu’il avait choisi d’y vivre, pour avoir la paix sans entendre des cris et des rires d’enfants toute la journée.

En tâtonnant, il ouvrit sa porte et éclaira son appartement. Il vit alors l’enfant assis sur la première marche de l’escalier menant au troisième. Il semblait très jeune, avait un regard triste, des yeux immenses, une tignasse hirsute blonde, et des fossettes qui ne parvenaient pas à éclairer son visage. Il le fixait sans bouger, l’air méfiant, serrant contre lui tout un assortiment de papier, crayons et rubans. Pierre se planta devant lui, les mains sur les hanches et lui demanda :

  • D’où sors-tu et que fais-tu là, tu t’es égaré au second étage d’un immeuble, et où sont tes parents ?
  • ça fait beaucoup de questions… répondit l’enfant avec un sourire.
  • Réponds, insista Pierre.
  • Je suis sorti de chez moi pour coller ce papier sur ma porte et la porte s’est refermée alors je me suis assis là pour attendre ma mère, répondit l’enfant d’un seul trait.
  • Quelle porte ? répliqua Pierre. Et où est ta mère ? Quand va-t-elle rentrer ? Pourquoi voulais-tu coller ce papier sur ta porte ?
  • Tu poses toujours autant de questions ? interrogea l’enfant.
  • … non, finit par répondre Pierre. C’est à cause de la surprise !

Il s’approcha de la porte pour examiner le papier que l’enfant avait collé et qui penchait lamentablement ne tenant plus que d’un seul côté.

  • Je ne peux pas lire ce que tu as écrit sur ce papier, et il faudrait remettre du scotch, sinon il va se décoller rapidement.
  • J’ai écrit « Jonathan et Marie ». Jonathan c’est moi, et Marie c’est ma mère. Et je n’ai plus de scotch. S’il se décolle avant ce soir, le Père Noël ne nous retrouvera jamais… répondit l’enfant d’une voix atone.

Pierre faillit éclater de rire mais l’air sombre du jeune garçon l’arrêta dans son élan. Il semblait au bord des larmes, et tremblait sur sa marche d’escalier. Il faisait un froid de canard sur ce palier.

  • Viens, dit Pierre, ne reste pas là à te geler, je dois avoir du scotch, on va recoller ton bout de papier. Déjà que le père Noël doit être à moitié aveugle, vu son âge…
  • Oh, tu veux bien m’aider, c’est gentil ça. Comment tu t’appelles ? demanda l’enfant
  • Je m’appelle Pierre, allez, viens tu auras plus chaud à l’intérieur pour attendre ta mère, dit-il en entrant chez lui.

L’enfant hésita un peu, puis se décida à le suivre. Pierre le détailla à la lumière, il semblait beaucoup plus jeune qu’il ne l’avait cru d’abord. Il n’avait pas l’habitude des enfants mais le trouva très pâle et très maigre, des cernes bleus lui mangeant le regard. Il serrait contre lui tout son attirail, en dansant sur un pied.

  • Pose tes affaires ici, lui dit-il en déposant son bouquet de houx sur la table. Je vais te donner de quoi te réchauffer. Tu aimes le chocolat chaud ?
  • Oh oui répondit l’enfant dont le regard s’éclaira, avec du lait bien crémeux. Tu en as ? Il faudra en garder un peu pour le père Noël aussi, je sais qu’il aime beaucoup ça !
  • Comment le sais-tu, ironisa Pierre, il te l’a dit ? Je croyais que personne ne pouvait jamais le voir !
  • Je ne l’ai pas vu en vrai, répliqua Jonathan, il est venu me le dire dans mon rêve. Quand j’ai pleuré hier en arrivant ici, j’ai dit à maman qu’il ne nous retrouverait jamais parce qu’on ne lui n’avait pas écrit la bonne adresse sur ma lettre. Elle m’a dit qu’il me retrouverait si on écrivait mon nom sur la porte. Et après dans mon rêve, il est venu me dire qu’il savait où j’étais et qu’il ne fallait pas oublier son chocolat et ses deux gâteaux parce que sa tournée était longue. Il a dit que beaucoup d’enfants avaient déménagé juste avant Noël cette année !
  • Sans blague ! répondit Pierre en éclatant de rire. Tu as une imagination formidable !
  • C’est pas la peine de rigoler, répondit l’enfant très sérieusement. Les grandes personnes comme toi ne savent rien du tout !
  • Pourquoi tu dis ça ? répliqua Pierre un peu vexé. Moi, je sais un tas de choses !
  • Non, tu ne sais rien de rien, poursuivit l’enfant en colère. Tu ne sais même pas que c’est Noël. Regarde ta maison. Tu n’as rien fait, pas de sapin, pas de boules, pas d’enfant Jésus. Le père Noël n’aura pas envie de venir te voir et ça sera bien fait !
  • Tu as raison, répondit Pierre, un peu penaud, j’ai oublié Noël… Je ne suis pas très fier de moi, et le Père Noël va m’oublier aussi. Heureusement, regarde, une vieille dame m’a donné ce petit bouquet de houx aujourd’hui et ça va me sauver !

Tout en parlant, il alla chercher un verre qu’il remplit d’eau pour installer le bouquet au centre de la table. Soudain, la pièce sembla s’éclairer d’une lumière de fête. Pierre sourit et regarda l’enfant d’un air de défi, mais celui-ci haussa les épaules et dit :

  • Je crois que tu ne mérites pas ton Noël, tu fais ça parce que je l’ai dit. Le Père Noël ne vient voir que les gens qui l’aiment, et toi tu ne l’aimes plus…
  • Pas vrai ! répliqua Pierre. Moi je l’aime et je suis sûr qu’il le sait !
  • Alors, puisque tu l’aimes, on verra bien demain s’il t’a apporté quelque chose !

L’enfant avait presque crié cette dernière phrase, lorsqu’une jeune femme passa la tête dans l’ouverture de la porte. En la voyant l’enfant se jeta dans ses bras :

  • Maman ! Regarde, c’est Pierre. Il a oublié Noël et il croit que le Père Noël va venir quand même !
  • Je suis désolée que mon fils vous ait importuné. Je suis Marie, votre nouvelle voisine, dit la jeune femme en lui tendant la main. Pourquoi es-tu venu ennuyer le monsieur, mon poussin ?
  • La porte s’est fermée pendant que je mettais mon nom dessus pour le Père Noël, et j’ai attendu que tu rentres, mais Pierre est arrivé avant toi ! dit l’enfant en le montrant du doigt.
  • Ne vous inquiétez pas dit Pierre, votre fils ne m’a pas ennuyé, bien au contraire. Sa compagnie est des plus intéressante !
  • Je vous remercie d’avoir pris soin de lui, répondit la jeune femme, cela ne se reproduira pas. Allons Jonny, on rentre maintenant, dis bonsoir à Pierre.
  • Bonsoir Pierre, dit Jonathan.

La mère et l’enfant regagnèrent leur appartement, laissant Pierre à une solitude qui lui parut soudain très pesante.

Quelques secondes plus tard, on frappait de nouveau à sa porte. C’était l’enfant, tenant dans ces mains trois boules scintillantes et une guirlande argentée, qu’il posa sur la table d’un air d’autorité :

  • Tiens, dit-il au moins comme ça, le Père Noël te trouvera mieux. Moi, je lui ai demandé un ami parce qu’ici je ne connais personne. Et toi, tu veux quoi ?
  • Je ne sais pas trop, dit Pierre. Je crois que je n’ai pas été assez sage pour avoir un cadeau cette année …
  • Bouhh, répondit l’enfant, encore des bêtises de grands, ça ! S’il fallait être sage pour avoir des cadeaux, moi, j’en n’aurais pas eu souvent ! Le père Noël il fait pas de différence, il aime tout le monde ! Aller salut. Dors bien. Tu me diras demain ce qu’il t’a donné, hein ?

L’enfant repartit aussi vite qu’il était venu, en secouant ses boucles blondes. Lorsque la porte se referma sur lui, Pierre eut la sensation que quelqu’un avait éteint la lumière.

–> A suivre –<

Poème : Rêve au vent fripon

aout 2015 4 143

Photo M. Christine Grimard

 

*

Sous mes paupières closes

Dansent des tâches de soleil

Le ciel tout entier déborde

D’un torrent pastel

Parsemé d’encre et d’étincelles

La nuit efface le temps

Les murs de la chambre

S’envolent au large

Et les nuages nagent

Au vent fripon

Qui gonfle les voiles

Et fait briller les étoiles

*

Mon enfant

Laisse aller le temps

Laisse pleurer le sang

Oublie ce corps si lourd

Cours

Suis le goéland

Sous le vent…

*

Oh mais il s’est caché

Quelque chose l’a effrayé !

C’est le réveil qui a sonné

Mon enfant, il faut te lever

Ce matin c’est la rentrée !

*

Ne t’inquiète pas

Il t’attendra

Et ce soir tu le retrouveras

 Là-bas

Sur l’estran

Sous le vent !

*