Une image, une histoire : Les tuiles de Noël (partie 3)

iphone-chris-5874

Photo M.Christine Grimard

***

Matin de Noël, pour Franz c’est un jour comme les autres.

Il n’a rien prévu de spécial. Lorsqu’on travaille pour les fêtes, les gens prennent l’habitude de ne plus vous inviter. Le reste de la famille se réunit sans lui depuis que sa femme l’a quitté, les choses sont plus compliquées quand il faut choisir entre les convives pour ne vexer personne. Finalement, il préfère rester seul plutôt que de devoir faire bonne figure au milieu d’une assemblée où il n’a envie de voir personne d’autre que Lina. Elle ira déjeuner chez sa mère comme chaque année puis le retrouvera dans l’après-midi pour échanger leurs cadeaux avant de rejoindre les chalets. Il se souvient des matins de Noël où il allait la réveiller pour la conduire sous le sapin, et de son regard émerveillé devant les surprises qu’ils avaient préparées pour elle. En ce temps-là, sa grand-mère était encore là et Noël avait le goût de châtaignes et de miel de ses desserts. Il avait beau essayer, il n’avait jamais pu reproduire ce goût depuis sa disparition.

Il ne va pas se laisser envahir par les souvenirs, ni laisser cette larme glisser sur sa joue. Inutile de s’apitoyer sur son sort, Noël n’est pas forcément la féérie que l’on imagine et il y a tant de gens plus malheureux que lui. Il a simplement besoin d’un bon café et d’une aspirine, et ce mal de tête le laissera tranquille. Il a dû prendre froid en rentrant hier soir dans les ruelles en plein courant d’air.

Ce matin, les toits sont saupoudrés de glace ; il aurait préféré un peu de neige. Il s’approche de la fenêtre avec son café, quelques promeneurs bravent la brume glaciale, parmi eux Lina, emmitouflée jusqu’aux yeux lui fait un signe de la main. Elle pousse la porte de l’immeuble, pourquoi vient-elle le voir si tôt, contrairement à son habitude ? Il se précipite vers le lavabo de la cuisine pour laver son visage avant qu’elle ne monte, inutile qu’elle voie qu’il a pleuré.

Elle entre et vient l’embrasser pleine d’énergie, les joues rougies de froid :

  • Bonjour papa, bon Noël mon vieux père. J’ai besoin de toi !
  • Ma fille préférée, répond Franz en lui rendant son baiser, que puis-je faire pour t’être utile en ce matin de Noël ?
  • Tu as oublié ce que l’on a dit hier soir ? Il faut aller rendre visite à cet enfant et à sa mère, Jeanne m’a confié cette boîte de chocolats pour nous faire une entrée en matière. Cela ne peut attendre, je voudrais que tu m’accompagnes, j’ai un peu peur de ce que je vais trouver là-bas et on ne sera pas trop de deux…
  • Tu as raison, allons-y tout de suite. Jeanne a toujours de bonnes idées malgré son âge !
  • C’est une femme pleine de ressources, une vieille dame indigne comme j’aimerais l’être à son âge, réplique Lina. Elle m’a raconté des tas de choses sur grand-mère…
  • J’en étais sûr ! Comme si tu avais besoin de ce genre d’exemple, ta mère va encore dire que je te mets des idées folles dans la tête. Pour une fois, je n’y suis pour rien !
  • Laisse maman où elle est, je n’ai besoin de personne pour m’aider à me sentir vivante parce que différente, tu le sais bien. Elle a choisi le conformisme et le confort, pas moi. Tu devrais être content, je te ressemble plus que tu ne crois. Je suis aussi folle que toi puisque j’occupe le chalet voisin du tien et que je pétris de la pâte comme toi toute la journée. Ce qui sort de nos mains est très semblable même si tes œuvres sont plus éphémères que les miennes. Je crois que grand-mère serait très fière de nous voir nous geler côte à côte sur cette place à chaque Noël !

Les yeux de Franz se remplissent à nouveau de larmes, Lina pose sa main sur son bras.

  • Allons papa, tu es un incorrigible sentimental. Pire que moi ! Reprends-toi, il faut que l’on affronte des choses plus graves ce matin. Je n’aime pas me mêler de la vie des gens comme ça, mais il faut qu’on en ait le cœur net. On ne peut pas laisser cette jeune femme sans aide si elle en a besoin. Allons-y !

Il ne leur fallut que quelques minutes pour atteindre l’immeuble indiqué par Jeanne derrière la cathédrale. Il ne payait pas de mine de l’extérieur mais la montée d’escalier était pire encore. La porte cochère ne fermant pas, ils n’eurent aucune difficulté à entrer. Il avait plu à l’intérieur et à cause du gel, une stalactite de gel pendait de la verrière. D’après les noms sur les boîtes aux lettres, il n’y avait qu’une femme seule et elle vivait au premier étage.

Ils décident de tenter leur chance en frappant à sa porte.

Après de longues minutes, le silence est brisé par un grognement sourd et quelques pas légers s’approchant de la porte. L’enfant entrouvre la porte, précédé par le chien qui se précipite dans l’ouverture pour se placer entre lui et les visiteurs, crocs découverts. Il reconnaît Franz et l’accueille d’un jappement joyeux en remuant la queue.

  • Oh le Lutin des caramels et la dame aux santons, s’exclame l’enfant. Maman vient voir !
  • Ouaff, approuve Arthur.

Derrière lui, sa mère arrive d’un pas hésitant. Elle est très pâle, porte deux pulls et une écharpe. Elle les regarde en silence, l’air inquiet.

  • Ne vous inquiétez pas, réplique Lina, en souriant à la jeune femme nous venons de la part de Jeanne. Elle n’avait pas la force de vous apporter le cadeau de Noël qu’elle vous a préparé, et elle nous a demandé de le faire pour elle.
  • Oh, je vous en prie, entrez répond celle-ci d’une voix blanche, ne faites pas attention au désordre, j’étais couchée…
Publicités

8 réflexions sur “Une image, une histoire : Les tuiles de Noël (partie 3)

  1. Photo pour contes de fées…

    Aimé par 1 personne

  2. Ce texte est magnifique , il m’émeut beaucoup, il y a tant de choses que nous vivons aujourd’hui , ou que nous refusons de voir . Comme Lina parait grande et mûre, ces magnifiques réflexions sur ce que nous sommes !!!Le clocher d’église ma rappelle que mon grand-père maternel construisait des églises !!! Merci beaucoup .

    Aimé par 1 personne

  3. Une touche de caramel sur l’église, un conte qui se savoure…

    J'aime

  4. Un beau conte de Noël bien proche de la réalité.La photo est superbe avec ces belles couleurs. Bonne journée.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s