Recettes (1) : quatre quart de vie

« Toutes nos pensées reviennent à chercher la clé d’un paradis dont la porte est ouverte. »
(Les ruines du Ciel)

Christian Bobin

Photo Marie-Christine Grimard

 

  • Déguster longuement un instant de plaisir chaque jour, puis le ranger soigneusement dans ses souvenirs pour en réchauffer sa vie aux temps froids.
  • Croiser un regard ami ou échanger des pensées positives avec d’autres humains, au moins une fois quotidiennement pour avoir la sensation d’être à sa place sur cette terre.
  • Faire pousser des idées qui en feront germer d’autres, pour éclairer l’avenir lorsque le vent de l’oubli aura balayé les erreurs du passé.
  • Ne jamais oublier que le chemin est moins long lorsqu’on ne le parcourt pas seul et choisir son itinéraire avec soin pour éviter les chemins de traverse.
Publicités

16 réflexions sur “Recettes (1) : quatre quart de vie

  1. Tout d’accord avec les trois premier quart, Marie-Christine. Pour le dernier quart poser un pied devant l’autre suffira. Le chemin est là où j’ai marché et les chemins de traverse excitent ma curiosité.

    Aimé par 1 personne

  2. Je suis comme vous cher Gilles, aimant explorer les chemins de traverse plutôt que les sentiers battus 🙂
    Merci de votre visite et pour ce commentaire !

    J'aime

  3. Bonjour
    En ce qui concerne le quatrième quart ; certes le chemin est moins long lorsqu’on ne le parcoure pas seul, mais parfois mieux vaut être seul sur un chemin , quelle que soit la longueur de celui-ci, que d’être mal accompagné durant son « voyage ».
    Aimant aller à la découverte, j’aime, tout comme Gilles parcourir les chemins de traverse plutôt que d’emprunter de belles routes bien tracées …..

    Aimé par 2 personnes

    • Lorsque j’ai écrit cette quatrième partie, j’ai pensé qu’elle provoquerait des réponses. J’en suis heureuse !
      Mieux vaut être seul que mal accompagné dit-on. Vous avez raison…
      Cependant, la vie est plus légère lorsque l’on a des amis, des amours ou de la famille avec qui la partager, il me semble.

      Aimé par 1 personne

  4. « Faire pousser des idées », voilà une belle occupation de jardinière !
    Mais surtout ne pas utiliser de glyphosate, ce serait emprunter un chemin de… Travert (écouté tout à l’heure sur France Inter, sûr de son bon droit) ! 😉

    Aimé par 2 personnes

    • Merci à vous.
      Les industriels sont souvent sûrs de leur bon droit lorsqu’il s’agit d’augmenter leur chiffre d’affaire. Il est vrai que nous serons tous enterrés un jour dans cette terre farcie de tous les produits nocifs inventés par l’homme pour faciliter son travail, et qui auront finalement réduit sa durée de vie…

      Aimé par 1 personne

  5. Quelle magnifique atmosphère, cette photo. Bravo !

    J'aime

  6. « À la Saint-Crépin, les mouches voient leur fin. »

    J'aime

  7. @ Dominique et Chris : l’affaire des poisons appelés pesticides et herbicides, et dont l’emploi est rendu obligatoire par les gouvernements, est une honte planétaire, qui dure depuis la fin de la 2ème guerre mondiale.

    Aimé par 1 personne

    • Le modèle agricole qui consiste à tuer les indésirables chimiquement pour augmenter la rentabilité sous le prétexte de pouvoir nourrir toute la planète, est entièrement à revoir. Faire mieux et moins, reviendrait à manger mieux et moins pour les pays industrialisés et réduire également les maladies de surcharge, cardiovasculaires et diabète en autres, réduire les émissions de méthane et de Co² en « produisant » (quelle horreur) moins d’animaux de boucherie, etc.
      En se conduisant mieux avec la planète et les animaux, on ferait certes moins de profit mais on reviendrait à des besoins plus raisonnables à tous points de vue. Les agriculteurs ont été convaincus malgré eux d’entrer dans ce système par les industriels et maintenant on en meurt tous, eux en premier !

      J'aime

  8. Un agriculteur n’a pas le droit de vendre sa production s’il n’a pas utilisé les produits chimiques de Monsanto.
    Les récoltes sont beaucoup plus abondantes en agriculture biologique (je connais, je devais prendre une ferme-école avec la Vie Claire, projet non abouti dû au décès du propriétaire )
    Mais pour avoir le droit de vendre sa production, un agriculteur doit refaire ses études d’agriculture à l’école et repasser ses examens, cette fois en bio.
    Beaucoup n’ont pas envie de recommencer.

    Maintenant les lycées agricoles intègrent une partie bio dans leur enseignement.
    La meilleure école est en Suisse allemande, il faut donc apprendre l’allemand.

    Aimé par 1 personne

  9. Oui, comme en médecine, il faut apprendre à soigner en douceur la terre malade de tous ces poisons. Mais ensuite elle le rend bien en abondance !
    En effet, une terre brlûlee rend maigrement, et de plus attire quantité de prédateurs.

    Aimé par 1 personne

  10. @Alex : ne pas nuire est la première règle en médecine, la seconde est de donner à son patient ce que l’on a de mieux à l’instant où on le soigne pour l’aider à ne plus souffrir.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.