Confessions intimes 20 : Max

DSC_0309_3

Photo M. Christine Grimard

Le jour se termine.

Encore un jour à attendre au bord de cette plage, encore un jour sans lui.

Pourtant, il avait dit : « Tu m’attends ici, Max, je reviens tout de suite. »

Je savais bien que tout de suite pour un humain, ne signifie pas grand-chose. Moi, quand je pense tout de suite, cela veut dire l’instant d’après, juste le temps d’aller faire un tour au fond du jardin de débusquer les trois tourterelles qui nichent dans le hêtre pourpre pour le plaisir de les voir s’envoler offusquées, juste le temps de suivre la trace d’un lapin de garenne jusqu’à l’entrée de son terrier, et de revenir.

L’instant d’après, cela signifie, juste le temps de reprendre son souffle. Juste le temps de s’apercevoir que son odeur me manque…

Tout de suite, pour lui, cela signifie : quand j’aurais fini de courir le monde !

Je suis un peu énervé ce soir. Cela fait si longtemps qu’il est parti : des jours et des jours, des jours et des nuits.

Les jours encore, j’arrive à m’occuper sans trop penser à lui. Il y a tant à faire.

Vous ne me croyez pas ? Alors je vais vous expliquer ce qu’est une vie de chien de garde comme moi. Une vie de forçat, ni plus ni moins ! Le matin je l’accompagne pour aller nourrir les chevaux, il faut que je fasse bien le tour des clôtures, on ne sait jamais, si un renard était passé par là durant la nuit. Les poulains pourraient être effrayés et se blesser.

Elle a tant de travail surtout depuis qu’il a pris cette barque. Elle est seule pour tout faire jusqu’à ce qu’il se décide à revenir. Elle est partout, tout le temps, mais ce sont les chevaux dont elle s’occupe le plus. Je crois que cela l’empêche de penser à lui quand elle est avec eux. Ils le lui rendent bien cet amour, surtout les poulains. Elle aime ses chevaux, elle aime ce pays de vent, mais je crois que c’est moi qu’elle préfère.

Les jours, je m’occupe d’elle. Je garde tout ce petit monde des renards et des importuns. Je suis effrayant vous savez, quand je veux. Vous n’avez jamais vu mes crocs ? Quand je retrousse mes babines, les faisant briller dans le soleil, tout le monde recule d’un pas. Cela me fait bien rire. Et si j’ajoute un grognement, celui que mon père m’a appris, celui qui remonte du fond de mes entrailles, celui-là même que mon père tenait de son cousin croisé de loup. Écoutez un peu ça !

Grrrrrrrrr….

Vous voyez ! vous avez reculé, personne ne me résiste !

Les jours, je m’occupe mais les nuits…

C’est si long la nuit quand on ne dort pas. Quand on pense à l’odeur de ses mains quand il caressait mon museau, à l’odeur de ses cheveux quand il les secouait dans le vent. Il était mon maître, il était mon Dieu, il était mon ami…

Quand ce « Tout de suite » finira-t-il ?

Je l’entends qui arrive derrière moi, je reconnaitrais son pas léger sur le sable entre mille. Elle est venue me chercher comme chaque soir. J’ai dû oublier l’heure.

Ah oui, les oies passent devant le soleil. Il va bientôt faire nuit. La marée remonte.

Il est temps d’aller coucher les poulains. Elle me regarde de ses yeux de soie, je lui lèche la main et cette lueur si triste s’estompe un instant.

Un instant !

Et lui là-bas, s’il le voyait ce regard, il reviendrait c’est sûr !

Elle s’éloigne vers la dune. Il faut que je la suive. La nuit va bientôt tomber.

Je jette un dernier regard vers l’horizon où rien ne bouge comme chaque soir.

Rien ne bouge …

Rien…

Mais si ! quelque chose a bougé, là-bas sur l’horizon !

Une voile bleue, une voile blanche. Comme les siennes. Je m’approche des vagues bien qu’un coup de vent me repousse. Le vent du large apporte des odeurs de varech, de mousse, de goélands. Je n’aime pas l’odeur des goélands, elle est très proche de celle des poissons avariés. Beurk.

Mais derrière l’odeur du varech, il y a une odeur de musc, une odeur de peau, une odeur de cheveux, une odeur de tabac… Mais oui, cette odeur, je la reconnaitrais entre mille !

J’aboie, j’aboie, je ne m’arrête plus. Je hurle, je crie, je tempête, je frétille. Je cours le long de l’estran. Elle s’arrête au pied de la dune et se retourne :

« Max, arrête ton cinéma, tu as assez joué pour aujourd’hui ! »

« Joué ! Woua Woua Woua. Joué ! mais qu’est-ce qu’elle raconte ? Je ne joue pas ! Va-t-elle comprendre enfin ? »

Je ne bouge plus. Je tiens ma piste, je tremble juste un peu. Je la regarde puis me retourne vers la voile qui grossit à l’horizon et je m’entends gémir. Je ne fais pas exprès, je ne peux plus m’empêcher de gémir. Et je tremble, de plus en plus fort. SI les renards me voyaient, ils n’auraient plus jamais peur de moi. Il faut que j’arrête de trembler, mais je ne peux pas !

Elle revient vers moi, elle pose sa main sur mon museau et regarde la voile au loin. Elle m’appelle doucement. Sa voix tremble, si faible que le vent l’emporte :

« Max, Max, qu’as-tu vu ? Max, dis-moi ! »

J’aboie, je danse devant elle, je saute autour d’elle. Alors elle me croit. Elle pleure. Elle s’agenouille devant moi et entoure mes épaules de ses bras. Elle a compris. Elle crie avec moi, elle se relève et fait des grands gestes vers l’horizon avec les bras.

Peu à peu la voile se rapproche. Elle ne dit plus rien, elle attend avec moi. Je m’assois près d’elle et fais comme si je n’avais pas vu ses deux grosses larmes tombées sur mon front. Ma queue n’arrête pas de battre le sable, malgré moi, mais je ne tremble plus. Il n’y a plus à avoir peur, puisqu’il revient.

Finalement « Tout de suite » ça n’était pas si long…

Tout de suite pour les humains, ça doit être le temps nécessaire pour aller faire un tour au fond du monde, de débusquer quelques tourterelles, de faire un petit tour d’océan. Les humains ne savent pas que la vie est courte, ils pensent toujours qu’ils ont le temps de perdre leur temps. Il faudra que je lui explique que le temps de l’amour, ça ne se dépense pas sans compter. Il faudra que je lui explique que le temps de l’attente, pour un chien, c’est aussi grand que l’océan. Il faudra que je lui dise que toute la vie d’un chien, ça n’est pas plus long qu’une caresse…

Texte et photo M. Christine Grimard

Publicités

29 réflexions sur “Confessions intimes 20 : Max

  1. Magnifique ! Très beau texte.

    Aimé par 1 personne

  2. Merci pour l’émotion… et bravo pour la forme, très réussie 🙂 !

    Aimé par 2 people

  3. Faire l’expérience de garder pendant une ou quelques semaines, le chien d’une personne partie en voyage :
    Le chien (ou le chat, ou l’oiseau), ne dort pas, ne mange pas, ne bouge pas, il reste tout seul tout marri dans un coin à attendre. Seulement quelques soupirs.
    Il refuse de sortir, de se distraire, sa vie est suspendue.

    Aimé par 1 personne

  4. Quel beau texte !!! 🙂 Les animaux ont mille et une manière de communiquer quand ont prend le temps de les écouter et de communiquer en retour. Ils nous en apprennent tant sur nous-mêmes …
    Merci à vous.

    Aimé par 2 people

  5. Très beau texte…

    Aimé par 1 personne

  6. Magnifique…on peut aussi imaginer la scène entre humains…à tous ces « tout de suite » âgés qui attendent vainement la visite d’un proche dans un home, par exemple…ou même à des enfants délaissés par leurs parents, livrés à eux-mêmes (!…)
    Les chiens et même les chats savent bien donner leur affection; les chiens sont particulièrement fidèles et je songe à cette pauvre bête qui, lors des attentats, s’est « sacrifiée « sur une bête bombe humaine pour nous sauver, nous, les humains…

    Aimé par 1 personne

    • Merci Patrick !
      La notion du temps passé à attendre ceux que l’on aime est toute relative. Le temps est si long quand on n’a plus la force de l’occuper et que l’on est à la mercie de la bonté volonté des uns et des autres (ce que je ne souhaite à personne), et il est si court quand on partage des instants d’amour.
      Les chiens n’ont pas la notion du temps et pourtant leur vie n’est qu’attente de l’être aimé !

      J'aime

  7. c’est très beau….j’ai toujours eu des chats et ensuite des chiens je n’ai jamais été déçus
    Bon dimanche
    Bises

    Aimé par 1 personne

  8. Beau texte, Marie-Christine ! Et pourtant, les chiens et moi, nous ne sommes pas les meilleurs amis du monde (sans être ennemi pour autant, simplement à Paris, leurs maitres sont bien négligents…). Avez vous lu « Jules » de Didier Van Cauwelaert ? Je viens de lire ce roman, centré sur un chien d’aveugles, qui m’a beaucoup plu.

    Aimé par 1 personne

    • Merci Francis !
      Je crois que vous n’êtes pas amis avec les hommes, maîtres irresponsables de ces chiens-là… Un chien est vraiment à l’image de son maître, ce qui est repris par la « sagesse populaire » à sa juste valeur.
      Oui j’ai lu Jules comme chacun des livres de Didier Van Cauwelaert (j’apprécie particulièrement ses écrits !!). Cette histoire de chien d’aveugle se love dans celle des humains qu’il choisit d’accompagner, une parfaite illustration de ce que je disais précédemment…
      J’ai commencé son dernier livre « on dirait nous  » avec un plaisir identique bien que l’histoire soit très différente !

      Aimé par 1 personne

  9. Un bonheur de revoir Max … chez lui (sourire)²

    Aimé par 1 personne

  10. Notre société moderne contemporaine trouve ridicule de parler d’amour – seulement le sexe – ni d’amitié – seulement l’intérêt –
    Pourtant, la science de l’écologie, devenue à la mode, nous dévoile l’extraordinaire capacité sentimentale du monde animal.
    Elle nous fait aussi redécouvrir que même les plantes ont des sympathies et des antipathies entre elles, connues empiriquement par les jardiniers d’autrefois.

    Aimé par 1 personne

    • Les animaux ont des sentiments et savent bien les exprimer, les plantes s’attirent ou se repoussent et se marient aussi. J’avais planté une glycine bleue et une glycine blanche côte à côte, elles sont toujours là mais ne nombreuses fleurs sont désormais hybrides bleue et blanches. Certains se demandent encore si les animaux ont des sentiments comme d’autres se demandaient il n’y a pas si longtemps si les femmes avaient une âme 🙂

      Aimé par 1 personne

      • Et pourtant…bien des gens croient que les animaux n’ont pas d’âme, pourtant le mot animal vient du latin anima, qui veut dire âme !!! Ce qui fait réfléchir…
        …les égéries des grands artistes étaient des femmes…

        L’être trivial ne veut voir le monde qu’à travers ses propres lunettes.
        Catastrophe quand il se mêle d’écrire ou de parler !

        Aimé par 1 personne

      • Vous avez raison !
        Certains ne réfléchissent pas plus loin que le bout de leur bêtise…

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s