Underground 9: L’histoire de Nicolas

Sous la surface des choses se cachent parfois d’autres choses.

Dans cette série, je vous propose de  laisser votre imagination vous montrer ces choses qui vivent derrière les choses.

*

Photo M.Christine Grimard

*

 

Nicolas se dépêche de rentrer. Les jours sont encore courts et la fraîcheur de mars s’accroche aux ruelles. Il frissonne en passant à l’ombre des tourelles de l’évêché, pourtant il y a un beau soleil sur la place de la basilique. Il a toujours une appréhension lorsqu’il passe par ici, incompréhensible. Il lève les yeux vers les chiens assis qui habillent le toit. Les fenêtres sont condamnées depuis longtemps, il se demande ce qu’il peut bien y avoir dans ces greniers. Il aimerait bien visiter ces bâtiments un jour et voir la ville de là-haut. Il imagine les bâtisseurs du moyen-âge qui ont sculpté ces dentelles de pierre et les admire.

  • Quels artistes ! dit-il tout haut.

Derrière lui, un passant lève la tête suivant son regard et lui répond :

  • Vous ne croyez pas si bien dire. Les pierres sont comme au premier jour, et ils peuvent être fiers de leur travail !

Nicolas se retourne, dévisage l’homme. Il ne l’a jamais vu dans le quartier, à cette époque de l’année il y a peu de touristes. Il est vêtu sobrement d’une ample veste de toile et d’une houppelande qui le couvre des pieds à la tête. Une barbe grise lui mange le visage lui donnant un air de patriarche. Nicolas est impressionné par l’énergie qui habite son regard.

  • Vous semblez savoir de quoi vous parlez, lui répond Nicolas.
  • C’est mon métier, réplique l’homme, le regard embué, ou plutôt c’était ma vie…
  • Je ne voulais pas vous chagriner, murmure Nicolas soudain gêné. J’admire ces bâtiments chaque soir en rentrant chez moi, ajoute-t-il vivement pour faire diversion. Parfois, au couchant, les reflets qui éclairent les volutes de la corniche semblent venir de l’intérieur de la pierre. Je me suis toujours demandé comment ils avaient pu faire pour tailler tous ces détails à une époque où ils n’avaient rien !
  • En effet, répond l’homme enfin souriant, juste une belle force physique, quelques ciseaux et beaucoup de talent !
  • Oui, comme vous dites, beaucoup de talent… Nicolas hoche la tête. Ce minutieux travail de la pierre est très impressionnant.

 

Photo M.Christine Grimard

L’homme lui explique en quelques phrases, la signification des détails de la corniche. Il lui montre les symboles découpés à contre-jour et lui fait découvrir le vrai visage des gargouilles, lui narrant l’histoire de chacune. Nicolas est ravi, le soleil éclaire le fronton, faisant briller les sculptures. Il ne les a jamais détaillées aussi précisément auparavant. Le soleil descendant sur l’horizon les éclaire une à une, comme si elles se plaçaient volontairement sous le projecteur. C’est idiot mais il lui semble qu’elles apprécient que l’on parle d’elles.

  • On les croirait vivantes, dit-il en riant. On dirait qu’elles sourient quand vous parlez d’elle.
  • Elles sont là depuis si longtemps qu’elles ont appris le langage des hommes, à n’en pas douter, répond l’homme en éclatant de rire. N’est-ce pas mes belles ?

Nicolas jurerait avoir entendu un ricanement provenir du fronton en réponse à la question. Il jette un coup d’œil à l’homme qui le regarde en souriant.

  • Les apparences sont parfois trompeuses, mon jeune ami. Mais ne craignez rien, elles sont solidement arrimées depuis mille ans et ne vont pas venir se poser sur votre épaule. Vous avez vu trop de films. Venez plutôt avec moi voir l’horloge, au lieu de vous imaginer je ne sais quoi. Elle est si belle, dit-il en prenant le bras de Nicolas et en l’entrainant vers le parvis de la basilique.

Il gravit les marches d’un pas étonnamment léger eu égard à son âge. Nicolas le suit de plus en plus intrigué. Il lui montre du doigt une horloge enluminée d’or, sertie de pierres taillées. Elle repose sur quatre stèles soutenues par des personnages bibliques stylisés.

*

Photo M.Christine Grimard

*

  • Ces personnages représentent les évangélistes, explique l’homme, mais comme nous n’avions jamais vu leurs visages, nous avons pris l’équipe des sculpteurs comme modèles.
  • Comment le savez-vous ? demande Nicolas, la basilique a plus de mille ans !
  • Cela me semble évident, réplique l’homme en baissant les yeux. Il fallait bien se baser sur des visages connus. Simple déduction.

Nicolas avance au plus près de la façade pour détailler les visages en question. Le personnage de droite l’intrigue particulièrement. Le visage encadré d’une cape lui semble familier.

  • Savez-vous qui est celui qui est le plus à droite, demande-t-il à l’homme.
  • Il s’appelait Nicolas répond l’homme, comme vous et moi. C’est un prénom très ancien, savez-vous ?
  • Oui, je sais… répond Nicolas en se tournant vers l’homme à la houppelande. Comment connaissez-vous mon prénom ?
  • Je l’ai vu sur votre sac, cela m’a frappé parce que c’est aussi le mien. Je dois vous laisser maintenant, dit l’homme coupant toute discussion d’un geste de la main. Vous devriez visiter la basilique à vos moments perdus et regarder chaque statue en détail, ce sont des œuvres d’art. Cela plairait beaucoup aux hommes qui l’ont bâtie de savoir que des jeunes d’aujourd’hui apprécient encore leurs œuvres. Si vous avez d’autres questions techniques, je vous aiderai volontiers, cela me rappellera le temps lointain de ma jeunesse. J’habite là-haut, mais je descendrai lorsque je vous verrai en bas. A bientôt jeune Nicolas. Votre air intrigué m’amuse beaucoup, je me ferai un plaisir d’éclairer votre lanterne.

Sur ces dernières paroles, il lui tourne le dos se dirigeant vers la tour de l’évêché en éclatant d’un rire tonitruant.

Nicolas le regarde s’éloigner en silence.

Arrivé près de la porte, l’homme se retourne vers lui, le salue de la main, la tête à moitié dissimulée par sa cape.

Nicolas lève la main pour lui rendre son salut, mais suspend son geste devant l’évidence qui lui a échappé jusque là.

Ce visage, ce regard…

C’est celui de l’évangéliste de pierre.

 

Texte et photos M. Christine Grimard

Photos  de la Basilique St Jean de LYON

 

Publicités

9 réflexions sur “Underground 9: L’histoire de Nicolas

  1. Les pierres parlent pour qui sait les regarder ou les écouter… Belle imagination, pour le coup « upperground » !

    J'aime

  2. Noëlle Stroobant

    Très chouette! Merci pour ce mini voyage!

    Aimé par 1 personne

  3. Le fantôme de Nicolas le sculpteur rôde sans cesse autour de son œuvre…

    Aimé par 1 personne

  4. Merci pour cette belle histoire j,avais l,impression d ,être avec Nicolas et j,aurai vraiment aimé être avec lui moi qui fais de la poterie ,j,adore les vielles pierres

    J'aime

  5. Très joli cette histoire et belles photographies…Bonne soirée

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s