Un petit air d’hiver (8) : Eau d’ici, eau d’ailleurs

« Il n’y a, en fait d’infini, que le ciel qui le soit à cause de ses étoiles, la mer à cause de ses gouttes d’eau, et le cœur à cause de ses larmes. Par là seul il est grand, tout le reste est petit. »

Correspondance: A Louise Colet 9 août 1846

Gustave Flaubert

Photo m.christine Grimard

..

D’où vient-elle

L’eau de là

Où va-t-elle

L’eau là-bas

Vers quelle rivière

Ruissèlera-t-elle

Vers quel estuaire

Glissera-t-elle

….

Dans quel corps

A-t-elle vécu

Sur quelles joues

A-t-elle coulé

…..

De quels chagrins

Se souvient-elle

Vers quels espoirs

Affluera-t-elle

…….

Où vit-elle

L’eau de là

D’Où vient-elle

De l’au-delà

.

Publicités

Clichés 96 : Escapade méditerranéenne (2)

« Un jour que sous les roseaux
Sommeillait mon eau vive
Vinrent les gars du hameau
Pour l’emmener captive
Fermez, fermez
Votre cage à double-clé
Entre vos doigts
L’eau vive s’envolera. »

– L’eau vive –

Paroles et musique de Guy Béart

*
img_8384

Photo M. Christine Grimard

*
Les rivages de la Méditerranée sont réputés pour être secs et arides, pourtant la place laissée à l’eau y est grande.
*
img_8263-1

Photo M.christine Grimard

*
L’eau rassemble les hommes
*
img_8219

photo M christine grimard

*
Et les hommes se rassemblent autour d’elle
*
img_8227

Photo M.Christine Grimard

*

Elle les rassure

*

img_8380

Photo M. Christine Grimard

*
Elle les porte
Elle les comble
Elle les enchante
Elle les fascine 
*

*
« Ma petite est comme l’eau,
elle est comme l’eau vive
Elle court comme un ruisseau,
que les enfants poursuivent
Courez, courez vite si vous le pouvez
Jamais, jamais vous ne la rattraperez »
L’eau vive de Guy Béart

 

Ateliers d’écriture : Petit point fixe de la peau du monde

Pour l’atelier d’écriture de François Bon, sur les outils du roman en 2015, j’avais écrit ce texte retrouvé hier.

Un petit rien.

Un détail.

Juste une bulle, et dans cette bulle, le monde entier.

*

aout-2016-1715

Photo M.Christine Grimard

*

Il l’attendait mais comme d’habitude elle devait encore se disperser aux quatre vents. Il avait choisi cette terrasse ensoleillée parce qu’il aimait voir la vie couler devant ses yeux. La vie des autres. Il pouvait les imaginer, inventer leur monde, choisir leur destin. Cela lui donnait l’impression d’être tout puissant, de décider…

La serveuse lui apporta le diabolo-menthe commandé.

Le verre posé devant lui, exhalait ses gouttelettes de fraicheur dans l’atmosphère surchauffée de ce début d’après-midi. Une goutte plus grosse que les autres s’attardait au bord du verre. Les reflets du soleil scintillaient à la surface de la sphère, et c’était tout un monde qui brillait devant ses yeux. Un arc-en-ciel miniature étirait ses ailes, valsant dans le soleil. Il s’approcha, fasciné par cette image éphémère. Il suffirait que la bulle éclate et tout disparaîtrait. En attendant, il voulait retenir le temps, faire durer la magie de l’instant. Il était tout près, sentant les bulles éclater en gerbe sous son nez. Il crut les voir, tout au fond de ce diamant, vibrer puis danser. Ou peut-être les avait-il imaginées. Deux fées minuscules dansaient en se tenant les mains, et en riant, la tête renversée vers le ciel. Elles riaient, riaient. Puis l’une d’elle, le regarda et en souriant, lui fit un geste de la main…

Une seconde après, la bulle éclata…

*

 

Photo du jour : D’eau et de sang

Photo M. Christine Grimard

 

*
Nous sommes tous les gouttes d’un même océan

Chacune des gouttes d’eau recèle la mémoire du soleil

Et tout l’océan danse

*

L’eau de mon corps se souvient-elle de l’étoile où elle est née

L’eau de mon corps se souvient-elle des hommes qui l’ont bue

L’eau de mon corps de souvient-elle des arbres qui l’ont rejetée

L’eau de mon corps se souvient-elle de la glace des nuages

L’eau de mon corps de souvient-elle des confins de l’univers

L’eau de mon corps se souvient-elle de sa comète-mère

L’eau de mon corps de souvient-elle de la force du torrent

L’eau de mon corps se souvient-elle du vide sidéral

L’eau de mon corps de souvient-elle de l’empreinte de mes pas sur le sable

L’eau de mon corps se souvient-elle de mes cellules foetales

L’eau de mon corps se souvient-elle de mes pensées

L’eau de mon corps se souvient-elle de nos larmes

L’eau de mon corps se souvient-elle de mon avenir

*

Nous sommes tous les gouttes d’un même océan

Chacune des gouttes d’eau reflète le cœur du soleil

Et tout l’océan danse

*