Photo du jour : orage oh rage !

« Il faut bien accepter ce qui nous transfigure.

Tout orage a son temps

Toute haine s’éteint

Le ciel toujours redevient pur

Toute nuit fait place au matin. »

Le roman inachevé

Aragon

Photo M.Christine Grimard

.

La nature crie sa colère.

L’avons-nous poussée à bout ?

Chaque jour, éclate l’orage, avec ses vents fous décoiffant les futaies, ses pluies soudaines inondant les rues et les champs.

Jusqu’où mènera ce déchaînement d’éléments ?

La terre essaie-t-elle de se débarrasser de notre espèce ?

On la comprend finalement. L’espèce humaine ne semble capable que de détruire son environnement, son humanité, ses sentiments, son avenir. Un temps si obscur attire les pensées noires sans doute, mais parfois le découragement submerge…

Trop plein.

Le ciel déborde et la terre coule sous mes pas.

Trop, c’est trop !

Publicités

Un petit air d’hiver (6) : un petit tour et puis…

« Rien n’est précaire comme vivre
Rien comme être n’est passager
C’est un peu fondre comme le givre
Et pour le vent être léger »

Louis Aragon

*

Photo M. Christine Grimard

***

Un petit tour

Et puis l’hiver

Fond comme neige au soleil

.

Un petit tour

Et puis le vent

Soulève les jupons des jonquilles

.

Un petit tour

Et puis le temps

Fait fondre la glace des étangs

.

Un petit tour

Et le dégel

Mouille les pattes des canards

.

Un petit tour

Et puis l’espoir

Revient dans le cœur des enfants

Un été en bandoulière (32)

« Je réclame le droit de rêver au tournant

De la route aux grands charmes de la promenade

Le droit de m’émouvoir du monde maintenant 

Que s’approche la canonnade. »
Les Yeux et la Mémoire, 

Louis Aragon, éd. Gallimard, 1954, IV 

(« Je plaide pour les rues et les bois d’aujourd’hui »), p. 36 

Photo m. Christine Grimard


.

Je réclame le droit d’oublier 

Le mauvais, la terreur 

La violence et la mort

Le vain et le mauvais sort 

~^~

Je réclame le droit de rouler 

Sans but et sans enjeu 

Au fond des vallées bleues

Le long des chemins creux 

~^~

Je réclame le droit d’exister 

Seulement pour le Plaisir

De suivre mes désirs 

Sans jamais m’assagir 

~^~

Je réclame le droit de flâner 

De vouloir et d’aimer 

De rire et de chanter 

De vivre et de rêver