To Do List 28 : Illuminations

931400_413231112117842_515903440_n

Photo M.Christine Grimard

**

  • Poser des lumignons sur sa fenêtre chaque 8 décembre pour se sentir lyonnaise même en vivant à l’autre bout du monde.
  • Offrir à la nuit, la chaleur de notre lumière pour qu’elle se sente moins seule.
  • Savoir que l’on n’est pas une lumière, mais mettre tout son cœur à essayer de le devenir.
  • Rêver que l’on parcourt l’univers à la vitesse de la lumière et se réveiller avec un peu de poussière d’étoile au bord des paupières.

***

Rappel du principe :  « A partir d’une photo, créer un texte sous la forme de 4 occurrences avec forme verbale à l’infinitif comme on ferait une liste de choses à faire.

Publicités

18 réflexions sur “To Do List 28 : Illuminations

  1. Décembre, le mois des lumières surtout à Lyon…

    Aimé par 1 personne

  2. Réparer les cœurs dans le monde, même de nuit…
    Illuminer par d’autres flammes les chaos…
    Prendre des photos optimistes…
    Voyager dans la tranquillité des paysages silencieux…

    Aimé par 1 personne

  3. Les lumières habillent la ville et la rendent plus chaleureuse et accueillante.. sans compter qu’elle fait briller les yeux de tous.

    Aimé par 1 personne

  4. Décorations de Noël dans les rues et les magasins, réjouissent le coeur et les yeux, de ceux qui restent seuls, sans famille ni amis.

    Aimé par 1 personne

    • Les décorations égayent la ville, et donnent l’illusion de la fête même à ceux qui ne la feront pas. Ce qui compte, c’est de réunir ceux qui s’aiment, et le plus grand malheur est de n’avoir plus personne avec qui partager cet amour. Merci Alex !

      J'aime

  5. J’aime bien me balader dans les rues de la ville le soir avec toutes ces illuminations c’est féerique….nous somme restés des enfants à quelque part au fond de nous. Bonne journée…Bises amicales.

    Aimé par 1 personne

  6. @ Georges : rare photo du chien et du chat qui s’embrassent !

    Aimé par 1 personne

  7. @ Chris : vu ce soir à la télé les illuminations de la bonne ville de Lyon…moments magiques !

    Aimé par 1 personne

    • Oh je n’ai pas vu !
      Mais oui, toute la ville revêt ses habits de lumière, c’est à voir ! Et surtout les lyonnais posent cinq lumignons sur chacune de leurs fenêtres ce qui souligne les rebords des façades d’un liseré de lumière très émouvant !

      J'aime

  8. à Chris : vu ce soir à la télé les illuminations de la bonne ville de Lyon…moments magiques !

    Aimé par 1 personne

  9. J’aime Lyon et ce 8 décembre en particulier , et voici ce qu’il me rappelle :
    Sainte Blandine, dite de Lyon, est une chrétienne peut-être d’origine levantine ou micrasiate de la première communauté chrétienne connue de Lugdunum . Elle est martyrisée durant le mois de juillet 177 sous Marc Aurèle.
    Blandine est la patronne de la ville de Lyon. Dans l’iconographie de sainte Blandine, on trouve le filet, le taureau, le gril, le lion et l’ours. Elle est souvent représentée attachée à un pilier avec un lion et l’ours à ses pieds.
    Dans un premier temps, elle est livrée aux bêtes, et ses compagnons se posent la question, en la voyant si frêle. Remarquant que les bêtes ne veulent lui faire aucun mal, Blandine, du haut de son poteau, prie, chante des cantiques et encourage ses compagnons à mourir pour le Christ.
    Elle est par la suite flagellée, placée sur un gril brûlant puis livrée dans un filet à un taureau qui la lance en l’air avec ses cornes. Comme elle survit, elle est renvoyée en prison, où elle garde un calme impressionnant alors que sa famille de substitution se fait massacrer. Sa quiétude est cependant ébranlée devant la martyrisation de son ami Pontique. Blandine doute de la solidité de sa foi, mais Pontique résiste à l’apostasie et meurt pour sa foi chrétienne.
    À la mort de Pontique, Blandine est la dernière de ses quarante-sept compagnons à être suppliciée. Seule dans l’arène, les spectateurs romains s’étonnent de voir que la dernière survivante est la jeune fille qui parait si fragile. Certains parlent entre eux : « On n’a jamais vu une femme souffrir aussi courageusement que cette esclave… », pendant que d’autres lui crient : « Abjure donc ! Sacrifie à nos dieux ! Tu auras la vie sauve ! », mais Blandine ne répond pas, le regard rivé vers le ciel2.
    Elle est finalement égorgée en août 177 par le bourreau, à la fin des jeux où elle a paru. Son corps et ceux des autres martyrs sont brûlés, et leurs cendres sont jetées dans le Rhône.

    L’histoire du vœu des Échevins
    Une première église dédiée à la Vierge est construite à Fourvière en 1168. Elle est ravagée lors des guerres de religions qui opposent catholiques et protestants (1562). Restaurée, elle accueille les voeux successifs des habitants et des échevins face aux épidémies. Le 8 décembre 1643, les édiles et conseillers municipaux de l’époque (le prévôt des marchands et les échevins), montent à Fourvière pour demander à la Vierge Marie de protéger la ville de la peste qui arrive du sud de la France. Ils font le voeu de renouveler ce pèlerinage si Lyon est épargnée. Ce voeu est toujours honoré le 8 décembre

    Postérité
    En 1986, 1809 ans après les faits, le pape Jean-Paul II, alors en voyage à Lyon, déclare à son sujet et celui de ses compagnons : « Ils n’ont pas voulu renier Celui qui leur avait communiqué sa vie et les avait appelés à être ses témoins. Nous savons qu’ils sont nombreux aujourd’hui encore, et dans toutes les parties du monde, ceux qui subissent les outrages, le bannissement et même la torture à cause de leur fidélité à la Foi chrétienne. En eux le Christ manifeste sa puissance. Les martyrs d’aujourd’hui et les martyrs d’hier nous environnent et nous soutiennent pour que nous gardions nos regards fixés sur Jésus ».

    Bien que n’étant pas très pratiquant , j’aime me rappeler ce faits historiques pour cette grande ville de Lyon

    Merci à vous .

    Aimé par 1 personne

    • Merci beaucoup pour ces rappels historiques sur la ville, si riche de traditions. Il est important pour chaque lyonnais de commémorer cet attachement à la protection de la vierge en plaçant des lumignons sur le rebord des fenêtres. La fête des lumières actuelle est une déclinaison moderne, certains diront une récupération » qui durera peut-être le temps d’une ère moderne, mais je crois que la tradition des lumignons persistera puisqu’elle prend racine dans nos cœurs.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s