Journal : nuances de gris

.

Dans la brume

On peut

Peu à peu

Perdre de vue

La vraie valeur

Des goûts et des couleurs

.

Photo. Christine Grimard

.

Peu à peu

On peut

Se laisser

Enserrer

Le cœur

De peur

De douleur et de brume

De grisaille et d’écume

.

Photo m Christine Grimard

.

Peu à peu

Un filet de bleu

S’étire et se glisse

La lumière expire

Déchirant le gris

Et le ciel soupire

.

Photo m Christine Grimard

.

Peu à peu

Si l’on n’y prend garde

La lumière s’enfuit

Et la vie la suit

Comme par mégarde

À tout petit feu

26 réflexions sur “Journal : nuances de gris

  1. mais c’est dans une douce fraîcheur cotonneuse
    que la vie s’en va

    Aimé par 1 personne

  2. Christian JACQUE

    Tellement bien dit…
    Et tellement bien illustré 👍
    Bravo Marie-Christine, et très bon week-end 😘🌺🌸

    Aimé par 1 personne

  3. Superbe ! Mélancolie romantique du temps qui fuit…et le triptyque du même paysage à des heures différentes…merci, Marie-Christine, pour toutes ces subtilités…

    Aimé par 1 personne

  4. gris du matin
    dans la journée
    s’en va

    Aimé par 1 personne

  5. Peu à peu

    Au détour d’une douce nuit,
    A l’horizon, une lumière luit.

    Le bleu du ciel paraît,
    Un nouveau jour naît.

    La nature endormie s’éveille,
    Et nos cœurs s’émerveillent.

    Bon weekend Marie-Christine. Bisous d’amitié. ❤

    Aimé par 1 personne

  6. belle progression… « ébleueissante »… 🙂

    Aimé par 1 personne

  7. Quand on se trouve dans la brume du cœur il est précieux de lire ces lignes comme de retrouver le puissant plaisir de la lumière qui apparait et du ciel. Merci !

    Aimé par 1 personne

  8. De très beaux mots et une superbe photo. Bon week-end à vous

    Aimé par 1 personne

  9. tendre, touchant et doux, si nous n’y prenions garde une mélancolie mais dieu merci, la lumière reste dans les mots

    Aimé par 1 personne

  10. Non, la lumière va et vient
    Au gré de son instinct
    C’est nous le passage
    Qui doit être le plus sauvage
    Pour pouvoir goûter
    Au temps passé !

    Aimé par 1 personne

  11. J’adore ce poème qui dit aussi, en creux, le gout du gris et le plaisir de l’imprécis, de l’indécis riche de possibles qui n’adviendront pas tous, avant que la lumière tranche et range l’ombre à sa place.

    Aimé par 1 personne

  12. on peut aussi aimer dans la brume tout ce qui se devine…

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.