Nostalgie d’automne (7) : Soleil roux ou lune rousse 

« Le ciel est de cuivre

Sans lueur aucune

On croirait voir vivre

Et mourir la lune . »

Paul Verlaine

*

.

Photo m Christine Grimard

.

J’ai tendance à penser que le changement d’heure n’apporte rien de positif à nos vies, les économies d’énergie réalisées étant minimes puisque nos machines tournent du matin au soir et du soir au matin, que les batteries gourmandes des ordinateurs, téléphones et autres appareils connectés qui régissent nos vies, nécessitent toujours plus d’énergie et se moquent des horaires diurnes ou nocturnes.

L’homme préhistorique était contraint de suivre les horaires de la lumière solaire pour accomplir ses tâches. Maintenant, la planète ne s’arrête jamais de dépenser l’énergie qu’elle n’abonde plus à produire.

L’industrie nucléaire est en désamour alors que son « empreinte carbone » est beaucoup moins exorbitante  que celle de l’utilisation des énergies fossiles qui nous a conduit à cette catastrophe climatique qui nous menace chaque  jour plus gravement. Il faudrait cependant que l’on arrive à utiliser totalement le combustible nucléaire jusqu’à obtention de résidus inoffensifs, mais nous devrons faire encore quelques progrès techniques en ce sens, plutôt que tout jeter à la poubelle du jour au lendemain .

Il faudrait savoir ce que l’on veut : passer sa vie assis devant ses écrans dévoreurs d’énergie électrique, rouler en velib ou autolib nécessitant l’utilisation de batteries, vivre dans des maisons basse consommation avec le « tout électrique » même optimisé ? Le tout sans centrales nucléaires ?

Je vous laisse juger de l’incompatibilité…

Avons-nous des Alternatives acceptables :

  • panneaux solaires produits en chine en faisant tourner des centrales à charbon et impossibles à recycler ?
  • éoliennes couvrant toute la surface de la terre et la mer, quid de leur empreinte carbone de fabrication ?
  • Moteurs à hydrogène ou à eau ?
  • Retour à la nature, graines germées, peaux de bêtes et cavernes chauffées au naturel à grand renfort de silex-étoupe ?
  • Centrales au sodium ?

Alors les polémiques de ceux qui découvrent soudain que les besoins énergétiques de l’humanité dépassent largement les ressources à sa disposition et que l’on ne pourra effacer de nos vies l’apport de l’industrie nucléaire en un claquement de doigts, me font sourire…

Ou alors on réduit tous, drastiquement nos besoins, retrouvant par exemple le plaisir d’écrire à la bougie, avec une plume et un encrier, plutôt que sur ce clavier de téléphone portable, dévoreur d’énergie électrique comme je suis en train de faire.

Il y aurait tant d’autres exemples nous faisant retrouver les plaisirs simples de l’ère pre-industrielle, où l’homme ne surchauffait pas l’atmosphère…

Quoi qu’il en soit, au stade de ces réflexions, revenons à nos moutons (veaux, vaches, cochons, couvées…) J’ai tendance à penser que ce basculement à l’heure d’hiver ne sert plus à grand chose en ces temps de réchauffement climatique dramatique, la fatigue qu’il occasionne pendant quelques jours n’étant pas soluble dans les économies réalisées pour la planète.

Cependant j’y vois un avantage certain.

Vous ne voyez pas ?

Regardez mieux….

Juste au-dessus du texte….

Ce coucher de soleil, magnifique et flamboyant, soleil d’automne plongeant dans les eaux froides du lac, ce ciel de cuivre !

Il suffit de s’asseoir devant la fenêtre à 17 heures pour admirer ce spectacle,  comme le Petit Prince aux côtés de sa rose, pas besoin d’attendre 23 heures comme en été alors que la chaleur écrasante n’en finit plus de tomber.

Oui, il y a finalement un beau côté, au passage à l’horaire d’hiver !

Publicités

42 réflexions sur “Nostalgie d’automne (7) : Soleil roux ou lune rousse 

  1. mais le nucléaire, surtout avec les entreprises aux abois et les malfaçons pour les nouvelles, les centrales a bout de force prolongées et les déchets actifs pendant des centaines d’années me fout la frousse

    Aimé par 1 personne

    • C’est naturel au vu de ce que la presse en dit souvent pour orienter l’opinion publique dans le sens du vent politique. Mais les choses ne sont pas aussi noires qu’on nous les présente, et les erreurs dans ce domaine sont surtout politiques. Comme dans d’autres domaines, beaucoup de bêtises sont dites faisant remonter des vagues de peurs ancestrales et au final, les mauvaises décisions sont prises sous l’emprise de l’émotion du moment…
      Je ne dis pas que le nucléaire n’a pas de défaut, je dis qu’il devrait laisser les spécialistes faire leur travail…

      J'aime

  2. Oui, j’avais constaté, sur la côte ouest du Cotentin, le coucher du soleil si tôt (et si beau, comme ici), il était environ 17h45, un quart d’heure après c’était fini et trop tard pour les quelques curieux qui venaient d’arriver…

    Ecrire à la plume et à la bougie serait un nouveau progrès : le crissement sur le papier et le petit chauffage portatif feraient imaginer le bonheur des écrivains d’autrefois. Les éoliennes ne tournaient alors que dans les têtes ! 😉

    Aimé par 2 people

    • Un plaisir suranné que j’ai essayé quelquefois, j’avoue que c’est agréable avec une bougie, un encrier d’encre violette, un bon feu de bois et un chocolat chaud 😉

      Aimé par 1 personne

      • @ mchristinegrimard : le chocolat chaud doit donc être réchauffé dans la cheminée, et tant pis pour les émanations de celle-ci dans le ciel si pur du matin ! 😉

        Aimé par 2 people

      • Avec des chamallows flottants…
        Les cheminées sont devenues les ennemies de la « bien-respirance » comme les feux de broussailles à l’ère où le tout électrique est la panacée…
        Pourtant, qu’il est bon de regarder les flammes danser sur les bûches, et sentir les vagues de leur chaleur doucement glisser sur ses joues…

        Aimé par 1 personne

      • Le « bien-respirant », oui, comme le politiquement correct et la bien-pensance tous azimuts : on n’arrête plus de « naviguer » (jusqu’à ce que ce soit sanctionné) entre les interdits.
        Dans un hôtel-restaurant de Barneville-Carteret (Normandie), il y a une petite salle avec un feu de cheminée : et l’atmosphère en est toute changée (il faut réserver !)… 🙂

        Aimé par 2 people

      • Vous avez raison, les plaisirs les plus simples seront bientôt interdits, celui de penser l’est déjà bien que cela se fasse par des méthodes plus insidieuses…
        J’avais vu une photo de ce restaurant sur votre blog qui donnait envie d’aller déguster leur cuisine, fruits de mer et vin blanc au coin du feu… c’est encore permis ?

        J'aime

  3. Le changement d’heure montre à quel point on nous prend pour des imbéciles – à midi le soleil n’est plus au Zénith –
    L’immense degré de fatuité de ceux qui nous gouvernent pour vouloir commander au soleil –
    On est en plein dans les prédictions de Aldous Huxley et Georges Orwell.

    Aimé par 2 people

    • L’homme, dans sa folie, pense pouvoir commander aux éléments, ceux-ci sont en passe de lui démontrer le contraire…
      Ce changement d’heure de l’hiver m’est particulièrement difficile et au bout du compte, ce qui était valable dans les années soixante-dix avec le « choc pétrolier » me parait beaucoup moins pertinent aujourd’hui… d’où cette réflexion un peu provocatrice !
      On ne vit pas que de poésie même si celle-ci est la meilleure des énergies 😉

      Aimé par 1 personne

  4. Il existe un salon des inventeurs, le salon Lépine, avec un prix au concours Lépine.
    Faisons confiance au génie humain pour trouver de bonnes solutions.
    Mais il paraît, j’ai entendu dire, qu’on ne choisi que les solutions qui rapporteraient un maximum de bénéfices aux mafieux du fricum…

    Aimé par 2 people

    • Laissons les chercheurs nous montrer le chemin, et écoutons les spécialistes.
      Un de nos problèmes, est que les décideurs politiques n’ont très souvent aucune compétence dans le domaine où ils sont parachutés par la mode du temps…

      J'aime

  5. Les hommes politiques ont presque toujours une formation d’avocat. (Lire leurs biographie sur Wikipedia).
    Ils savent jongler avec les lois – mais ignorent tout des dossiers qui leur sont confiés.
    D’autant qu’ils passent rapidement d’un ministère à l’autre.

    Aimé par 1 personne

  6. Ce que j’aime dans le changement d’heure, c’est que les couleurs du matin et celles du soir sont beaucoup plus chaudes (car le soleil est plus bas sur l’horizon), et en photographie, la lumière a son importance.
    En ce qui concerne les centrales nucléaires il est un fait qu’on en a encore besoin et qu’elles nous seront utiles jusqu’au moment où toutes les énergies alternatives pourront subvenir au besoin de la planète. Mais cela reste une utopique car nous prenons beaucoup trop de ce que la planète nous donne, nous sommes de plus en plus nombreux à vivre sur terre, et un jour il ne restera plus rien à prendre. (vu que l’homme , l’être humain, partage si peu ….. )

    Aimé par 3 people

    • Vous avez raison, les couleurs prennent une tonalité différente sous le soleil automnal comme si elles n’étaient plus écrasées de chaleur..,
      La solution pour que nous survivions à long terme et je nous n’entraînions pas le reste des êtres vivants de la planète avec nous dans l’abîme, est probablement multiple. En premier il nous faudra réduire nos dépenses en resserrant nos besoins sur l’essentiel, et trouver des solutions alternatives inconnues jusqu’ici (hydrogène, sodium…), probablement un patchwork de plusieurs solutions dans se lancer à corps perdu dans une seule idée comme nous savons si bien le faire, pour s’apercevoir trente ans après que c’était une énorme erreur.
      Ne rien diaboliser, chaque solution a ses avantages mais la meilleure est de moins demander à notre planète hôte !

      Aimé par 1 personne

  7. Vous posez vraiment les bonnes questions… En fait je pense comme vous et Yoshimiparis que l’équation est impossible à résoudre. Je repense à la phrase de Paul Eluard « La terre est bleue comme une orange ». Je rajouterais : L’orange s’est flétrie, il n’ya plus de jus, plus de pulpe, juste les pépins et un peu de zeste et à sa surface grouillent les insectes nécrophages que nous sommes.
    Il ne nous reste guère d’options. Le surpeuplement et l’épuisement des ressources est malheureusement irréversible, je le crains.
    Regardons ce qui nous entoure avec lucidité, mais ne cessons jamais de célébrer la beauté de notre si belle planète.
    Merci pour votre lumineuse photo.

    Aimé par 2 people

    • Merci Domi d’apprécier mes questions et d’y répondre également !
      La terre est bleue comme l’océan qui porte toute vie, que nous allons épuiser aussi bientôt avec nos exigences et notre inconscience. Laisser à la terre le temps de se remettre des plaies qu’on lui inflige, paraît difficile maintenant, tant nous sommes nombreux et avides…
      Notre espèce va probablement se détruire elle-même malgré les bonnes volontés qui émergent ici ou là. Je le crains, cependant il me semble que la prise de conscience commence, et chacun se demande comment réduire sa propre « empreinte » sur la planète, en mangeant moins de viande en roulant mieux, en exigeant moins de « consommables » dans son quotidien !
      J’espère que nous y arriverons, pour que la poésie vivante que la nature nous offre chaque jour, perdure pour les générations futures 🙂

      Aimé par 1 personne

      • On peut espérer mais ceux qui pensent égoïstement sont hélas plus puissants que nous…
        Je suis désolée de voir les choses ainsi mais il me semble que l’argent et le pouvoir viendront toujours bloquer les espoirs des humbles et de tous ceux qui respectent la terre qui les porte et les nourrit.
        La seule façon de ralentir cette évolution, c’est de parler, créer et rire ! Ces résistances-là ont plus de force que la corruption et la destruction… non ? 😊

        Aimé par 2 people

      • L’argent mène le monde malheureusement, ce qui ne « rapporte » pas est laissé pour compte. Cependant nous sommes tous sur la même embarcation et la tempête nous rattrape. Par la force des choses, il faudra bien changer notre existence.
        En attendant restons humains et échangeons nos plaisirs et nos rires, c’est une bonne raison de survivre 🙂

        Aimé par 1 personne

  8. @ leventquisouffle et Chris : les centrales nucléaires : un diable sorti du fin fond de l’enfer…et qui tient notre civilisation en otage…

    Aimé par 1 personne

    • Cela m’étonne toujours de voir à quel point la question du nucléaire réveille les sentiments extrêmes. Nous célébrons Marie Curie en ce moment, qui a ouvert la voie vers ce nucléaire, sans qui en médecine on en serait encore à imaginer ce qui se situe sous notre peau…

      J'aime

      • Merci, bien évidemment, à Marie Curie et à tous les chercheurs! Si j’ai bien compris ce qu’a écrit Alex, ce n’est pas le nucléaire en tant que tel qui serait « diabolique », mais plutôt les centrales atomiques? Je préfère, pour ma part, dire simplement que la question des centrales nucléaires est trop sérieuse pour qu’on la réduise à des émotions ou à des sentiments, et qu’elle doit faire l’objet d’une réflexion rationnelle, sur la base d’informations impartiales.

        J'aime

      • C’est souvent exactement le contraire qui se passe en effet. Les gens restent dans l’émotion, braqués sur leurs impressions premières et n’en démordent jamais même en lisant des informations impartiales données par les spécialistes qui travaillent scientifiquement sur la question, la polémique se nourrit d’elle-même à l’infini.

        J'aime

  9. @ Chris et DH : les feux de bois dans la cheminée assainissent la maison, et leur enlèvent l’humidité, ce que ne font pas nos chauffages modernes.

    Ceux qui auraient été en Enfer, ont rapporté que certains diables étaient enchaînés. À croire que quelqu’un y a été pour nous en déchaîner quelques-uns !

    Aimé par 1 personne

  10. Il y a beaucoup de questions à se poser pour l’avenir mais pour l’instant j’admire votre merveilleuse photo et je me dit que tout n’est pas perdu. Bonne soirée et beau dimanche

    Aimé par 1 personne

  11. Ah le bilan de l’être humain sur notre planète n’est pas des plus reluisant, en effet…Alors, mieux vaut agir, je pense, en réfléchissant, chacun à notre niveau, avec la liberté requise, à ce qu’on peut faire sans attendre tout d’autrui…Et le problème majeur est, je pense, la démographie…donc…il faudra un jour, à l’échelle planétaire…limiter les naissances si on veut que les autres espèces vivantes aient encore leur place… En bref…moins de « blabla « et plus d’actes…surtout de la part des élus qui ont grandement le pouvoir de décision… ( les responsabiliser avec des objectifs comme dans toute entreprise!…)

    Aimé par 1 personne

    • Vous avez raison Cher Patrick, il faut que chacun réduise sa propre « empreinte carbone  » en réfléchissant à son mode de vie et à ses habitudes de consommation. Moins de gaspillage, moins d’abondance et plus de simplicité sont sans doute une partie de la solution. L’autre étant de rendre aux animaux leur place en cessant de réduire leur espace vital et de s’en servir de toute les manières possibles…

      J'aime

  12. La polémique sur le nucléaire ne se nourrit pas d’elle-même. Elle s’appuie sur des incidents, des accidents, des drames, de graves problèmes environnementaux, la mise en danger de la vie d’autrui, la découverte de défauts de conception, la mise en évidence d’erreurs humaines, d’insuffisances dans le traitement des dossiers… Bien loin de s’en remettre aveuglément à des experts (il en existe de toutes sortes…), le citoyen responsable doit s’emparer de ces sujets qui sont au cœur du bien commun que le contrat social a pour objectif de rechercher, et se forger une opinion en prenant le temps de lire les différentes publications qui paraissent à ce sujet, notamment celles qui émanent des contre-pouvoirs citoyens.

    J'aime

    • La polémique est grandement augmentée par les différents accidents dramatiques qui se sont produits dans l’histoire du nucléaire et par le fait que l’humanité ait découvert l’atome, le jour de l’horreur d’Hiroshima.
      Tchernobyl et Fukushima ont fait le reste…
      Face à ces catastrophes aux causes diverses, il y a chaque jour des gens qui font correctement leur travail en France dans le « nucléaire » pour fournir de l’énergie à l’ensemble de la population, dans les règles (Dieu sait si elles sont précises dans ce cas..), et qui majorent les procédures de sécurité à chaque incident dans le monde. Dénigrer le travail des spécialistes qui font tout leur possible pour que les procédures soient les meilleures possibles, de l’extérieur quand on laisse parler ses émotions, le tout mixé à la sauce écolo dans ce qu’elle peut avoir de pire, ne fait pas avancer la situation. Le citoyen responsable doit aussi parfois se renseigner avant de parler, et la voix de la presse orientée n’est pas forcément la seule parole à entendre. Comme en médecine, où le « nucléaire » a sauvé de nombreuses vies, il faut parfois faire confiance, les traitements ont tous des effets secondaires mais l’art consiste à peser le pour et le contre pour qu’il en ressorte le meilleur. Le progrès ne s’arrêtera pas mais il s’agit maintenant de garder raison et de choisir le mieux pour la suite en tirant des leçons des erreurs passées. Lorsque l’on ferme la porte à ses peurs ancestrales, elles rentrent toujours par la fenêtre.

      J'aime

  13. La « sauce écolo » ne fait pas partie de mes recettes gastronomiques. Pourtant, l’écologie est le fil directeur de ma réflexion, et ce n’est pas de la tambouille. Il y a heureusement plein de gens qui font correctement leur travail. Faut-il que cela nous oblige à ne pas voir les dysfonctionnements? Personnellement, je me renseigne toujours avant de parler et je lis toutes les presses, ce qui me permet de me forger une opinion nuancée. C’est la mienne, je ne cherche pas à l’imposer aux autres, et je ne ferme pas la porte à ceux et celles qui ne la partagent pas. Il y aurait beaucoup à dire sur la comparaison que vous faites avec la médecine. Comme je l’ai écrit plus haut, la question n’est pas « Le nucléaire », ce sont les centrales, et le problème, ce n’est ni la recherche ni les chercheurs, mais l’usage que l’on fait de nos découvertes. Science sans conscience…

    J'aime

    • C’est précisément ce que je disais si vous m’aviez lue.
      La différence entre vous et moi est l’usage de la presse. Dans mon domaine, le nombre d’énormités lues dans la presse, m’incite à me méfier de ce qui est dit dans les domaines qui ne sont pas les miens. D’autre part, le nucléaire civil est aussi un domaine qui me touche de près, et ce que certains organes de presse en disent également est très réducteur et loin de la réalité du terrain. Je ne ferme jamais la porte aux gens qu’elle que soit leur opinion, je pense que ce blog est bien le reflet de ma grande tolérance, justement, cependant dire que « le problème c’est les centrales » est précisément très réducteur. Ces centrales nous fournissent l’énergie nécessaire à notre quotidien, y compris pour les soins hospitaliers et tous les autres besoins de la population, depuis les années 70, ceci sans événement « nucléaire » majeur dans notre pays. Les technologies sont différentes ailleurs. Alors il serait bon de remettre les choses en place, l’intelligence est justement d’avoir conscience des risques et de les évaluer pour pouvoir aller plus loin et vers le mieux, ce qui est fait sur le terrain chaque jour. Alors laissons travailler ceux qui consacrent leur vie à faire avancer ce monde sans leur compliquer la vie avec des faux problèmes. Il faut aussi savoir enlever ses œillères pour voir la lumière.

      J'aime

  14. sur l’énergie je n’ai rien à dire parce qu’il n’y a strictement AUCUNE évidence. Si c’est que l’expression anglaise jeopardy est tout à fait adaptée ( même si son étymologie ne se trouve pas dans le jeu comme je le croyais ) : nous découvrons la réponse chaque jour un peu plus douloureusement, et nous ne gagnerons que si nous trouvons la bonne question ; je crains que certains parmi l’élite mondiale l’aient déjà trouvée, ou le croient, et qu’ils nous fassent payer comme toujours, le prix de leurs propres sauvetages. Donc je reste totalement muet ;o)

    Sur le changement d’heure : en fait c’est géopolitique avec les Allemands surtout. Si on songe qu’entre Berlin et Brest le soleil a 1h30 heures d’écart, mais pire que selon cette carte

    les Norvégiens de Kirkenes à seulement à 60 km à l’Ouest de Mourmansk sont dans le mème fuseau horaire que les espagnols de Vigo, on se dit qu’il doit y avoir de bonnes raisons à ça, surement.
    ça relativise pas mal de trucs aussi sur l’heure espagnole, ou les horaires matinaux en Allemagne.

    Aimé par 1 personne

    • Merci de vos commentaires apportant de l’eau au moulin, d’accord avec vous sur le fait qu’une solution universelle est impossible à trouver. Chacune des possibilités a ses défauts, et la solution est vraisemblablement l’amalgame de plusieurs solutions. C’est un fait qu’il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier.
      Je lisais ce matin un article disant qu’il faudrait un nombre énorme d’éolienne pour remplacer le parc nucléaire si on réduisait celui ci à 50% en 2030, et que la France en serait couverte (terre et mer) c’est un peu dissuasif…
      Mais les partisans du tout « je ne sais quoi » tirent toujours la couverture vers leur solution fétiche. A voir !
      Quant au changement d’heure, si la mode pouvait passer, j’avoue que je préférerais 😉
      Merci de votre visite ici !
      J’essaye de

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s