Notes sur ma table de travail (ateliers d’été de François Bon)

Dans le cadre de ses ateliers d’écritures de l’été François Bon propose pour l’été 2016 un retour aux fondamentaux.

Le premier atelier se propose de suivre les pas de Georges Perec à partir de son livre  « Penser / Classer » et du texte « Notes brèves sur l’art de ranger sa table de travail ». Il s’agissait de décrire sa table de travail sans utiliser de pronoms personnels. Vous trouverez toutes les contributions dans le lien ci-dessus.

Exercice auquel je me suis amusée dans le texte qui suit.

*

Un trait de lumière qui traverse le rideau, bravant la brume du petit matin et se pose quelques secondes sur le coin du bureau, avant de se rendormir.
Le silence de la maison encore baignée de ce dernier sommeil où les rêves galopent sur des collines d’opaline.
Un carnet cuivré de moleskine burinée, ficelé d’un élastique tellement étiré sur la tranche qu’il ondule nerveusement comme une danseuse andalouse.
Un stylo fatigué, fardé de pois de couleur mauve assortis à son encre.
Un pavé de verre protégeant le plateau de bois de hêtre,  travaillé de volutes surannées, recouvert d’une fine pellicule de cuir, rêve d’un bœuf se prenant pour un daim.
Un pot d’argile où poussent quelques crayons, faute d’avoir trouvé graines à son pied.
Une boîte en fer blanc décorée en relief d’un paysage de l’île de Ré où les roses trémières jaillissant des pavés inégaux, s’accrochent aux façades, et où les caramels au beurre salé, souvenirs d’étés envolés, ont laissé la place à une nichée de bonbons à la réglisse.
Une rose de mai dans un soliflore penchant sa corolle défraîchie vers le pétale qui lui a échappé, courbée vers le sol comme pour arrêter le temps avant qu’il ne l’emporte vers sa flétrissure.
Un casque bleu outremer branché sur le téléphone, en attente de ce morceau de musique qui insufflera l’inspiration comme un zeppelin libéré de ses amarres s’élève en silence dans la lumière de l’aube.
Un écran noir et son minuscule clavier qui dorment dans le silence du petit matin, dans l’attente de la promesse de l’écriture qui viendra.
Le reflet d’un visage dans cet écran, pâle, presque inconnu, qui me jette un regard de connivence et sourit avant de disparaître derrière les icônes du bureau de l’ordinateur qui s’éclaire.
Des doigts qui se posent sur le clavier et caressent les touches un instant avant de prendre leur élan pour ce pas de deux avec les mots.
Le souffle qui se tend comme un arc et se perd dans l’inutile.
Les phrases qui s’étirent sur l’écran au rythme de la musique.
Le texte qui prend forme, inventaire de l’instant, pense-bête temporel, photographie instantanée de ce moment qui ne reviendra jamais.

*

Voici la boîte de bonbons venue de l’île de Ré pour ceux que cela intrigue…

photo mch grimard

Publicités

21 réflexions sur “Notes sur ma table de travail (ateliers d’été de François Bon)

  1. La photo complète si agréablement ce texte déjà lu et vraiment apprécié !

    Aimé par 1 personne

  2. merci pour la photo (euh Dominique, plus rapide que moi, a dit ce que voulais dire !)

    Aimé par 1 personne

  3. Un fouillis intéressant à décrypter.
    Chez moi, l’accumulation d’objets émotionnels se situe sur des étagères, (y compris la cuisine et salle de bains), objets miniatures si possible, – rarement époussetés !

    Aimé par 1 personne

  4. …par contre, la table de travail, pour peindre, écrire, cuisiner, doit être complètement vide, quand je commence…

    Quant au courrier, c’est le gros tas de papiers dans un coin discret assimilé à l’enfer ! Qui va encore prendre un temps précieux sur mes rêveries !

    Aimé par 1 personne

  5. Il a bien quelques accents à la note bardée sévère sur ou dans le fourre-tout de votre bureau mais ce n’est pas sans savoir que Saint-Martin en Ré est à sa façon une sorte de petite bonbonnière à enfermer les gens qui disconviennent. Ils sont de plus en plus nombreux et c’était prévisible. Cela doit plaire c’est dans l’eau et dans l’air du bébé politique du temps. Les parents ont bien fricotés de l’élastique juridique et feront mieux la prochaine fois en réhabilitant le Bagne c’est certain ou pourquoi pas la peine de mort. Bien que libéral ( préférant un courant d’air qui enrhume et cela passe aux pestilences définitives du botulisme entretenu par commerce) J’ai une préférence romantique pour la petite île d’Aix (bien qu’étant non bonapartiste car il semble un peu sévère de tirer en retour l’oreille des poilues pour les féliciter, même si c’est aux bons soins d’une bande de cire molle confirmée). On a bien le droit de rire un peu le Dimanche en faisant une sortie sans saillies. 🙂

    J'aime

    • Le sujet de l’atelier n’était pas l’île de Ré mais le fouillis de la table de travail, que j’ai édulcoré pour le bienfait du lecteur…
      Cependant, en dehors des multiples petites boîtes en fer blanc que j’ai rapporté du littoral atlantique parcouru du nord au sud, mes souvenirs sont très éloignés des vôtres apparemment.
      En dehors des rencontres humaines que j’ai pu faire sur l’île, et des ânes avec ou sans culotte (un de mes animaux de prédilection…), je me souviens donc de périples en vélo contre le vent entre Saint-Martin et le phare des baleines, traversant les marais protégés aux mille oiseaux, et du regard amusé des grues qui regardaient les touristes les photographier, et tant d’autres instants de merveilles pour qui sait s’arrêter et les admirer en silence.
      Merci pour votre passage dominical sur cette page.

      J'aime

      • J’ai un peu dilapidé bêtement mais pas volé mes billes. Pour un îlien vero de l’endroit Ré c’était le bagne puis l’île fleurie des bobos, les baigneurs à sous et les artistes. Lucchini en parle à sa manière franche de ce parisianisme un peu dépressif et névrosé :). Merci à vous pour vos journées portes ouvertes sur les îles !

        J'aime

      • Mes goûts personnels me poussent plus vers les plages sauvages de la Vendée, cependant la proximité de certaines villes a ses avantages et je me souviens avec délices du talent du glacier du port de Saint-Martin 🙂

        J'aime

  6. @MC Madame Grimard, le glacier doit se régaler à vous voir déguster son cornet double avec et tant d’ art. J’ai un peu laissé tomber de mon coté à cause d’un vieil émail récalcitrant au froid. Je préfère profiter de l’art de mon amie spécialiste du chocolat chaud à Saint-Pierre d’Oléron (arretez -vous chez Boudon c’est plaisir divin) , l’âge est là que voulez-vous. 😉

    J'aime

  7. @ Phil et autres lecteurs : les bagnes ont toujours été installés sur des îles – plus difficile pour s’évader – ce pourquoi toutes les îles sont plus ou moins des paradis fiscaux – car le bagnard, étant rejeté par sa famille et la société, (car qui voudrait embaucher un ex-bagnard), restait presque toujours après sa peine sur l’île.
    Il vivotait, plutôt survivait ainsi, et l’état ne lui demandait point d’impôt.

    Il est amusant en effet de voir qu’ils sont remplacés aujourd’hui’hui par, inversement, les nantis et les favorisés de la société !

    Jeux de mots à trouver, sur évader du bagne et évasion fiscale, les 2 évasions se faisant en sens inverse ! Des histoires de pirates, anciens ou modernes…

    Aimé par 1 personne

    • La roue tourne chère Alex, et les prisons ne sont pas toujours bardées de hauts murs dans notre pays de liberté !

      J'aime

      • @Alex. Sans doute que les prisonniers vontaires contemporains se trouvent plus en sécurité entre quatre murs que face à la vindicte des rues libres, allez savoir. Ils sont nombreux à vouloir encore être élus. J’ai visité l’Expo du bagne à Toulon, dans un autre registre c’était pas glamour par contre.

        J'aime

  8. Tout un univers qui fait vibrer son interlocuteur si hétéroclite qu’il soit c’est si important

    Aimé par 1 personne

  9. D’ailleurs les « peintres lettrés » ou autres… quidam (dans mon genre) installe tout d’abord ses outils et ce travail est aussi important que ce qu’il va produire , un prélude …

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s