Vent de printemps (4) : apparition

« Cet amour tout entier

Si vivant encore

Et tout ensoleillé

C’est le tien

C’est le mien

Celui qui a été

Cette chose toujours nouvelle

Et qui n’a pas changé

Aussi vraie qu’une plante

Aussi tremblante qu’un oiseau

Aussi chaude aussi vivante que l’été ….. »

Jacques Prévert

Cet Amour

Photo m Christine Grimard

.

Quelle force jaillie de nulle part, fait naître la vie là où quelques jours auparavant, il n’y avait qu’une écorce vermoule ?

Quel mystère a réuni toutes les conditions nécessaires à l’éclosion de la vie, là où quelques milliers d’années auparavant, il n’y avait que le vide sidéral et glacial ?

Quel amour infini a fourni l’énergie nécessaire à faire surgir le tout en partant du néant ?

Publicités

Nostalgie d’automne (7) : Soleil roux ou lune rousse 

« Le ciel est de cuivre

Sans lueur aucune

On croirait voir vivre

Et mourir la lune . »

Paul Verlaine

*

.

Photo m Christine Grimard

.

J’ai tendance à penser que le changement d’heure n’apporte rien de positif à nos vies, les économies d’énergie réalisées étant minimes puisque nos machines tournent du matin au soir et du soir au matin, que les batteries gourmandes des ordinateurs, téléphones et autres appareils connectés qui régissent nos vies, nécessitent toujours plus d’énergie et se moquent des horaires diurnes ou nocturnes.

L’homme préhistorique était contraint de suivre les horaires de la lumière solaire pour accomplir ses tâches. Maintenant, la planète ne s’arrête jamais de dépenser l’énergie qu’elle n’abonde plus à produire.

L’industrie nucléaire est en désamour alors que son « empreinte carbone » est beaucoup moins exorbitante  que celle de l’utilisation des énergies fossiles qui nous a conduit à cette catastrophe climatique qui nous menace chaque  jour plus gravement. Il faudrait cependant que l’on arrive à utiliser totalement le combustible nucléaire jusqu’à obtention de résidus inoffensifs, mais nous devrons faire encore quelques progrès techniques en ce sens, plutôt que tout jeter à la poubelle du jour au lendemain .

Il faudrait savoir ce que l’on veut : passer sa vie assis devant ses écrans dévoreurs d’énergie électrique, rouler en velib ou autolib nécessitant l’utilisation de batteries, vivre dans des maisons basse consommation avec le « tout électrique » même optimisé ? Le tout sans centrales nucléaires ?

Je vous laisse juger de l’incompatibilité…

Avons-nous des Alternatives acceptables :

  • panneaux solaires produits en chine en faisant tourner des centrales à charbon et impossibles à recycler ?
  • éoliennes couvrant toute la surface de la terre et la mer, quid de leur empreinte carbone de fabrication ?
  • Moteurs à hydrogène ou à eau ?
  • Retour à la nature, graines germées, peaux de bêtes et cavernes chauffées au naturel à grand renfort de silex-étoupe ?
  • Centrales au sodium ?

Alors les polémiques de ceux qui découvrent soudain que les besoins énergétiques de l’humanité dépassent largement les ressources à sa disposition et que l’on ne pourra effacer de nos vies l’apport de l’industrie nucléaire en un claquement de doigts, me font sourire…

Ou alors on réduit tous, drastiquement nos besoins, retrouvant par exemple le plaisir d’écrire à la bougie, avec une plume et un encrier, plutôt que sur ce clavier de téléphone portable, dévoreur d’énergie électrique comme je suis en train de faire.

Il y aurait tant d’autres exemples nous faisant retrouver les plaisirs simples de l’ère pre-industrielle, où l’homme ne surchauffait pas l’atmosphère…

Quoi qu’il en soit, au stade de ces réflexions, revenons à nos moutons (veaux, vaches, cochons, couvées…) J’ai tendance à penser que ce basculement à l’heure d’hiver ne sert plus à grand chose en ces temps de réchauffement climatique dramatique, la fatigue qu’il occasionne pendant quelques jours n’étant pas soluble dans les économies réalisées pour la planète.

Cependant j’y vois un avantage certain.

Vous ne voyez pas ?

Regardez mieux….

Juste au-dessus du texte….

Ce coucher de soleil, magnifique et flamboyant, soleil d’automne plongeant dans les eaux froides du lac, ce ciel de cuivre !

Il suffit de s’asseoir devant la fenêtre à 17 heures pour admirer ce spectacle,  comme le Petit Prince aux côtés de sa rose, pas besoin d’attendre 23 heures comme en été alors que la chaleur écrasante n’en finit plus de tomber.

Oui, il y a finalement un beau côté, au passage à l’horaire d’hiver !