To do list 90 : Ascension

Photo Marie-Christine Grimard

. Remercier le joli mois de Mai pour ses roses généreusement offertes

. Se réjouir de l’été qui arrivera après la pluie

. Espérer le retour prochain des tablées familiales réunies sous la tonnelle

. Ne pas oublier pourtant qu’un virus ennemi s’est installé dans nos vies

. Prier pour que les amateurs de violence oublient leurs envies de guerre

. Ne retenir que les messages de paix

. Admirer la beauté des enfants qui jouent sans se préoccuper des désaccords de leurs parents

. Se prendre à rêver d’ascension au-delà des nuages

Photo du jour : Ascension

MAI 2015 168

L’Ascension, fête chrétienne célébrée 40 jours après Pâques, marque l’élévation de Jésus de Nazareth après sa résurrection.

Salvatore Dali peint ce tableau en 1958, dans sa « période mystique nucléaire ».

Dali place le spectateur du tableau sous le corps du Christ dans une position rappelant la Crucifixion. Les formes sont géométriques, un atome central en forme de tournesol, un triangle qui enserre le raccourci parfait du corps. Le corps du christ est au centre d’un cercle transparent survolé par la colombe de l’Esprit-Saint, symbolisant le retour du Christ vers le Père. Ses doigts recroquevillés enserrent la totalité de l’univers, qu’il sauve par sa mort et sa résurrection. On ne peut voir le visage du Christ, comme dans nombre de peintures dont celle de la Crucifixion. La ligne d’horizon en bas est un paysage maritime, sans doute Port Lligat, où Dali vit avec Gala. Au sommet du tableau, la Vierge, prends les traits de son épouse et muse, pleure la Passion de son fils, telle une Vierge flamande.

Ce billet rend hommage à cet artiste dont le regard original nous entraine vers un autre monde, nous ouvrant des perspectives surprenantes.

Ce billet rend hommage à l’Art qui se nourrit de nos vies et les éclaire aussi, nous donnant la clé d’une dimension sans laquelle nous ne serions que des corps errants dans un quotidien monochrome.

Ce billet rend hommage à la flamme qui nous habite, et que quelques uns font scintiller, donnant à notre condition matérielle un peu d’immortalité.