Vases communicants de janvier : Imagine, le jour où… (1/2)

Je remercie pour sa présence sur cette page aunryz, qui anime le blog  Mots liés où vous pourrez découvrir ce qu’il partage et que je m’amuse souvent à décrypter, sans y parvenir toujours, et qui m’a fait découvrir ou retrouver beaucoup d’ouvrages aimés.

J’ai pris énormément de plaisir à réaliser cet échange et je le remercie  chaleureusement pour son humour et son amitié. J’ai beaucoup apprécié la richesse de ce partage et son approche généreuse et poétique de la vie et des mots (sourire)².

Si vous souhaitez lire mon texte, il me fait le plaisir de me recevoir sur la page du jour de son blog

Il a souhaité que nous échangions nos textes à partir de deux phrases de départ, la première étant la mienne et la seconde étant la sienne.

Lorsque bous avons échangé nos phrases, il a écrit:

  • « C’est un monde potentiel, j’imagine un avant, un après, un à côté, un contre, un ailleurs … »
  • De mon côté à la lecture de sa phrase, j’ai vu défiler devant mes yeux ce petit scénario que je me suis empressée d’écrire sans changer une virgule…

Je vous laisse juger du résultat, et  souhaite une navigation agréable entre les lignes et les textes de ce mois-ci.

*

Voici les deux phrases de départ:

– Un soir, semblable à tous les soirs, il décida que le reste attendrait, là-bas derrière  la fenêtre, le soleil commençait à rosir et il n’y avait plus de temps à perdre…

– Le jour où elle comprit que le soleil ne lui devait rien et même, ignorait tout de la chaleur qu’il lui donnait, elle sut enfin profiter pleinement de sa caresse…

*

Voici son texte :

– Un soir, semblable à tous les soirs, il décida que le reste attendrait, là-bas derrière  la fenêtre, le soleil commençait à rosir et il n’y avait plus de temps à perdre…
——

43 rue de l’adret. Le colis, doucement devant la porte. Très fragile dit l’étiquette.
Petite poussée du doigt sur le bouton de la sonnette.
La voix de John Lennon surgit des murs. Elle revit quelques secondes
« Imagine there’s no heaven,

It’s easy if you try»

A nouveau le silence.

Personne ! Encore une demi-douzaine de livraisons. Des kilomètres de routes étroites et sinueuses dans ce chaos de montagnes.
Le temps, si pressé.
Ils iront se le chercher à la station-service du bourg voisin.
Retour du colis dans le coffre de la camionnette. Moins délicatement : ça tinte à l’intérieur.
Lui l’ignore.

Derrière le bois de la porte la peur
le chaos du monde
ceux qui le font, le défont
Derrière le bois de la porte le soleil
son indifférence apparente
sa chaleur, peut-être.

43 rue de l’adret. Il se souvient … mais de quoi ?
Le colis, devant la porte, délicatement. La fatigue des années, autant que l’étiquette qui dit « Très fragile ».
Petite poussée du doigt sur le bouton de la sonnette.
La voix de John Lennon l’entoure.
«No hell below us,

Above us only sky, »

Manque le début ?!
Le silence à écrasé le ciel.
Il refait le geste. Pas d’impatience, seulement pour entendre à nouveau le rêveur.

« Imagine all the people, Living for today »
A nouveau le silence.

Il insiste

Par petit lambeaux, toute la chanson est passée.
Les yeux dans le vague, il ne se résigne pas à partir, se laisse prendre un instant par le silence, imagine

À l’instant même où le dernier rayon de soleil glisse le long de sa nuque, la porte s’ouvre.

 

– Le jour où elle comprit que le soleil ne lui devait rien et même, ignorait tout de la chaleur qu’il lui donnait, elle sut enfin profiter pleinement de sa caresse…

Texte aunryz

 

 

***

« Tiers Livre de F. Bon et Scriptopolis  sont à l’initiative d’un projet de vases communicants : le premier vendredi du mois, chacun écrit sur le blog d’un autre, à charge à chacun de préparer les mariages, les échanges, les invitations. Circulation horizontale pour produire des liens autrement…

Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre. »

Sur le blog : Le rendez-vous des vases communicants , tenu désormais par Marie-Noëlle Bertrand,  ayant pris la suite d’Angèle Casanova et de Brigitte Célérier , vous retrouverez la liste des échanges de ce mois. 

Publicités

13 réflexions sur “Vases communicants de janvier : Imagine, le jour où… (1/2)

  1. Là, je ne sais pas si le soleil est indifférent. Pour les panthéistes, il suffit de lui parler pour qu’il vous considère…un yogi avec sa science peut créer un soleil…nous sommes le ciel et le ciel est à nous.
    L’imaginaire pourchasse l’infini.

    Aimé par 1 personne

    • Il me semble aussi que nous sommes une infime partie de ce grand tout et qu’il dépend aussi de ce que nous sommes, autant que nous dépendons de lui. Nos atomes ne sont-ils pas ses fils ?
      L’imaginaire n’a aucune limite alors que l’univers semble en avoir. C’est là que se situe notre véritable pouvoir…

      Aimé par 1 personne

      • Étranges coïncidences entre l’ordonnance de la composition interne de notre corps, et la composition de la Terre, et celle externe du Cosmos…
        Déjà des ressemblances frappantes photographiées entre les neurones et les étoiles…
        Comme si nous contenions à l’intérieur de nous tout l’univers.
        Le microcosme à l’image du macrocosme.

        Aimé par 1 personne

      • Ces coïncidences sont frappantes en effet, l’infiniment grand et l’infiniment petit ont la même architecture de base, et avec quelques atomes on peut imaginer un monde…

        J'aime

  2. On a imaginé avec John Lennon… Il faut retrouver son élan…

    J'aime

  3. Nous sommes tous des morceaux du soleil et je me demande toujours pourquoi – si on a le droit de rayonner différemment.-..on ne s’entend pas mieux parfois pour rayonner!…Le soleil dose ce qu’il donne comme chaleur et …tellement bien qu’il fait à la fois pousser les fleurs, fait voler les oiseaux à une certaine hauteur et nous grise de toute cette beauté flamboyante, ayant inventé , en passant, les yeux pour voir la couleur et…aussi bien chez une mouche, un poisson ou les amoureux quand ils sont les yeux dans les yeux…

    Aimé par 1 personne

    • Le soleil est notre énergie. Il règle notre bien-être par sa présence et réchauffe les cœurs. Espérons qu’il ne fasse pas un gros coup de colère devant notre incurie et qu’il ne choisisse pas de nous griller tous 🙂
      Bon début d’année à vous cher Patrick !

      J'aime

  4. Merci pour cet échange
    j’ai pris beaucoup de plaisir dans les différentes temps de l’échange
    et notamment
    lors de « l’avant texte »
    ce moment où rien n’existe que le chaos où tous les mots sont mêles
    mais un chaos qui possède déjà un parfum
    un chaos résultant du choc pacifique de nos deux phrases.

    Aimé par 1 personne

    • Un grand merci à vous pour toutes les phases de cet échange, sur cette idée première qui était la vôtre, échange de mots et découverte de l’univers de l’autre à travers son imaginaire. Ce fut un bel échange en effet 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s