Une image…une histoire : L’Esprit de Noël (3/3)

houx

*

L’enfant repartit aussi vite qu’il était venu, en secouant ses boucles blondes.

Lorsque la porte se referma sur lui, Pierre eut la sensation que quelqu’un avait éteint la lumière.

Il regarda les boules étincelantes et essaya de les disposer autour de son bouquet, mais n’y parvint pas. Il n’avait jamais été doué pour les fêtes. Il se sentit soudain si vide…

Si les magasins avaient été encore ouverts, il aurait bien été acheter un jouet pour cet enfant, pour qu’il ne perde pas ses illusions tout de suite, comme lui l’avait fait à son âge. Il pensa soudain au cadeau qu’il avait reçu l’année de ses six ans et qu’il avait tant aimé ; ce livre où un jeune garçon blond affrontait le Sahara pour l’amour d’une rose vaniteuse. Il fallait qu’il le retrouve, il en ferait un paquet pour le petit Jonny. Il fouilla fébrilement sa bibliothèque mais ne retrouva pas son livre. Il était déçu, il aurait voulu lui donner demain matin, il était sûr qu’il l’aurait aimé autant que lui, ce matin de Noël où…. Au souvenir de ses chagrins d’enfance, il se mit à trembler de nouveau, la fièvre devait monter. Il allait se coucher, cela vaudrait mieux !

Il se déshabilla et se coucha dans le noir. A la lueur de lune, la guirlande de l’enfant brillait sur la table. Si ça continuait, il ne pourrait pas dormir. Il se releva et rageusement, jeta les boules, la guirlande et le bouquet de houx dans sa corbeille à papier. Noël, ça n’était pas pour lui !

Il se retourna vers le mur, et s’endormit.

*

Cette nuit-là, il fit cauchemar sur cauchemar, sans doute en raison de la fièvre. Il rêva d’un enfant blond, habillé en père Noël qui parcourait le désert en cherchant un ami…

Voilà bien longtemps qu’il n’avait pas passé une si mauvaise nuit.

Au matin, il était couvert de sueurs froides. C’était Noël, et il était seul, une fois de plus. Il s’assit au bord du lit, la tête dans les mains. Inutile de se lamenter, il n’avait que ce qu’il méritait puisqu’il ne croyait plus en Noël, le petit avait raison…

Dehors, des gens passaient, riant et chantant des cantiques de Noël. Le jour se levait, ils devaient rentrer de leur réveillon. Pierre chassa le vertige qu’il sentait venir d’un geste de la main et se leva pour aller boire un verre d’eau. Dans la cuisine quelque chose avait changé. Il mit plusieurs secondes à réaliser. La guirlande avait été disposée autour de son lustre et les trois boules argentées de Jonny étaient suspendues aux branches. Cela donnait à la pièce un air de fête. Sur la table, le petit bouquet de houx était de nouveau dans son verre d’eau, brillant de paillettes. Il semblait avoir doublé de volume depuis la veille. De chaque côté étaient disposés deux paquets-cadeaux enveloppé dans un papier décoré de rennes et de sucres d’orge à rayures rouges, avec une grosse étiquette où il était écrit « Jonathan ».

Pierre, incrédule n’osait pas s’approcher de la table. Ça devait être la fièvre…

Il finit par se décider, il prit les cadeaux avec précautions, les soupesant, les tournant et les retournant. L’un des paquets était petit et lourd, l’autre était beaucoup plus volumineux et plus léger.

Qu’est-ce que c’était que cette histoire de fous …

Il s’interrogeait toujours quand on frappa impatiemment à la porte. Il alla ouvrir et se trouva devant Marie et Jonathan. L’enfant, en pyjama ne retenait plus son excitation :

  • Regarde le Père Noël s’est trompé de maison, il m’a apporté un cadeau pour toi, ouvre-le ! Dit l’enfant en brandissant un petit paquet sous le nez de Pierre.

Pierre prit le paquet, il était identique à celui qu’il venait de reposer sur sa table, enveloppé des mêmes rennes et sucres d’orge, avec une grosse étiquette indiquant « Pierre ». Il dit à l’enfant :

  • Le père Noël est vraiment perdu cette année, ou alors il faut qu’il change de lunettes. Regarde il a laissé chez moi deux cadeaux pour toi. Ils sont sur la table.

L’enfant se précipita et prit les deux paquets, qu’il serra sur son cœur.

  • Allez on les ouvre ensemble, dit Jonathan à Pierre en creusant ses fossettes.

Pierre était fasciné par le plaisir qui brillait dans les prunelles du petit. Voilà bien longtemps qu’il n’avait vu un sourire aussi lumineux. Il joua le jeu, aussi excité que lui.

Il déchira le papier et sut avant de le découvrir que son livre adoré lui était rendu. La couverture avait toujours le même pouvoir de fascination sur lui. L’enfant blond admirait le ciel étoilé debout sur sa minuscule planète, à ses pieds un volcan miniature fumait et un baobab essayait de pousser avant qu’on ne le remarque. Il le trouvait si beau avec son costume vert pastel et son nœud papillon. C’était son premier ami à l’âge où il n’en avait aucun, et il avait passé tant de jours à rêver avec lui à sa planète aux confins des étoiles.

Jonathan avait découvert le même livre dans le premier paquet et le feuilletait s’arrêtant sur chaque dessin de l’auteur. Il regarda celui de Pierre, les compara et s’écria :

  • Tu as eu le même livre que moi. Regarde comme les dessins sont beaux, on dirait mes dessins. Tu me liras l’histoire, dis ? Il y a trop de mots pour moi !
  • Je la relirai avec plaisir pour toi, répondit Pierre très ému. Tu verras les mots sont encore plus beaux que les dessins. Il y a si longtemps que je ne les ai pas relus…

Mais déjà l’enfant déchirait l’emballage du second paquet. Il découvrit un animal fabuleux mi-coton-mi-peluche. Pierre n’aurait su dire à quelle espèce il appartenait, c’était un hybride de chien et de brebis, ou peut-être de loup et de chèvre, ou peut-être un renard, ou rien de tout cela. Il avait de grands yeux bordés de cils démesurés qui lui donnaient un regard presque humain, et un sourire fendu d’une oreille à l’autre. Le petit en resta muet d’admiration, le tenant à bout de bras pour l’admirer, puis le serra contre son cœur, des larmes plein les yeux, regarda Pierre et dit :

  • Le père Noël m’a apporté un ami, tu vois, je te l’avais bien dit. Il m’a retrouvé !

Pierre le regardait en retenant son émotion ne sachant plus que répondre. L’enfant ajouta :

  • Et tu vois, il ne t’a pas oublié non plus. Je le savais. Le père Noël n’oublie jamais rien !
  • Oui, répondit Pierre, il a plus de mémoire que moi. Ce livre était aussi un ami qu’il m’avait donné quand j’avais ton âge et que j’avais perdu. Je ne pensais pas le revoir un jour…
  • Un ami ça revient toujours, ou alors c’était pas un ami… répondit le petit d’un air grave.
  • Tu as raison répondit Pierre, les grandes personnes comme moi, ont tendance à oublier les choses essentielles comme celles-ci. Heureusement que tu es là !
  • C’est sûr, répliqua l’enfant en creusant un peu plus ses fossettes, sans moi tu aurais oublié Noël. Hein maman ? Heureusement que je suis là, sinon il aurait oublié Noël !

Marie éclata de rire, acquiesça puis souleva l’enfant et son ami et se tournant vers Pierre, lui dit :

  • J’aimerais que vous veniez partager notre repas de Noël, si vous ne craignez pas les nourritures simples. Il n’y a pas de dinde, trop imposante pour la taille de notre appartement mais il y a une belle bûche au chocolat et aux marrons. Ça vous dit ?
  • Avec grand plaisir, répondit Pierre très ému, voilà bien longtemps que je n’ai pas partagé le repas de Noël de quelqu’un. Mais, je n’ai rien à vous apporter…
  • Peu importe, vous serez là, c’est l’essentiel ! répondit la jeune mère. Tu vois, Jonny, le père Noël a bien compris ce que tu voulais, il t’a donné plusieurs nouveaux amis aujourd’hui !
  • Vous avez raison, je crois aussi que c’est là l’essentiel de Noël, que partager du temps avec ses amis. Oui, c’est bien l’essentiel…
  • C’est quoi ce « l’essentiel » dont vous parlez tout le temps ? Moi je sais pas ! interrompit l’enfant.
  • Je t’expliquerai, répondit Pierre. Je te lirai ce livre, et tu comprendras. L’essentiel, c’est l’amitié et l’amour que l’on partage avec ceux qui comptent pour nous. Dans le livre, il est écrit que « l’essentiel est invisible pour les yeux » et « qu’on ne voit bien qu’avec le cœur ». Tu vois cet essentiel c’est tout ce qu’il ne faut jamais oublier, comme la magie de Noël qui brille dans tes yeux, même lorsqu’on est devenu un vieux bonhomme comme moi. Je l’avais oubliée et c’est grâce à toi si je l’ai retrouvée.
  • Tu vois maman, répondit l’enfant avec un rire triomphant. C’est moi le « l’essentiel » !
  • Sans aucun doute, mon poussin, répondit Marie, ça je l’ai toujours su ! Allons venez, allons manger, le repas de Noël n’attendra pas l’année prochaine !

–> Fin

 

Publicités

14 réflexions sur “Une image…une histoire : L’Esprit de Noël (3/3)

  1. Oui, ce Noël s’est déjà enfui avec l’année 2015 mais, immanquablement, il reviendra à la fin de celle-ci, comme un cycle éternel – tant qu’on peut le vivre !
    Merci pour ce conte très « Saint-Ex » !

    Aimé par 1 personne

  2. J’aime bien les « happy End » surtout en cette période fragile où l’on se rassemble pour partager le bonheur d’être … ou pas… 🙂
    J’aime cet enfant qui est le « l’essentiel », c’est si juste !
    Me suis régalée à te lire…
    Doux dimanche

    Aimé par 1 personne

  3. « Le essentiel », utiliser l’intelligence du cœur…comme si tous les jours étaient Noël !

    Aimé par 1 personne

  4. petit prince éternel, inventé, toujours nouveau, merci pour cet  » essentiel » de Noël

    Aimé par 1 personne

  5. L’enfant qui est en chacun de nous est aussi capable d’émerveillement et de joie simple. le retrouver fait du bien , dans une histoire comme celle-ci. Merci Marie Christine

    Aimé par 1 personne

    • Merci à vous d’avoir aimé mon histoire.
      J’ai beaucoup de mal à faire taire cette enfant qui est toujours en moi, très indisciplinée et trop imaginative comme vous le voyez. Elle aura du mal à rentrer dans la réalité dans la vie !
      Merci beaucoup à vous 🙂

      J'aime

  6. Un ami, ça revient toujours. Pas besoin de salamalecs pour le savoir. L’ami, c’est celui que l’on retrouve des mois, des années plus tard, comme si on s’était vus la veille.
    Le lien est éternel.
    Ce conte m’a beaucoup touchée, merci de nous l’avoir offert.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s