Clichés 101 : ciels essentiels 

« Tant de rayons

Dès l’aube

Dans les vitres,

Tant d’ignorances

Dans nos vies

Mais tant d’espoirs,

Tant de désir de toi. »

Yves Bonnefoy

*

Photo m. Christine Grimard

*

Si on lève les yeux vers le ciel

C’est l’espoir que l’on y voit

*

Photo m Christine Grimard

*

Peu importent les nuages ou les orages

Le vent emportera les ombres

*

Photo m. Christine Grimard

*

Le spectacle est permanent

Se laisser porter

Ouvrir les yeux et le cœur

Se laisser submerger

*

Publicités

Photo du jour : poème à l’encre bleue 

« Partons de ce bleu, si vous voulez bien. Partons de ce bleu dans le matin fraîchi d’avril. Il avait la douceur du velours et l’éclat d’une larme. J’aimerais vous écrire une lettre où il n’y aurait que ce bleu. »

Christian Bobin 

Photo m ch Grimard


.

Marcher le nez en l’air 

Les yeux dans les cieux

Dessiner sa vie à l’encre bleue 

Volutes outremer 

Déliés et cursives lapis-lazuli 

Traits de velours azurés

Mots gravés à la mine de Cobalt 

Envoyés dans les nuages 

Griffonnés à l’encre bleue

Sur les ailes d’une colombe origami  

Quelques mots d’amour 

Qui feront le tour la terre 

Marcher le cœur en l’air 

Les yeux dans le bleu 

Photo du jour : Fou rire ou rire encore dans ce monde fou 

« Le dieu est un enfant qui se cache et il y a un moment où il se trahit : quand on passe près de lui, on entend son fou rire. Tu peux l’entendre dans la musique, dans le silence. Dans le bourgeon qui éclate, derrière le nuage qui passe, dans une bouche édentée. Partout.

C’est incroyable le bruit que peut faire un bouquet de fleurs dans une toute petite chambre. Elles me saoulaient. Aucune philosophie au monde n’arrive à la hauteur d’une seule marguerite, d’une seule ronce, d’un seul caillou discutant comme un moine rasé en tête à tête avec le soleil et riant, riant, riant. »

Christian Bobin 

Photo m.christine Grimard


Écouter le cœur du monde battre de joie dans la clarté d’un petit matin d’automne 

Regarder les feuilles du liquidambar se doucher dans la lumière

Et se dire que plus rien ne compte que cet instant de pleinitude où le temps prend son temps, où la vie coule de source 

Entendre le rire du monde éclater dans les remous de la cascade 

Oublier l’angoisse qui resserre ses griffes entre mes seins, oublier les horreurs promises ou redoutées 

Ne plus entendre la clameur des violences secouant le monde, en se focalisant sur le murmure des libellules en vol stationnaire au dessus de l’étang 

Avoir enfin la paix

Savourer l’instant 

Et tout oublier dans un éclat de rire 

To Do List 44 : Octobre rouge 

Photo m.ch. Grimard

Aimer l’automne pour sa flamboyance.

Apprécier les derniers sursauts d’énergie qu’offre la nature avant la grisaille à venir.

Savourer les nuances de mauve d’une salade de fruits de saison, mi-figue mi-raisin.

Prendre un café en terrasse, histoire de repousser aux calendes grecques l’arrivée de l’hiver.

Confectionner assez de pâte de coings pour tenir jusqu’au printemps.

Sortir son écharpe pour réchauffer les petits matins brumeux.

Admirer la constante de l’aube qui se cramponne à ses dernières nuances de roses avant les longues nuits de novembre.