Musique : La couleur du blé

BYoGU-6CEAIPURW.jpg large

Photo d’origine inconnue

« Bien sûr, dit le renard. Tu n’es encore pour moi qu’un petit garçon tout semblable à cent mille petits garçons. Et je n’ai pas besoin de toi. Et tu n’as pas besoin de moi non plus. Je ne suis pour toi qu’un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m’apprivoises, nous aurons besoin l’un de l’autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde »
….
« Tu vois, là-bas, les champs de blé ? Je ne mange pas de pain. Le blé pour moi est inutile. Les champs de blé ne me rappellent rien. Et ça, c’est triste ! Mais tu as des cheveux couleur d’or. Alors ce sera merveilleux quand tu m’auras apprivoisé ! Le blé qui est doré, me fera souvenir de toi. Et j’aimerai le bruit du vent dans le blé… »

« Ainsi le petit prince apprivoisa le renard. Et quand l’heure du départ fut proche :
-Ah ! Dit le renard… je pleurerai.
-C’est ta faute, dit le petit prince, je ne te souhaitais point de mal, mais tu as voulu que je t’apprivoise…
-Bien sûr, dit le renard.
-Mais tu vas pleurer ! dit le petit prince.
-Bien sûr, dit le renard
-Alors tu n’y gagnes rien !
-J’y gagne, dit le renard, à cause de la couleur du blé »

Le petit Prince .

Antoine de Saint-Exupéry

 

Quand tu m’auras apprivoisée la terre toute entière me parlera de toi et je fermerai les yeux pour l’entendre, en rêvant de la douceur de ton regard et de l’éclat de ton sourire.

Musique : Regarder la mer

nikon mars 2014 2738

Photo M Christine Grimard

Regarder la mer

Rester là des journées entières

Ne plus bouger

Respirer  le vent du large

Laisser glisser

Rester là où l’estran transforme le temps

en détail sans importance

Regarder passer le vent

 

nikon mars 2014 1494

Photo M. christine Grimard

 

Mon obsession maritime n’ayant plus aucun secret pour ceux qui ont lu les pages de ce blog, personne ne sera surpris que j’aie apprécié une des nouvelles chansons du duo Alain Souchon- Laurent Voulzy, qui porte ce titre.

Les paroles coulent naturellement dans mes veines .

Laissez-les couler …

 

 

Voici leurs paroles …

« Regarder la mer
Rester la journée entière ici
Sur le mur de pierre
Devant la baie des fourmis

Regarder la mer
Ne pas avoir d’autres envie que
Regarder la mer
Rester, rester
Sur le mur de pierre
Là où le soleil s’est mis
Rester, rester
Tout seul, solitaire
Devant la baie des fourmis

Regarder la mer
Rester la journée entière ici
Sur le mur de pierre
Devant la baie des fourmis

Regarder la mer
Ne pas avoir d’autres envie que
Regarder la mer

Laisser, laisser

Le temps s’en aller là
Laisser aller les voiles rouges
Sur la mer qui bouge
Laisser sur l’eau transparente
Glisser les soucis de la vie
Glisser les jolies sirènes aussi
Dans la baie des fourmis

On entend danser les gens
Y’a une fête à St Jean
Et moi je reste là à …
Regarder la mer
Rester la journée entière ici
Sur le mur de pierre
Devant la baie des fourmis

Regarder la mer
Ne pas avoir d’autres envie que
Regarder la mer

Regarder la mer
Regarder la mer
Regarder la mer
Ne pas avoir d’autres envie que
Regarder la mer « 

Musique ! : Boléro Maestro

Chaque année, le retour du printemps, avec sa succession de petits signes extérieurs de réveil, m’évoque l’image d’un orchestre symphonique dont les musiciens unissent peu à peu leurs instruments, pour finir en apothéose.

Naturellement, c’est l’exemple du « Boléro » De Ravel qui surgit dans mon esprit avec cette image.

La mélodie envoûtante et répétitive, où chaque instrument entre dans la danse successivement, dans un crescendo hypnotisant, me trotte dans la tête. Et je me souviens des danseurs qui ont posé leur talent sur la Chorégraphie de Maurice Béjart, et ses « Ballets du vingtième siècle ».

D’après Ravel, « c’est une danse d’un mouvement très modéré et constamment uniforme, tant par la mélodie que par l’harmonie et le rythme, ce dernier marqué sans cesse par le tambour. Le seul élément de diversité y est apporté par le crescendo orchestral».

En voici quelques exemples parmi ceux que je préfère, mais beaucoup d’autres existent.

J’avais juste envie de les voir de nouveau …

*

Le talent de Jorge Donn

Jorge Donn, Bolero-1982.

*

Le talent de Sylvie Guillem

Maurice Béjart, Sylvie Guillem

*

L’orchestre de Paris

Bolero de Ravel Christoph Eschenbach Orchestre de Paris

 

*

Enfin Maurice Béjart parle de son travail avec Jorge Donn ( pour le plaisir)

Maurice Béjart – Ballets avec Jorge Donn

 

*

Mais d’autres talents se sont emparés du plaisir de partager cette musique …. partageons ce plaisir avec eux

Flashmob – Bolero de Ravel na Pinacoteca de São Paulo, Brasil, Conservatoire de Paris

 

*

Il me semble qu’un petit air de printemps arrive crescendo …

 *